Nouvelle-Zélande, de Auckland à Christchurch

Publié le 2/02/2008 à 12:57, Nouvelle-Zélande
Mots clefs :
- Lien

NOUVELLE ZELANDE/AOTEAROA 

 

Auckland

Une nuit passée dans l’avion, le survol du méridien qui me projette dans le surlendemain, l’arrivée tôt le matin, la terre est belle, encore endormie, caressée par les rayons du soleil levant,

Une ville semblant lisse, moderne, propre, les maisons basses en 'planches', colorées, ou des hauts buildings, une météo plutôt fraîche, un accent difficile à comprendre,

Beaucoup d’Asiatiques -magasins, Internet, etc., il paraît qu’il y a beaucoup de gens des îles du Pacifique et des Chinois ayant profité de l’assouplissement des lois d’immigration,

Le Colombien un peu perdu qui apprend l’anglais et qui s’ennuie ici,

Les billets de banque à l’effigie de la reine d’Angleterre,

Le Musée Auckland, des panneaux en anglais et en maori, pas faciles à comprendre, j’ai l’impression d’être censé connaître de quoi il s’agit, le show maori –c’est plus un show qu’autre chose, les belles sculptures en bois représentant les ancêtres, les maisons en bois brun roux sculpté pour les réunions ou le stockage, les longs canoë, les statues, le tatouage sur les visages –il n’y a pas d’explications, la vision coloniale du ‘bon sauvage proche de la nature’,

En Polynésie, il y avait le mythe du messager venant du nord apportant des modifications aux conditions de vie, ce fut le blanc apportant le traité de 1840,

Ihi = présence, qualité d’excellence.... nana (?)= autorité.... wehi (?)= crainte, awe....mana = excitation, émotion,

La visite d’une expo sur les taonga qui peuvent être tout objet et représentent un ancêtre, utiles pour interpréter le passé, il y a ‘man’ –prestiges des ancêtres, ‘tapu’ -protection spirituelle, ‘korneo’ – narrations généalogiques, parfois le taonga est caché pendant longtemps,

La section d’histoire naturelle du musée présentée selon la vision maori ‘in our culture…’, la section histoire met l’accent sur les guerres civiles et mondiales avec un mémorial témoignant des conséquences des bombes sur le Japon et l’action des casques bleus néo-zélandais.


Rotorua

L’industrie du bois -les pins poussent plus vite qu’ailleurs dans le monde, la vapeur de cette région volcanique utilisée pour la centrale thermique, les explications du chauffeur du bus tout au long du trajet, les éoliennes,

Le ‘polynesian spa’, quasi pas un autochtone, beaucoup de touristes coréens,

Le spectacle show maori, la guitare utilisée pour les chants et les danses.... la présentation de rituels guerriers –la langue tirée pour effrayer l’ennemi (?), les aliments cuits sous terre,

Il paraît que les Maori sont maintenant mieux respectés, en 1982 il y a eu suppression des lois discriminant les Maoris et depuis environ cinq ans le bilinguisme a été introduit dans les écoles,

Un journal évoque les problèmes liés aux arrangements relatifs aux revendications, l’article dit que les Maoris, comme les Noirs aux USA, ont des résultats scolaires médiocres, l’explication donnée est qu’ils s’identifient à des gangs de rappeurs, à des footballeurs, à l’échec car si on réussit on est 'blanc' donc déloyal envers sa communauté.

 

Wellington

Une cité très venteuse, effectivement une windy city,

Le chauffeur du bus plutôt rude,

Le Musée Te Papa, le marae -meeting house maori moderne, on parle de 'our ancestors’, le mythe des origines avec le chaos duquel sont sortis la mère-terre et le père-ciel -vie immortelle, la famille qui en est issue les a séparés et le monde de la lumière a été créé, avec lui le conflit, la division, la spécialisation....la première femme mortelle est créée....il y a trois niveaux, celui des dieux, celui de notre monde, et le souterrain,

Dans ce musée, l’histoire de la découverte de l’île du nord depuis la Polynésie -les Maoris sont sur l’île depuis peut-être 1000 ans.... il y a trois paniers des connaissances (?).... aspects (?) calme, introverti, et extraverti

....le traité de Waitangi et les témoignages des gens......en 1991 a été posée la question des droits de propriété intellectuelle cf. la production de souvenirs touristiques utilisant des symboles maori, le problème de la dénaturation des lieux sacrés, etc.,

Le ‘greenstone’, pierre du centre symbolisant le solide, le stable, le permanent....les ancêtres parlant au travers des taonga –trésors- transmettant les valeurs culturelles, le pouvoir des taonga renforcé par l’histoire sur les origines

....tout iwi –tribu- a son mana -autorité et pouvoir, la responsabilité de protéger les terres, les eaux etc pour les générations futures

....le marae avec pour intérieur la ‘cage thoracique de l’ancêtre’, le hongi -sorte de nez à nez pour partager les souffles....les Pakeha –les Blancs- et les Maori

....dans le musée également, l’exposition sur les immigrés italiens,

Les terres de la Nouvelle Zélande, hormis les parcs nationaux, semblent passablement soumises à l’agriculture et à l’élevage, des régions sont affectées à la sylviculture, les traversées de paysages aux couleurs hivernales sont plutôt ternes, plus sympa à voir quand il y a du ciel bleu,

La traversée Christchurch-Queenstown, le lac Tekapu au bleu turquoise....le Mt Cook caché par une météo hivernale, il neige....je n’ai pas vu les étendues d’herbes hautes, déjà fauchées, comme sur les cartes postales...la route bloquée pour Milford Sound et la compagnie de bus qui me refuse le remboursement du billet,

Le sentiment que le pays est ‘fait pour le fun’, il y a beaucoup d’activités outdoor, beaucoup plus que la culture, il y a beaucoup de touristes japonais qui viennent notamment skier,

J’ai l’impression de me retrouver en Grande Bretagne avec l’architecture, la mentalité -un chauffeur de bus me dit qu’il se sent très 'british', ou aux USA avec la nourriture –les muffins, etc.,

Le sentiment que l’île est un peu coupée du monde, calme, sans trop de problèmes,

En direction de Dunedin, les commentaires d’un chauffeur de bus un brin anecdotiques.

 

Dunedin

Une colonie protégée d’albatros –ils partent un an avant de revenir refaire un nid, les pingouins observés depuis des installations dignes de tranchées de la guerre 14-18,

Le programme du dernier festival de ciné feuilleté dans l’auberge, une ouverture aux films étrangers.

 

Christchurch

Le Musée centre de l’Antarctique, on propose aux touristes de passer 5 minutes à -28 (?) degrés dans une grande salle ‘climatisée’, une vidéo montre le quotidien des habitants des stations de recherche, yc les loisirs etc., il y a autour de l’Antarctique deux courants marins en sens inverse, les gros poissons l’apprécient car il y a beaucoup de crustacés etc…il y a les intérêts économiques –pour les minéraux etc.- de plusieurs pays qui ont des bases, mais officiellement on fait de la recherche,

La découverte des parcs nationaux nécessiterait une voiture, un choix difficile, où aller lorsque le temps est limité ?

Je parle anglais ici, mais devrais-je parler maori ?

Les cartes postales sont toujours belles, la réalité peut l’être aussi, mais c’est alors différent, moins verni, autre chose qu’une idéalisation,

A découvrir une fois, les îles polynésiennes.

 



Etats-Unis d'Amérique, de San Francisco à Los Angeles

Publié le 2/02/2008 à 12:56, Etats-Unis
Mots clefs :
- Lien

USA 

 

San Francisco

Les quartiers latinos, chinois, japonais, c’est international,

La Golden Gate bridge dans la brume épaisse et froide, le chocolat chaud bienvenu, le ‘cable car’ et la très longue file d’attente,

Le Pier 39 and Co, l’industrie pour le tourisme de masse, les petits restos détenus principalement par les Asiatiques,

La professeure genevoise qui vient enseigner l’anglais à une population essentiellement noire dans une école passerelle qui suit le collège,

Le personnel du Musée d’art moderne toujours debout, aucune chaise pour s’asseoir, je me permets aussi un commentaire dans le guestbook,

Le grand Musée d’art asiatique où je me dis que je ne sais finalement lus grand-chose de ce que j’ai vu les mois précédents, c’est un peu déprimant, back to reality.

 

Los Angeles

L’arrivée par le bus, après avoir traversé des zones parfois arborisées, parfois très sèches, un parc d’éoliennes,

Pas de chambre disponible, et finalement Lars, un Allemand habitant à Hollywood, me propose son bureau, tout ça gratis, sympa !

La 'faune' dans les rues, parfois des voix s’élèvent, le ton monte,

La communauté mexicaine, un brin macho, on porte volontiers le chapeau mexicain, plus que ce que j’ai vu dans la partie centrale et sud du Mexique,

Le Musée d’art moderne, les commentaires uniquement en anglais et pas en espagnol, surprenant en regard de l’importance de la communauté hispanophone, encore un commentaire dans le guestbook, les installations permettant l’accès aux handicapés,

La promenade dans un down-town peu animé -hormis une partie style Mexico,

Santa Monica, les plages, la jetée à nouveau pleine de touristes,

Un chauffeur de taxi dit que ‘Schwarzie’ est populaire parce qu’il a promis de réduire les dettes etc., peu de temps après, je lis dans le journal que sa côte de popularité est au plus bas…chercher à ramener quelques impressions d’un pays est une entreprise risquée,

Pas de tampon dans le passeport, pas de document réclamé, en quittant le pays, je pensais que les autorités avaient souci de voir les touristes quitter le pays dans les délais !,

Je m’interroge, qu’est-ce que l’identité américaine ? L’est-on uniquement pour l’appât du gain et ‘les libertés’ comme le disait un serveur dans un Mac Do ?

 

 



Mexique, de Palenque à Mexico City

Publié le 2/02/2008 à 12:55, Mexique
Mots clefs :
- Lien

MEXIQUE

 

Palenque

Un passage depuis le Guatemala dans une région toujours verte, parfois inondée par les pluies,

6 chaînes de TV publiques, 6x plus de chaînes privées,

Les programmes de radio, à chacun sa version de la ‘vérité’ sur le pays,

Les hamacs, un certain côté tranquille de la vie quotidienne, la siesta, les magasins pas ouverts avant 9-10 heures mais ouverts plus tard dans la soirée,

Les rois avaient des noms très 'exotiques'....smoke bird, etc,

Le quetzal représentait le ciel de jour, le macaw le soleil qui combattait les forces des ténèbres dans le ballcourt ( ?),

Le Musée où je ne verrai pas non plus les masques en pierres précieuses puisqu’ils n’ont pas encore été réinstallés après les expos temporaires dans le pays, la couleur de jade qui symbolise par sa couleur verte la rénovation, les dirigeants s’identifiaient au jeune dieu du maïs qui renaissait chaque année, les encensoirs où était brûlé un mélange de copal encens et du sang -la fumée avait la forme de serpents, symbole de régénération de la vie et par la bouche desquels sortaient les ancêtres-

… pour dire que quelqu’un était mort, on disait ‘he entered the road into the earth’, les morts étaient enterrés les pieds vers le sud qui était considéré comme la partie la plus basse du monde infra terrestre, selon le statut le lieu d’enterrement variait -une chambre funéraire dans le temple, sous le sol des temples ou des simples maisons-, certains personnages importants étaient considérés après leur mort comme des ancêtres,

…le ‘ballcourt’ représentait l’entrée dans le monde infra terrestre -lieu de la mort mais aussi lieu de résurrection- et les jeux étaient considérés nécessaires pour le maintien de la vie, les corps célestes descendaient dans le monde infra terrestre et combattaient les forces des ténèbres pour renaître chaque matin, et le jeu de balle était comme une sorte de régénération cyclique de la vie au travers de la mort, la balle symbolisant le mouvement des planètes et des étoiles, les vaincus étaient décapités -comme l’est le maïs lorsqu’il est mûr, les victimes sacrificielles étaient souvent des captifs de cités voisines,

…les rituels qui accompagnaient les activités administratives rappelaient que le lignage des gens au pouvoir provenait d’une origine divine....les coiffes hautes -plumes ,etc., les nobles qui seuls pouvaient être des religieux, des artisans, des chefs de guerre ou des scribes, à l’opposé des gens communs qui devaient payer un tribut, soit du travail, soit des biens produits

....les os des ancêtres étaient posés sous les fondations des maisons pour assurer le bonheur, etc.

…la tortue qui souffre aussi lors de sécheresse, représentée dans les cultes du dieu de la pluie

…les noms divers comme le ara (macaw), le serpent, le jaguar, le lac, le quetzal, le ‘lady heart of the wind place’, le ‘sunshield’

…le bleu maya -pas rencontré souvent dans les poteries par ex.,

Les pluies diluviennes au sortir du musée,

La visite du site où je transpire comme rarement, la buée sur les lunettes au moindre pas, je me casse la figure sur les nombreux escaliers glissants, cependant un beau cadre pour les ruines, de grands arbres ceiba aux hautes -elles supportent l’univers- et les grosses racines apparentes, quelques beaux panneaux sculptés en relief -plumes, front bas, nez arqué, divinités ou rois-, peu d’insectes mais ils me piquent, les panneaux explicatifs sont en anglais, espagnol et tseltal –la langue véhiculaire pour les personnes parlant les différentes langues maya,

Les tamales, feuille de maïs enveloppant un mélange de patates ou de maïs (?) avec viande de poulet etc, les tacos, tortillas, la tequila à base d’agave bleue-grise, les chiles -plus ou moins épicés,

Les gendarmes couchés,

Les fincas, propriétés terriennes.

 

San Cristobal de la casas

Une jolie ville, des maisons basses colorées, des toits de tuiles, un Musée du café avec des coopératives, une réunion de personnes soutenant le candidat de gauche pour les élections de juillet 2006,

Un journal évoque les travailleurs chinois exploités (?), les traités commerciaux avec les USA suscitant un vif débat,

Je lis, les rodéos, les combats de taureau, l’importance de la fête des morts,

Les enfants faisant la quête ou vendant des bibelots dans les restaurants à gringos, les murs et les enseignes des magasins  peints de pubs,

Les nombreuses chaînes de TV en passant de l’Amérique du sud à l'Amérique centrale et du nord -beaucoup de feuilletons américains traduits, même dans les bus,

La horchata, une eau de riz parfumée à la cannelle, frais et bon, la jamaica, le thé,

Le chauffeur de taxi qui pense que les zapatistes ont amélioré la situation des indigènes mais il y aurait actuellement une discrimination positive à leur égard,

La visite de ‘pueblos indigenos’, l’éducation est en théorie gratuite et obligatoire mais dans la pratique les enfants aident leurs parents aux champs, le transport scolaire dans le bled voisin n’est pas gratuit tout comme les uniformes, les maisons pré-hispaniques faites de bois et terre battue sont thermiquement adaptées au climat, résistantes aux tremblements de terre et écologiques....quand il y a des maisons construites en dur, ciment etc, c’est souvent le résultat d’un cadeau électoral,

La triade agricole = maïs de haute taille, les haricots et les courges, la récolte se fait en octobre

… les arches signent la présence d’autorités religieuses

… le posh = sucre de canne fermenté -parfois avec cannelle

… l’eau des rivières sert à irriguer les légumes, à laver, à boire, mais on attend l’eau de pluie pour les champs de maïs

…le mouton n’est pas mangé car il apporte la laine pour les vêtements etc.

… les gens ont une intolérance au lactose mais ils peuvent manger du fromage

… le cabanon intermédiaire dans le groupe familial marque la solidarité -du matériel est mis en commun,

…des croix sont décorées avec des fleurs, des offrandes diverses y compris posh, etc., elles sont vertes -jungle, bleues -ciel, ou turquoise –rivières, ces trois couleurs n’ont dans la langue maya qu’un seul nom qui signifie la vie, les croix représentent l’arbre kapokier, elles sont situées sur un piédestal car il ne doit pas y avoir de contact avec la terre comme c’est le cas au cimetière, les croix se retrouvent parfois en groupe de trois comme les trois divinités créatrices -sculpteur, peintre, modeleur- elles sont changées tous les treize ans -cf. cycles de 52 ans,

…le sauna est une place de purification avant et après l’accouchement, la femme parturiente n’est pas considérée comme malade puisqu’elle donne la vie, les chamans y viennent aussi pour guérir, les prêtres viennent pour les naissances, les mariages, les enterrements, seuls les baptêmes se font à l’église même,

A l’église, beaucoup de touristes, beaucoup de bougies à terre, des aiguilles de pin délimitent les espaces sacrés, les gens prient et offrent des bouteilles de boissons gazeuses, coca, sprite, etc., voire des poulets dont ils rompent le cou

…les objets sont orientés en fonction de leur caractère positif ou négatif (++,+-,--), la fontaine des baptêmes est dans le coin doublement négatif car le baptême prend toutes les forces négatives lors de la purification par l’eau, il y a un grand tableau noir dans le coin négatif, la croix chrétienne plonge dans la terre -cf. la crucifixion, lieu de la mort du Christ,

Il y a des principes de dualité : ‘+’ pour la main droite, le parcours du soleil dans le ciel, le mâle, la saison des pluies, et ‘-‘ pour la main gauche, le parcours du soleil dans la terre, la femelle, la saison sèche, mais les divinités ont souvent des faces positive et négative, on peut leur demander de l’aide ou faire jeter un sort

… Jésus Christ a été glissé dans la peau du dieu soleil, la 4ème création a vu les humains voir le jour, les singes sont les descendants du 3ème essai,

Dans ce village il y a 20 saints principaux donc 20 autorités religieuses responsables d’organiser une fiesta en l’honneur de leur patron désigné

… on raconte que lorsque l’église a brûlé, les saints et les cloches ont été ‘punies’ et mis hors d’usage pour n’avoir pas su éviter cet accident

......l’encens brûlé est comme la chaleur envoyée aux divinités en retour de la chaleur reçue du soleil, les saints portent des miroirs, les fidèles se voient, il paraît que c’est un signe que les saints écoutent (?),

Le cimetière où la plupart des tombes ne sont que des monticules surmontés d’une simple croix -noire pour les vieux, verte ou bleue pour les adultes, blanche pour les enfants.... il y a la croyance en la réincarnation, le passage de l’âme par la terre pour reprendre vie, on met dans le cercueil ce qui peut être utile pour le voyage comme de l’argent -pièces de monnaie, de la nourriture, du fil de couture pour réparer les habits, du posh, etc

......le jour des morts est célébré, mais si ça tombe sur un dimanche on fête le lendemain car les morts ont aussi congé le dimanche....l’importance du respect pour les aînés,

La visite d’un autre village où l’on vénère les chauves-souris, les chouettes, les serpents et les jaguars, dans un atelir de confection, des chapeaux, ronds comme le soleil, les rubans qui en pendent symbolisent les rayons, à l’époque c’étaient des plumes de quetzal qui changeaient de couleur selon l’éclairage du soleil -iridescent,

Le Musée de médecine maya, une ONG avec des herboristes, des guérisseurs, des spécialistes de maladies osseuses, des sages-femmes, des prieurs des montagnes, des lecteurs de pouls, un musée peu visité par la population locale,

La terre est considérée comme la mère de toute vie, la déesse montagne qui gère les forces cosmiques –feu, vent, pluie, éclipses etc, la purification se fait avec des bougies posées au sol, les couleurs dépendent des maladies, le guérisseur entre en contact avec les esprits et les saints en récitant des prières, en inspirant profondément et parlant jusqu’à devoir reprendre son souffle, en plus du basilic, des aiguilles de pin par dessus le corps, des œufs, du poulet tourné autour du lieu de la maladie, du posh projeté sur le patient pour faire peur aux mauvais esprits,

Parmi les ressources thérapeutiques, il y a des bougies consumées entièrement car c’est la nourriture pour les divinités, les prières peuvent être faites partout, le copal/encens est un aliment pour les dieux, les fleurs, les branches d’un jeune pin représentant ( ?) la personne pour qui l’on prie, le posh, la croix représentant la déesse protégeant la maison, les autels, les sources, pour assurer le bien-être, le retour de la santé, la boisson gazeuse afin de roter pour chasser le mal, les prières lors de semailles et de récolte

......à l’accouchement, le mari est là, assis et retenant son épouse à genoux expulsant le bébé, la sage-femme appuyant par derrière, une vidéo le montre

… les problèmes du biopiratage par les multinationales,

Les symboles des couleurs pour les points cardinaux -varient ?- blanc au nord, noir à l’ouest, rouge à l’est, jaune au sud.

Le chauffeur de taxi qui me raconte qu’il travaille 16h par jour 7/7 –les conditions de travail semblent différentes à Oaxaca,

Le bureau de l’association pour la promotion des femmes indigènes,

Les indigènes sont-ils déconnectés du patrimoine culturel archéologique de leurs ancêtres ? Il paraît qu’un musée sur les indiens vient d’ouvrir à Washington.

 

Chichen Itza

Les serpents à plumes, les jaguars, les aigles, mi-humain mi-animal, les guerriers, les porteurs du ciel, l’arbre, les monstres de la terre....sans guide, je rate beaucoup, beaucoup d’informations,

Beaucoup de vendeurs d’artisanat, ‘holà amigo’, beaucoup de monde style ‘vacanciers de Cancun’,

Un site restauré, mais ce sont de beaux édifices, on imagine l’équinoxe et l’ombre projetée donnant l’illusion du ‘serpent’,

Le sacrifice des victimes, l’analogie avec le sacrifice du Christ a été utile pour les missionnaires, Chac-Mol dieu de la pluie, il y a cinq cycles de Vénus -les femmes parturientes étaient à risque pour mourir en couches, l’imagerie guerrière -les aigles et les jaguars prenant les cœurs, les masques, les jeux acoustiques dans la cour centrale, les temples construits les uns sur les autres par les différents rois,

Le coca, sprite, fanta......et de l’eau, les seules boissons vendues.

 

Uxmal

Vu en vitesse mais beau,

Un journal évoque la lutte contre le travail infantile, les problèmes des indigènes, l’analphabétisme, les vieux plus vulnérables,

Je me trouve souvent assis à côté de personnes obèses dans les bus qui prennent beaucoup de place, je me sens coincé, j’imagine le syndic de Lausanne assis à mes côtés,

Le vol Merida-Mexico, la brume, les pluies, les terres cultivées, un volcan au sommet enneigé.

 

Oaxaca

Il fait plus frais, agréable en comparaison avec l’humidité et la chaleur d’avant,

Une population mélangée –mestisos, des maisons basses également peintes, les bordures des fenêtres et des portes, un style colonial plutôt réussi,

Le mole negro, une tortilla avec viande et une sauce contenant du cacao, des épices, des noix, des fruits, des piments….les jus de fruits, la glace pilée arrosée de concentrés divers,

Les ustensiles qui sont aiguisés à la meule, l’artisan et le proprio qui discutent mais que sépare la grille de la porte,

Le Museo de las culturas, il y a trop de textes à lire, mais il y a de beaux objets, les Bourbons ont modifié la structure de l’Etat à l’époque napoléonienne

… dans les villages de la région il y a toujours des assemblées où se prennent les décisions, le service communautaire est obligatoire –une sorte de service civil, presque chaque bled a son petit musée, plusieurs communautés indigènes conservent leurs traditions, l’écotourisme permet de visiter la région,

Le musée est situé dans une grande bâtisse dominicaine, derrière un jardin botanique en devenir, avec de hauts cactus,

Un panneau pour les AA,

Les montagnes par endroits piquetées de cactus longilignes sur le trajet vers Mexico city, dans le bus il est recommandé d’attacher la ceinture.

 

Mexico city (DF)

Les panneaux à propos de l’obésité -52% des femmes mexicaines, les Droits de l’Humain, la délinquance, les écoles sans drogues,

Une ville immense, des graffiti sur les murs, une ambiance relax, des signes de tendresse, entre adultes, entre parents et enfants,

Dimanche avec une course cycliste pour les jeunes,

L’émotion à l’écoute d’un morceau d’orgue –la nostalgie du pays ?- dans la cathédrale, les animations musicales et les stands divers dans la ville, les sifflets des gendarmes,

Beaucoup de pauvres dans le pays mais le circuit touristique ´permet´ de ne pas vraiment voir ce phénomène, hormis les mendiants dans les rues -pas tant nombreux- et les enfants vendant divers objets dans les bus, restaurants, etc.,

Les rues du centre ville plutôt propres, comme partout en Amérique latine -ou mieux, du Sud-, des gens habillés de manière soigneuse,

Un journal dit que le volcan popo crache un peu, il est sous surveillance paraît-il, un article dit que le président se fait construire un ranch, que les USA sont co-responsables du narcotrafic, qu’il y a des cartels de divers pays, y compris mexicains,

Je suis souvent pris pour un touriste américain, c’est un peu agaçant, mais je n’en suis pas moins bien traité, le tourisme n’est pas la politique,

Le Musée national d'anthropologie, immense et superbe -épuisant aussi, beaucoup d’hypothèses pour les grandes villes antiques, les cosmologies et les symboles ne sont pas toujours identiques, beaucoup pourrait être encore creusé,

Exposition temporaire superbe –pour ce qui concerne la luminosité, les commentaires traduits, la présentation des objets- sur la femme dans les civilisations antiques du Pérou et du Mexique, la dualité terre-mère,

Les poteries de jaguar etc, les tortues et grenouilles du monde infraterrestre, le macaw représentant le soleil, le papillon pour le feu et accompagnant le lever et le coucher du soleil, les grands atlantes toltèques, une société guerrière et beaucoup de sacrifices

....la divinité de la pluie chac avec le nez crochu

…la région de Mexico où il y avait auparavant un lac

....le serpent force de la terre, le serpent qui guide le soleil dans le ciel, le serpent plumé qui est un des enfants des dieux créateurs et qui s’est battu contre les divinités souterraines pour récupérer des os avec lesquels -en y ajoutant de son sang- il a créé les humains d’où la nécessité des sacrifices pour les humains

....xolotl divinité des jumeaux,

…le codex cosmologique style BD d’Oaxaca

....les parois souvent peintes dans les tombeaux, les temples et les maisons des nobles, les grandes têtes olmèques avec les lèvres charnues et le nez épaté

....le ‘ballgame’....le chiffre 5 pour Venus avec 4 cercles plus 1 disque central, l’écriture maya et l’astronomie -grâce au chiffre 0

.... chac mol qui est l’intermédiaire entre les divinités et les humains, il est couché genoux pliés, la tête relevée il nous regarde

......les grottes étaient considérées comme des entrées sacrées pour le monde infra-terrestre

…Quetzalcoatl est le dieu serpent créateur et connu dans toute la Méso-Amérique,

…d’autres sites comme Paquine –mud- et la Quemada ou El Tajin seraient à voir,

Le 1er étage du musée d’anthropologie est consacré aux indigènes -7% de la population localisés surtout dans le centre et le sud -indigenos en espagnol, indios en anglais dans les textes, de belles œuvres d’art comme ce grand tableau avec une corde tressée en carrés centripètes et diminuant d’épaisseur en approchant du centre

....après la colonisation les femmes ont porté d’autres types de jupes, des boules ( ?) et des châles, les hommes ont porté des pantalons, des chemises et des chapeaux

.....le rôle du maïs, la fête et les danses pour la pluie, les cycles agricoles

....diverses minorités sont décrites, comme les Apaches qui faisaient la chasse et la cueillette et ont lutté contre les Américains et les Mexicains

......le nord-ouest caractérisé par le désert, la sierra -canyons, vallées-....on danse surtout avec les pieds

......les couleurs du maïs noir, blanc, rouge et jaune -cf couleurs des points cardinaux

......les indigènes ont aussi bénéficié de la culture de l’agave -ou mezcal, la même famille que la tequila, dont on tire un alcool et qui contient des vers en son centre, ces vers sont conservés dans la bouteille

.... il me semble que le musée cherche à valoriser les cultures indigènes -conservation des traditions malgré l’influence du monde moderne et le passé colonial

...des photos montrant les forêts de pins et oak, etc.,

Les taxis coccinelles VW vertes -la dernière fut produite en 2004 et ramenée au musée en Allemagne… les ‘stands officiels’ où l’on se fait cirer les chaussures,

Estados unidos mexicanos, donc si pour les Américains, on dit Etasuniens est-ce correct ?,

Le centre culturel où les ados -on est dimanche- dansent au rythme de la cumbia, une atmosphère sympa,

Les panneaux muraux du peintre Rivera dans le palais national, il était politiquement très à gauche,

Teotihuacan, de grands temples, le temps, le calendrier, les peintures murales, les musées éparpillés....le serpent à plumes et le dieu chac -de la pluie....dans le sol, des petits cailloux dans le matériau utilisé comme joint entre les pierres de diverses couleurs et d’origine principalement volcanique,

En plein centre ville, le Templo Mayor et un musée bien fait, pour Tenochtitlan, la culture mexica ou aztèque, le lieu considéré comme le centre du monde, les Espagnols ont intentionnellement construit par dessus, la cathédrale notamment

… il y a 5 directions si l’on compte les 4 points cardinaux ( ?), 13 niveaux célestes, la terre, 9 niveaux infra-terrestres -froid, humide, obscur, aquatique, etc.-, les fouilles montrent la superposition de plusieurs temples -chaque souverain voulait plus grand et mieux- des ruines difficiles à ‘déchiffrer’, il y avait les temples principaux de la pluie -agriculture, fertilité et de la guerre, mais aussi du maïs, du soleil, de la musique, de la danse, de la terre, de l’amour

.....xolotl est le dieu pour les jumeaux -sur intervention divine, le double, les difformités, les monstruosités, parfois aussi Venus,

Un beau monolithe de Coyoxauhqui -une lune démembrée, le mythe expliquant le pourquoi des cycles croissant et décroissant, la lune comme opposée au soleil, influençant la croissance des plantes, le niveau des eaux, la fertilité des femmes......des offrandes -dans des caisses, avec statuettes des dieux, etc.- pour obtenir la pluie, par exemple

.......des guerres pour l’expansion territoriale, les vaincus devaient payer un tribut chaque 20 ou 80 jours –de la nourriture, du matériel de construction ou d’ornement, de la main d’œuvre etc.- yc des gens pour les sacrifices

......dans les rituels, c’était un honneur pour la personne concernée que d’être sacrifiée car ainsi elle accompagnait le soleil sur son trajet dans le ciel -l’exemple du jeune qui monte se faire sacrifier en jouant de la flûte, le sang et le cœur comme symboles de vie, transformée en énergie cosmique et divine, donc en aliments pour les dieux, les sacrifices effectués sur une pierre sacrificielle ou lors de cérémonies de gladiateurs -pour les vaincus, pas toujours volontaires,

…la ‘trompette’ faite avec coquille d’escargot, ‘caracol equiparaba’ avec le ventre maternel, lié à la fertilité, l’eau-

....la déification des instruments de sacrifices -les jours du mois étaient aussi divinisés, on parlait des jours en 'il’

.…les commerçants jouaient aussi le rôle d’espions, tuer l’un deux était un argument pour déclarer la guerre

......le dieu xipe/totec, écorché, associé à la fertilité, au printemps

......les Aztèques ont aussi fait, à Tula, de l’archéologie sur la culture qui les a précédés, extrayant divers objets qu’ils ont considérés comme d’importance religieuse, les Espagnols n’ont jamais vu les différentes couches de temples du Templo Mayor

......le dieu de la mort avec le foie pendant hors du thorax, les viscères liés à l’inframonde....le dieu du feu à partir duquel a été créé le soleil et ?......tlaloc, lié à l’eau, fertilisant, apportant la vie mais aussi la destruction, lié à la sécheresse, les nuages, le vent, les contours de son visage sont faits de deux serpents qui s’entrelacent dans la narine et qui se joignent dans leur arrière-bouche ( ?), j’ai le sentiment qu’il y a des similitudes avec la civilisation égyptienne,

Les épines des agaves sont utilisées pour les scarifications

......le système de chinampas pour alimenter Mexico en aliments, etc., des canaux passant par les terres prises par les aztèques sur les eaux du lac, aujourd'hui il persiste un peu de ces terres, produisant fleurs et légumes, et des arbustes,

Le Musée d’art moderne, l’expo sympa avec l’artiste Clauss et son interactivité sur écran,

Le Musée moyennement captivant de MD Olmedo Patino, l’accueil à la billetterie et la garde-robe se fait par une vitre teintée et miroir, je ne vois pas qui me tend le billet ou me prend le sac, c’est désagréable et je me permets de signaler mes impressions dans le guide des commentaires,

Le gel dans les cheveux, très populaire, les appareils dentaires des jeunes adultes aussi,

Les affiches invitant à s’enrôler dans l’armée, d’autres affiches vantant ce que le gouvernement actuel a à son actif, on fait de la politique une affaire personnelle,

Beaucoup de couples sur les bancs publics, et pas uniquement des jeunes, la tendresse s’échange aussi à l’âge dit mûr,

Les gobelets en papier coniques pour les distributeurs de boissons,

A la TV les visages sont souvent blancs, dans la rue, plutôt basanés, quid de l’idéal de beauté, quid du pouvoir ?

J’ai perdu mon calepin de notes, heureusement que la majeure partie a déjà été transmise par courriel.

 



Honduras, Copan

Publié le 2/02/2008 à 12:53, Honduras
Mots clefs :
- Lien

HONDURAS

 

Copan

Une visite sur un jour, le film ‘hôtel Rwanda’ dans le bus, quelques personnes semblent remuées,

Le trajet de Guatemala à Copan est très vert, collineux, avec brume, nuages, soleil, du maïs cultivé partout -comme le riz en Asie,

Sans guide, je ne comprends quasi rien, la brochure explicative est insuffisante.... je retiens qu’un temple = une montagne déifiée, la place de la création, la source d’eau donnant la vie, le lieu de naissance de la plante sacrée du maïs représentant la divinité soleil....les attributs ( ?) des rois, smoke, macaw, jaguar, sun,

Un beau site, les arbres poussent sur les ruines, il n’y a plus sur les temples les couleurs flamboyantes comme dans le passé –comme dans la Rome et la Grèce antique,

Le temple dédié à la guerre, à la mort, au culte des ancêtres royaux, chaque soir, le serpent mange le soleil,

Les tunnels archéologiques montrant les structures successives des temples,

On pensait dans le passé qu’il s’agissait uniquement d’une société théocratique sans pouvoir séculier gouvernemental, qu’il s’agissait seulement d’un centre cérémoniel sans centre urbain mais il y a aussi des palais de nobles, on pensait aussi que l’écriture concernait seulement l’astrologie et la divination et pas les annales historiques,

De belles stèles, des rois avec une grande coiffe à plumes, des représentations des divinités maïs, serpent, etc, avec des fruits, des coquillages,

Chez les Mayas, l’âme du décédé devenait un papillon,

La balle utilisée pour la pelota pesait huit livres et avait la taille de la tête d’un enfant, faite en savon d’hévéa,

Le beau kapokier (ceiba) -avec des plantes parasites, des branches hautes en contact avec le monde céleste, le tronc avec le monde des humains, et les racines avec le monde infra terrestre,

Les touristes venant de la côte, métissés avec peau noire, un beau mélange,

Le lendemain matin, un bon bol de maïs liquide aromatisé à la cannelle.

 



Guatemala, Tikal

Publié le 2/02/2008 à 12:53, Guatemala
Mots clefs :
- Lien

GUATEMALA  (suite)

 

En cours de trajet, le cimetière aux grandes ´maisons´ souvent colorées, les chapeaux style cow-boy des hommes, les nombreuses communautés ‘assemblea de dios’ dans les villages, les dents en or jaune ou blanc –posées lors de caries ou comme ornement-investissement,

Les racines en éventail de l’arbre presque arraché par la construction de la route,

Le trajet depuis Chiquimula à Flores en bus, la fille et sa mère qui y prêchent l’évangile, les gens qui vendent des snacks, l’enfant qui vomit -le chauffeur conduit comme en Formule 1, le contrôle par la police où les étrangers doivent payer une ‘propina’ de 50 quetzal -présence illégale dans le pays ?, un superbe paysage de collines, une humidité très importante,

Dans le bus, le jeune de 17 ans, qui dit pratiquer de la lutte, bien orienté sur les problèmes de son pays et du monde, un contraste avec le fait que beaucoup de gens sont analphabètes ou ne lisent que la feuille de choux locale qui raconte surtout les crimes et les accidents…on parle d’éducation, toujours la même chose -les écoles privées donnent une meilleure éducation, donc de meilleures chances de progresser etc, on parle de HIV, d’économie, le pétrole au Peten ne profite pas à la population, on parle de la dictature où il y a 100 (?) ans un général avait proclamé la gratuité des écoles etc., ce jeune évoque le fait que les gens ne savent pas que l’union fait la force, les indigènes dont les caractéristiques physiques sont les yeux bridés et la peau foncée, mais les ladinos ont parfois aussi la peau foncée, des mélanges souvent, mais les ladinos comme lui ne se considèrent pas comme indigènes malgré la ressemblance physique, le look basané,

Dans un journal, la conclusion d’une visite de prélats occidentaux -dont un Suisse- qui dit qu’il y a persistance de divers problèmes au Guatemala, notamment l’accès difficile aux terres, la soumission économique aux pays du nord, l’intimidation des défenseurs des Droits de l’Humain, le désintérêt des autorités pour les besoins de base de la population, l’absence de prise en compte des intérêts de la population pour les grands projets touristiques et énergétiques, la déstructuration sociale avec les émigrés tentant de passer la frontière vers le nord, il paraît que le Mexique tente de freiner la venue d’immigrés qui souhaiteraient passer aux USA,

Beaucoup de touristes israéliens dans ce pays, comme d’ailleurs aussi en Amérique du sud -notamment à Bogota, beaucoup de Canadiens francophones aussi.

 

Tikal

Un site archéologique superbe, en pleine jungle, des oiseaux, des insectes qui piquent, une humidité à 100 %, une vue splendide depuis le temple IV de 64m, il y a beaucoup de temples non dégagés ou que partiellement, et les jeunes touristes à torse nu qui prennent le site pour une extension de la plage, la honte !,

Il existe d’autres sites dans les parages, et en fonction des nouvelles découvertes, on parle de reculer le début de l’âge classique des Mayas,

Je repars le lendemain sans passer par le musée, je ne verrai pas le fameux masque de jade.

 



Guatemala, de Guatemala City à Chichicastenango

Publié le 2/02/2008 à 12:52, Guatemala
Mots clefs :
- Lien

GUATEMELA 

 

Cuidad de Guatemala

Pas évident de découvrir le pays en solo, vu les nombreuses mises en garde,

Du pays, on ne peut garder qu’une vision biaisée puisqu’on évite certaines zones ‘à risque’,

Le Musée Ixchel, des textiles beaux à voir, beaucoup de lignes....les vidéos des danses reprenant des thèmes empruntés au Espagnols comme ‘les maures et les chrétiens, les conquêtes, les taureaux, les diables’

......l’évolution des vêtements indigènes au fil des siècles, on n’a pas de trace sur ce qu’ils portaient avant la conquista

…les symboles des textiles comme le maïs -création des humains… les aigles bicéphales -empruntés au Espagnols cf. les Habsbourg- pour le pouvoir, le rang, le prestige, le soleil, les étoiles -notamment Venus apparaissant avant le soleil… les fleurs, plateau d’offrande… l’arbre de vie comparé à la femme, le serpent, Ixchel qui est déesse du tissage, de la fertilité, de la lune, l’arc-en-ciel… les fleurs pour l’offrande, la décoration, souvent représentée à quatre pétales, le chevreuil comme gardien des forêts

… les chapeaux avec les sortes de turbans

… l’importance des quatre points cardinaux reliés à des couleurs… la terre et les quatre côtés représentant un champ de mais

…  la méthode de tissage comme ikat -ici, on parle de jaspe- où les fils sont noués avant d’être teints,

Le Musée d’anthropologie, décevant, pas d’explications en anglais, en espagnol quasi rien…la forme en G des dessins et sculptures, les Indios avec la coiffe en queue de cheval portée haute, la boucle dans les narines, le front bas suite à la déformation crânienne,

En 200-250 après JC, la céramique et les pyramides en escaliers

… en 250-900 après JC, la période classique avec apogée des arts, du commerce, des sciences, de la céramique multicolore, l'architecture, les cultes et l’autel, les textes hiéroglyphiques -dans des sortes de carrés, avec des oiseaux, des mains, etc, les événements et les calendriers, l'astronomie, la joaillerie, les ornements sur la peau, les déformations crâniennes, les vêtements, les tatouages, les maquillages, les incrustations, le marcador du jeu de balle (juego de pelota),

…en 790-909, le collapsus à l’occasion de l’augmentation de la population, des guerres, de l’instabilité du pouvoir et de l’économie- telles sont les hypothèses actuelles

… en 900-1524, la période postclassique avec guerres, le pouvoir militaire prédominant sur le religieux, les nouveaux groupes socioculturels comme les nobles, les vassaux et les esclaves,

Le culte de Saint Simon/Maximon, le masque de bois sur la figurine humaine, les offrandes de cigarettes, d’alcool, d’argent

......l’utilisation de résine, de bougies aux différentes couleurs -rouge = amour, jaune et blanc= protection, vert= prospérité, bleu = chance, rose = santé, céleste = argent, noi = celos (?), sorcellerie/moradi ( ?) pour stopper les mauvaises pensées

....les mélanges interculturels avec les influences dans les marchés, les danses aux thèmes coloniaux sur substrat préhispanique

… les styles de maisons, les vêtements, les masques, les joyaux, le costerio ( ?), le jarcua, l'imaginaire et le jicavas (?),

Le Musée Popol Vuh -cf. livre cosmologique maya, les glyphes = un langage écrit utilisant non pas l’alphabet mais des logogrammes –signifiants- et des signes phonétiques syllabiques, il y a un signe principal autour duquel on retrouve les afijos ( ?) additionnels

.... les trois vidéos, les vêtements marquant le statut social, les motifs de la cosmologie maya, les femmes portent les vêtements traditionnels alors que les hommes les délaissent…la cofradia = une confrérie autour d’un Saint patron avec des musiques, des danses, de l'encens, le lac Atitlan.

La culture du cacao sur la côte Pacifique -le cacao comme divinité et monnaie d’échange, la flûte à plusieurs chambres, le cœur des victimes sacrifiées était comparé aux cosses de cacao

…les multiples de 20 comme base du calcul, la dualité vie-mort -exemple de masque avec deux moitiés

… le style un peu BD sur les  céramiques aux couleurs jaune, rouge, brune, les grandes urnes funéraires avec des représentations du jaguar et du soleil comme divinités de l’inframonde, ainsi que le monstre de la terre (?),

Les bus Mercedes rouges, les vieux bus scolaires Ford US ou canadiens appelés chicken bus, la fumée noire des bus,

La présence d’Asiatiques, -notamment de Coréens- dans les affaires yc le textile, un chauffeur de taxi me dit que les employés se font exploiter,

Les yeux, les pommettes, le visage légèrement rond, je pense au ‘look’ indonésien, il y a une ressemblance avec les asiatiques sauf le nez arqué -quoique également retrouvé au Japon,

Le Musée d’art moderne, les explications en espagnol pour un parcours historique évoquant au passage l’influence européenne, quelques repères de l’histoire nationale, Carlos Merida, certains mouvements comme l'américanisme, l'indigénisme,

Le grillage sécuritaire devant les épiceries, les magasins, les photocopieuses etc., c’est systématique me dit-on,

Je lis que la tradition orale est importante, donc ne pas comprendre la langue signifie que l’on ne capte pas grand-chose d’une culture.

 

Antigua

Les pavés des rues, une ville charmante bien que très touristique, des maisons basses, les couleurs diverses arc-en-ciel des cafés, des restaurants, des galeries, des librairies, les superbes patios dans certains hôtels ou restaurants,

Je quitterai la ville avant même d’avoir eu le temps de m’en lasser,

Les élèves des écoles privées -on est apparemment toujours mieux servi par le privé ici-,

Un journal dit que le Guatemala est le pays le plus souvent condamné par la cour internationale pour les assassinats, les disparitions, la peine de mort, on publie régulièrement dans le journal le nombre des tués par mort violente et par zone géographique, on trouve la page de Wall Street Americas -journal siglo

… un article sur le piratage de produits mexicains par les USA, le journal parle aussi de la demande d’extradition de l’ancien président Portillo ou des abus dans les adoptions, de l’éducation, des lecteurs parlent des crimes de guerre commis par les soldats contre les civils pendant la guerre civile, de la découverte de nouveaux champs de pétrole, de la tension entre l’Eglise et Chavez au Venezuela,

La petite taille des gens,

Les gens des villages voisins vendent leur artisanat en habits aux couleurs arc-en-ciel en lignes et motifs divers, sur fond foncé, dans le calme, les gens souvent aimables, moins harcelant que dans d’autres coins de la planète, mais les taxis ne sont pas toujours corrects,

Les slips/boxers qu’on voit chez certains touristes semblant perdre leurs pantalons, une mode à mon avis irrespectueuse des habitants,

L’hôtel agréable et calme, sans problème hormis le gros cafard.

 

Panajachel

Le bled touristique version cata, à fuir en courant !,

Le Musée Atitlan, le tribut payé aux colons était des draps/couvertures -et des ‘narguas’, des blouses de coton, les Espagnols ont attribué à chaque région différents costumes pour les distinguer les uns des autres

… le commerce de cacao, le commerce d’indigo interdit par la cour espagnole qui affirmait que sa culture était néfaste pour la santé -ce qui a provoqué un commerce au noir via l’Angleterre

… le café -nouvelle culture avec les colons venant d’Allemagne, les résidants indigènes loués par les nouveaux landlords souvent sur leurs propres terres

… sous la dictature de 1931-44 les gens au chômage étaient forcés de travailler dans les plantations ou les travaux publics

......il y a 80`000 ans une grande éruption volcanique a recouvert de cendres une bonne partie de l’Amérique centrale

.... tocayal = coiffe, huipiles = tunique, cortes = refagos –7 à 10 m, fajas = ceinture, tzutes pour les hommes/kaparrag pour les femmes, un tissu tout usage,

La causette avec un Guatémaltèque qui pense qu’il y a dix ans, c’était vraiment l’apartheid entre les indigènes et les ladinos, cela a paraît-il évolué, grâce notamment à Rigoberta Menchu,

Santiago Atitlan, un bled qui ne m’a pas inspiré, je ne suis pas allé voir San Simon/Maximon -mélange de divinité maya, de Pedro de Alvarado -conquistador, de Judas.

 


Chichicastenango

Dans le bus, Elizabeth, une Américaine, son père est Suisse, elle cherche à obtenir pour ses enfants un autre passeport que l’américain, elle se dit désabusée de la politique actuelle de son gouvernement,

Un marché plutôt touristique, des ‘gringos’ partout, beaucoup de vendeurs au talent oratoire certain qui vendent leurs produits miracles guérissant tout, crème de coyote, etc., les gens semblent mordre à l’hameçon,

Pour patienter, l'hôtel St-Tomas superbe -également beau patio, la longue église en forme de navire inversé, des sortes de panneaux avec des tableaux complètement noircis par les bougies, vers lesquels avancent des gens à genoux, de l'encens balancé sur les escaliers, il paraît que les gens récitent des prières mélangeant religion catholique et croyances mayas -calendrier, ancêtres,

Les fines tortillas de maïs, de couleur blanche, jaune ou grise, les pâtes, les huiles, les couleurs des tissus saturant le regard, les fruits, les légumes,

La pseudo authenticité du site haut perché de Pascual Abaj, la gamine de dix ans qui ne va pas à l’école,

Les infos non fiables données par les rabatteurs pour les bus,

Les gens plutôt réservés à l’égard des touristes dans les bus publics -les touristes en général prennent les shuttle bus, bien plus chers,

Je m’interroge, les indigènes ont-ils internalisé une attitude de subordination, séquelle des violences traumatiques du passé ?

 



Colombie, de Bogota à Cali

Publié le 2/02/2008 à 12:51, Colombie
Mots clefs :
- Lien

COLOMBIE 

 

Bogota

8 millions d’habitants, trop grande ville,

Je change 20$ à l’aéroport El Dorado et voilà que je dois poser mon empreinte digitale, on garde la trace au cas où cela serait de l’argent sale,

En pleine rue, on me propose je ne sais quoi dans une enveloppe, de la drogue ? no gracias,

Le Musée de l’or, paraît-il un des meilleurs du continent, fraîchement rénové, bonne présentation, des pièces avec stylisation de l’humain, des masques -du visage, du nez ou de la bouche, la transformation, la dualité, les animaux sacrés, les spirales, les poteries également, la coca, la religion, le pouvoir

......l’or, rétablir l’équilibre du monde, les cycles des métaux, les oiseaux,

Le petit déjeuner avec un chocolat chaud, pain beurre, et chatal (?) un mélange de maïs, de patates et de poulet enveloppés dans des feuilles de maïs,

La place Bolivar, on prépare le 20 juillet, fête de l’Indépendance, comme partout, beaucoup de militaires/policiers patrouillent les rues, notamment dans cette jolie vieille ville coloniale, des tuiles, parfois des couleurs vives et complémentaires pour les murs, des rues pavées,

Une jeune colombienne dit que le gouvernement actuel est moins permissif, qu’il ne faut pas faire de généralisations à propos de la violence, que beaucoup de régions sont sans problèmes, que l’image qu’a l’Hélvétie à l’étranger est bien meilleure que le sien et que j’ai de la chance,

Un journal cite les efforts pour réactualiser d’anciennes recettes de cuisine régionales,

La TV relate l’embuscade opérée par la Farc à l’encontre de l’armée,

Le complexe muséologique de la banque -un de plus- de la république, avec un sol antidérapant et amortissant les bruits… les styles néogothique, baroque ont influencé l’art colonial, le primat du dessin sur les couleurs date de la Renaissance, les peintres locaux se sont posés la question comment absorber les influences nord-américaine et européenne sans perdre l’identité, en ‘puisant dans l’héritage psychique’, des œuvres intéressantes, des branches avec pieds blancs, un visage de tissus, ou des empreintes de doigts,

La Casa moneda, une bonne muséologie, des résumés en anglais, des visites guidées en espagnol......il y eut d’abord le troc, pour l’or, pour un alliage or-cuivre, pour le sel, les colliers de perles, l’émeraude, les céramiques, les escargots de mer, les haches

… l’or comme récepteur de l’énergie fertilisante du soleil, pour garder l’équilibre de l’univers, cela pour les Indiens alors que pour les Espagnols c’était un symbole du pouvoir…pour les Indiens, l’accumulation de biens était destinée à la continuité de la vie et la fertilité, et à l’équilibre entre les groupes,

La présence de pirates anglais -Drake et Morgan- a favorisé l’émergence de la puissance navale anglaise, au 18ème les monnaies circulent surtout dans les villes et pour le commerce à large échelle, la main d’œuvre dans les mines c’était les Indiens puis les Noirs

…l’Espagne n’avait pas une force navale suffisamment forte, et pas de biens bon marché pour tenir le commerce avec les Amériques

…pour économiser, les pièces de monnaies ont été produites à 21 carats d’or au lieu de 22,

Fin 18ème l’Europe est plus préoccupée par la révolution française et les colonies sont un peu négligées, 1817 c’est l'abolition de l’esclavage noir avec un accord entre Espagnols et Anglais, ces derniers voulant soutenir l’économie car les intérêts anglais étaient affectés par les biens bon marchés produits par les esclaves dans les colonies françaises, portugaises, espagnoles,

Le Musée du sculpteur Botero et ses formes généreuses, ‘disproportionnées’, faisant penser aux céramiques pré-colombiennes,

L'expo photo 1900-1961, des ‘photos de classes’ notamment où l'on voit les métis de classe moyenne adopter les coutumes occidentales pour assurer leur ascension sociale,

Un journal évoque la ‘tortura afro-colombiana’, je n’ai pas lu l’article,

Le Musée national, plutôt équilibré en comparaison avec les autres musées nationaux du continent, pas de traductions en anglais, un regard intéressant sur l’histoire, on parle d’abandonner les termes tels que ‘découverte et conquête’, ‘civilisation et barbarie’, ‘culture occidentale et sauvages’

…la colonisation espagnole a apporté les styles néogothique, baroque, mudéjar -cf. occupation arabe…lorsque les musulmans occupent Constantinople, l’Europe perd l’apport de hipopyrus (?) et a besoin d’or, elle cherche de nouvelles routes pour contourner les pays musulmans, les nouveaux instruments de navigation permettent d’aller plus loin et plus longtemps,

…la trame urbaine avec la place centrale, au nord le cabildo et à l’est l’église

…les indigènes considérés soit comme des bons sauvages soit comme des barbares à civiliser

… on évoque des facteurs importants tels que l’Indépendance des USA, la révolution française, l’Indépendance de Haïti première république indépendante noire d’Amérique, Napoléon qui place son frère à la tête de l’Espagne ce à quoi s’opposent les colonies, 1851 abolition de l’esclavage noir  -les Noirs n’étaient alors pas considérés comme des citoyens colombiens- au royaume appelé de la Nouvelle Grenade mais des groupes se sont opposés à l'abolition par les armes

… les guerres civiles opposant les libéraux centralisateurs -socialistes, divisés entre pacifistes et bellicistes- et les conservateurs fédéralistes (?) -divisés entre nationalistes et historicos-

… les mouvements artistiques -surtout picturaux- avec une tension entre un art d’inspiration européenne et celui s’inspirant d’œuvres pré-colombiennes et indigènes notamment,

Beaucoup de touristes israéliens dans le pays, parce qu’habitués au risque ?,

Le tourniquet dans le bus tourné à rebours pour éviter la comptabilisation des passagers, tout bénéf pour le chauffeur,

La discothèque la plus grande du pays mais pas fichue de fournir des tampons auriculaires pour supporter les décibels,

De beaux visages aussi,

On y vend de la ‘ginebra’, alcool à base de genièvre,

Les joggeurs et cyclistes du dimanche, les maisons hautes en brique, les pâturages bien verts aux alentours,

Un journal dit que 8 millions de pastilles Viagra ont été vendues en 2004, 533% d’augmentation, il parle des affaires de blanchiment de narco-dollars, du tour de France, des qualités à avoir pour passer les tests psychotechniques d’une entreprise comme la sincérité, la tranquillité, la capacité de manager l’anxiété, d’éviter la pression, de garder la concentration.

 

Cali

Connue pour ses cartels mais aussi pour avoir adapté la salsa cubaine à sa manière, une ville déserte et sans grande vie le dimanche hormis les lieux où l’on danse la salsa, merengue, tropical -je confonds tout ça, au premier étage sans fenêtre, les caballeiros invitent les damas -comme d’hab., pantalons et T-shirt ou chemise moulants- à danser, et ils le font bien, l’alcool de canne à sucre mélangé à de l’eau citronnée aide peut-être, la bière coule à flot aussi, c’est la boisson la plus répandue dans le monde, avec l’eau et le coca,

Beaucoup de ‘bingos social’, tous ces braves gens assis à faire du loto, des prix à gagner, pas vraiment le sourire aux lèvres, d’autres salles ont des machines à sous,

Je passe à toute vitesse dans les salles d’art contemporain -même si j’apprécie, qu’en penseraient les artistes ?,

On dit que la Colombie est le pays le plus dangereux de l’Amérique du sud, on prend une partie pour le tout alors que seules certaines zones sont concernées par la violence,

Peut-on dire que plus le niveau de vie s’élève, moins il y a de criminalité ? A Bogota le nord de la ville est plus aisé,

Les amalgames et les partis pris ont la vie longue, sans doute pareil est-ce pour l’Helvétie,

La Colombie, un pays à découvrir, Cartagene ?, 

A l’aéroport, des bouteilles d’eau d’orchidée en vente, quel est le goût ?, les contrôles des bagages hyper important même pour les vols nationaux, les chiens reniflant par ci par là, le survol -au sens propre et figuré- depuis Cali,

Le vol direction Guatemala, avec escale à Panama -sur les photos, une ville style US avec des gratte-ciel, depuis l’avion le canal et ses méandres -un projet d’agrandissement est évoqué dans le journal, une escale à San José, une autre pas loin de Managua avec beaucoup de toits en tôle près de l’aéroport, des routes non goudronnées, une terre rouge....puis survol de El Salvador, le liseré blanc du sable des côtes, quelques volcans, des lacs, un paysage quelque peu montagneux –il doit y faire un peu plus frais, beaucoup de cultures, des nuages dans le ciel,

A Cali, j’avais demandé à pourvoir faire une escale à Managua, on m’avait répondu que ‘l’avion déchargeait les passagers sans en prendre’, c’était évidemment faux, mais il n’y avait rien à faire, mais cela j’en aurai la confirmation qu’à Panama, siège de Copa airlines, une compagnie aérienne comme tant d’autres où l'on est mieux nourri si on est riche -une empanada pour tous et un repas complet pour les VIP,

Il y a des choses auxquelles on renonce pour en voir d’autres, asi es la vida, et il paraît que c’est mieux comme ça,

Un journal évoque l’histoire des coupes de cheveux, depuis les Grecs, en passant par les perruques, un article parlant des Philippins constituant le contingent de marins le plus important, le stylo de marque ‘kaka’ acheté à l’aéroport de Panama,

Je lis….seraient à voir encore les beautés naturelles -et reposantes ?- du Costa Rica, considérée comme la Suisse d’Amérique centrale -pas d’armée, une relative stabilité politique…un autre pays le Nicaragua au passé lourd avec les tremblements de terre et le flux d’argent destinée aux victimes remplissant les poches de Somoza –comme cela a été le cas en partie pour les victimes du Tsunami, le mouvement sandiniste et la réduction de l’analphabétisme et des maladies comme la polio, l’effacement des 4/5 de la dette par la banque mondiale, l’écrivain Ruben Dario, la ville de Leon centre intellectuel du pays,

Un autre pays serait à (re-)découvrir, Cuba.

 



Venezuela, Caracas

Publié le 2/02/2008 à 12:50, Vénézuéla
Mots clefs :
- Lien

VENEZUELA 

 

Caracas

Ce sont les coins de rue, et non pas les rues, qui sont mentionnés sur les plans de la partie historique de la ville,

Les gens qui attendent sans broncher le bus, en se mettant en ligne -comme à Quito,

Des gens serviables, qui me rendent parano en disant tous que la ville est hyperdangereuse,

Les seins remontés dans des t-shirt moulant....plein la vue,

Le mélange ethnique et la beauté des visages, du ‘Brésil au parler espagnol’ ou peut-être comme à ‘Cuba’,

Le spectacle de danse quelconque mais de la bonne musique de Renaissance espagnole,

La conférence présentant un livre sur un ancien et fameux présentateur de TV décédé en 1978,

La population divisée, ceux qui se mettent à l’écart de la politique, ou bien ceux qui, travailleurs venant de tous les coins du pays, déambulent avec T-shirt et casquettes ‘bolivariens’ en se rendant dans une grande salle pour écouter le discours du président, ceux qui disent que les pauvres le soutiennent, ceux qui disent que le président n’a pas fait le quart de ce qu’il a promis,

La TV et la presse ‘un brin’ censurées,

Les Musées gratis sur ordre du gouvernement depuis 2004,

L’affiche évoquant la possibilité d’étudier pour tout un chacun,

Le panneau ‘republica bolivariana de Venezuela’,

La messe criolla en l’honneur de la ‘vierge de la rose mystique’, tenue dans le hall d'une grande tour, de beaux chants,

Le Musée des sciences, des expo diverses, yc sur la grossesse de l’adolescence, les moyens pour la prévenir, une sorte d’expo d’éducation sexuelle,

Le Musée de los ninos, des sciences de toute sorte, bien fait, didactique, yc l’expo sur ‘vivir sin drogas’, avec de jeunes guides,

Le centre de la ville réputé plus dangereux mais plus vivant, des stands en pleine rue vendant de tout,

L'affiche disant que la culture = c’est le pouvoir rendu au peuple… à la préfecture, il y a une boîte pour les dénonciations confidentielles, des portraits de Bolivar et de Chavez, des affiches disant ‘dignidad, soberania y autentica libertad’, ou ‘cuando la esperanza nos da la mano, Venezuela renace’,

Je me fais prendre pour un Américain à cause de mes yeux bleus, ce n’est pas toujours agréable lorsque je me fais haranguer,

Le prêche sur la place publique, la carte de visite distribuée par une femme évangélique dans le bus et questionnant ‘et si tu meures demain ?’

La plaza de la revolucion avec des stands et des livres pro-Chavez et pro-Fidel, pro-Che Guevara, une rhétorique un peu ‘blanc ou noir’ ?,

Les stands où l’on vend des textes de lois, des douceurs dont l’une d’elles est paraît-il faite de nerfs de vaches –c’est bon pour les os dit-on,

Dans le journal, un groupe de femmes réclame la fin de la pénalisation de l’adultère, le droit à l’avortement, etc.,

La bibliothèque du ministère de l’éducation où je me rends pour savoir si le programme scolaire a changé depuis Chavez, difficile de le savoir, il y a un fossé entre théorie et pratique probablement, tous les profs ne sont pas forcément d’accord avec la philosophie du pouvoir en place......idem pour les parents, certains choisissent une autre école pour leurs enfants pour éviter ‘l’endoctrinement’....des avis bien partagés, la bibliothécaire se dit ni de gauche ni de droite, ‘je suis là pour travailler, point barre’,

Dans les livres en consultation, je prends connaissance des programmes, être, savoir, faire, et vivre en société démocratique......langue/littérature, maths, éducation physique, sciences sociales, sciences naturelles et technologie, éducation esthétique, interdépendance des branches, etc....... langage, développement du penser, valeurs, travail, l’environnement, valorisation du rôle social de l’enseignant...... ‘docente comprometido, perseverante, communicativo, alegre, reflexivo, informado, honesto, solidario, creativo’ voilà le programme pour les profs… on parle de dimensions comme le respect de la vie, de la solidarité, des capacités telles qu’être sensible aux problèmes de la communauté, les indicateurs comme l’attitude coopérative, la sensibilité sociale....concernant les concepts, les procédés, les attitudes,

L’architecture béton des années 60 de l’université centrale, un étudiant dit que la majorité d’entre eux est apolitisée,

La banane plantain, le riz, le bœuf, les haricots, c’est le plat national, avec le verre de jus de fruits qu’on boit avec la paille,

Le groupe de sourds-muets qui se marrent en pianotant sur internet,

Les grands panneaux de pub -yc la tasse Nescafé sur les toits des tours, le pepsi plutôt que le coca-cola,

Ma colère face à l’employé de l’hôtel qui arrive à 7h45 au lieu de 7h pour me rendre mes documents, alors que l’avion n’attend pas, le stress durant le trajet me menant à l’aéroport, l’argent perdu parce que la compagnie aérienne demande que je prenne un vol aller-retour ‘parce que les autorités colombiennes le demandent’ –il n’y eut aucune question à l’arrivée en Colombie, peut-être est-ce une questions de passeport ?,

Le taxi, une vieille américaine, plein d’espace, les favelas près de l’aéroport de Caracas, la pauvreté a le même visage ici et là,

A voir seraient peut-être les côtes du Venezuela, comme de la Colombie,

‘Chevere’ qui veut dire ‘cool’, des gens chouettes et chaleureux, faciles de contact, l’envie d’y revenir.

 



Equateur, de Quito aux Galapagos

Publié le 2/02/2008 à 12:49, Equateur
Mots clefs :
- Lien

EQUATEUR 

 

Quito

Le quartier moderne banal, la femme hurlant sous la fenêtre d’un immeuble où se cache son mari avec sa maîtresse, les matins ensoleillés, les après-midi orageux,

Le Musée national de la banque d’Ecuador....le courant maritime chaud venant du nord El Niño, le courant froid Humboldt venant du sud est

 ....les poteries, le basket man, les visages aux yeux plissés, aux oreilles dégagées cf. boucles d’oreilles, le chapeau

....les divinités félin, alligator, harpy eagle, serpent

....les vitrines avec les pyramides à étages avec rampes -centre religieux....les Incas = Etat centralisateur, théocratique, militaire, les Incas qui avant les Espagnols ont aussi déplacé et exercé des contraintes sur les populations pour mieux les assujettir

......les motifs géométriques des tissus

....l’Espagne du 16ème siècle, ‘livestock breading policy of catholic souveraign, leading to exodus of peasants to cities, towards the administration, the servitude, the picaresque, and the Indies’ (trop compliqué de traduire),

Les œuvres religieuses souvent anonymes, l’artiste ne comptant pas en tant que tel

......les ‘encomiendas, cabildo, audiencia, haciendas’

....après Philippe II la noblesse prend le dessus......puis l'époque de Bonaparte, la révolution française, l'Indépendance des USA, inspirée des mouvements de libération

....l’évolution de l’art passant du baroque au réalisme etc, les sujet religieux sont délaissés au profit des portraits et des paysages, les historiens fiers d’être Américains visitent les sites historiques......Velasco, Espejo

......la république qui se détourne de la mère patrie espagnole et se tourne vers la France

......l’art délaisse les sujets religieux -symboles de l’oppression- pour des sujets scientifiques, l'humain et la nature

…Simon Bolivar

....le discours de l’art devient aussi social

......la période ‘indigéniste’ où les Indiens sont considérés comme symbole de la réalité humaine nationale avec dénonciation –tout en les justifiant- de l'injustice des traitements subis par les Indiens....il y a aussi une critique des relations de classes

......le style abstrait devient une alternative à l’indigénisme

....l’ancestralisme et le précolombianisme avec l'utilisation des signes et des significations des cultures ancestrales,

La granola, les yoghurts Nestlé, les bars à karaoké, populaires comme au Pérou,

Le resto japonais et la TV allumée, l'émission-show avec des interviews de jeunes délinquants-tueurs -‘mais que penserait ta mère décédée en voyant ce que tu fais’, dit la présentatrice, etc.- des interviews aussi de victimes, la présentatrice accuse les autorités policières de rester passives,

Les voies prioritaires pour les lignes de bus principales,

Les journaux avec des articles sur le poids, la santé, les lois, l'éducation, les prisons ......Ecuador, ce ne sont pas seulement les clichés touristiques,

Beaucoup de gens serviables,

L’attente du départ sur les îles Galapagos....quoi faire ? Je m’occupe, ne rien faire semble être devenu difficile,

Le Musée ethnologique présentant la richesse ethno du pays....il y a également des groupes afro-équatoriens, descendants d’esclaves fugitifs ayant conquis leur liberté et ayant résisté aux Espagnols, un autre groupe a été amené là pour travailler des terres tenues par les Jésuites

......il y a plusieurs types de danses y compris la bomba....les vêtements qui changent selon le statut civil

....les rites relatifs au mariage, la signification des ponchos noirs pour marquer le deuil d’un chef indien décédé,

Le milieu du monde, la ‘mitad del mundo’, avec la ligne ‘officielle’ pour les photos, l'héritage d’une mission française mais qui ne correspondrait pas à la réalité, l’autre ligne, ‘la vraie’, en dehors du site, avec un petit Musée intéressant où l’on voit notamment une horloge solaire à deux faces et éclairée des deux côtés lors des équinoxes –il n’y a pas d’ombre pour le saut lors de l’équinoxe, cela permet à l’énergie solaire de la ‘remplir’

… le fait de dresser les pouces vers le ciel pour recevoir l’énergie solaire…

Quito qui signifie le centre de la terre, le phénomène de Coriolis avec rotation horaire dans l’hémisphère sud, antihoraire dans l’hémisphère nord et sans rotation sur la ligne équatoriale

......la croix symbolisant les quatre saisons, les points cardinaux, les animaux -jaguar, serpent, caïman, aigle, les quatre éléments -feu, terre, eau, air

.... le jeune -et petit de taille- guide à la tresse noire et au sombrero, disant que les traditions se perdent parmi les jeunes qui ‘ne veulent plus vivre dans des cabanes en branchages mêlés de terre’, la présence dans les foyers indiens de hamsters qui sentaient si le visiteur apportait un mauvais esprit

…les valeurs importantes que sont ‘ne pas voler, ne pas mentir, ne pas être paresseux’

… pour être prêt pour le mariage il faut que la femme sache préparer une chicha, et que l’homme sache construire un bateau,

Beaucoup de fruits aux noms exotiques, je ne me souviens plus à quoi ils ressemblent après les avoir notés, chirimango, ovo, oca, capuli -comme des cerises, tomate de arbol, fraises, mures, mortino,

Le Musée de la cité, le fond musical d’un CD a capella –j’ai l’impression de me retrouver en Europe…l'accent mis sur l’époque post-colombienne, le 16ème siècle avec la fondation de la ville, les maisons simples, le 17ème avec l’essor de l’industrie textile -une visite guidée aurait été utile,

Le centre culturel métropolitain et les expos d’art contemporain, intéressantes…le Musée retraçant la période autour de l’Indépendance, le rôle des femmes s’instruisant au couvent ou à la maison, l’expulsion des Jésuites fin 18ème vers l’Italie, sans droits, avec abolition de l’ordre de St-Ignace sur ordre du pape, les universités tenues par les Jésuites sont alors peu à peu sécularisées, les Jésuites qui écrivent des œuvres pour contrebalancer les écrits d’Européens comme Voltaire qui dénigre l’Amérique, le rétablissement de l’ordre des Jésuites en 1814 -mais beaucoup sont entre-temps morts ou partis, ils ont notamment laissé des bibliothèques,

Le rôle de la société patriotique de Quito pour l’émergence d’une conscience nationale, l’influence des loges maçonniques –début en 1717 en Grande Bretagne, le modèle était la construction des cathédrales gothiques, les pratiques humanitaires, l'aide mutuelle, le mouvement s’est étendu en France, le mouvement anti-catholique, puis en Espagne, etc.-

… le mouvement de redécouverte de l’Amérique par les scientifiques européens stimulant les homologues américains qui deviennent des défenseurs des mouvements indépendantistes, le rôle de Espejo, intellectuel emprisonné

… en 1830 il y a séparation de l’Equateur de la grande Colombie –c’était le rêve de Simon Bolivar d’unir le Venezuela, la Colombie et l'Equateur…globalement une bonne présentation muséologique à Quito,

Le show folklorique andin, ennuyeux à souhait, les clichés où les ‘braves indigènes’ de la campagne distraient les citadins et les touristes…je demande s’il n’y a pas d’association d’indigènes intellectuels, apparemment pas,

L'excursion à Saquisili pour son marché où tout se vend, les têtes de porc, les produits miracles -bois, poudres, produits à base de bave d’escargot, etc.- que vendent des gens sans doute peu scrupuleux, les haut-parleurs des véhicules passant dans les rues, les femmes avec le baluchon sur le dos, de petite taille, un sombrero…une ou deux tresses selon le sexe

....la végétation verte comme dans le plateau suisse, la musique répétitive dans le bus,

Les ‘ahorita’ à la temporalité plutôt élastique,

La route panaméricaine à une voie,

Un journal évoque la présence de pétrole dans l’est et les revendications indigènes pour que soient éliminés les contrats ne respectant pas des principes écologiques, on y parle aussi des traités commerciaux avec les USA, les JO attribués aux Anglais -et le jour d’après, des attentats, de la victoire de Federer à Wimbledon,

‘Quito honesto’, une initiative passant à la radio et destinée à promouvoir un comportement citadin -pas seulement les politiciens- et plus honnête ‘qqn te demande de tricher au cours d’une épreuve, que fais-tu ?’, etc.,

Les boutons prurigineux après piqûres de je ne sais pas quoi,

Les capotes vendues dans certains bars, mais chers,

La jolie vieille ville, blanche, les églises coloniales,

Les articles évoquant l’aide japonaise pour la construction de puits chez les ‘indigenos’, la révision technique annuelle des bus, celui parlant du comportement des politiciens africains ne pensant qu’à leur propre profit, l’absence de secteur privé en Afrique -il n’y a que les paysans et les multinationales, l’héritage des frontières coloniales expliquant l’absence d'unité en Afrique, l’augmentation de 36% des ventes de voitures, la dératisation des marchés, le sprayage des zones malariques, les zones à méningite, etc.

 

Galápagos

Des îles où ont été envoyés des prisonniers, où se sont rendus des colons de divers pays, l'exploitation des tortues et d’autres animaux, l'introduction d’espèces -chèvres, etc.- mettant en péril la faune locale, les touristes priés de rester sur les sentiers, un contrôle nécessaire,

Le ticket d’avion vendu sans réservation, je me retrouve sans siège, je stresse, finalement une place se libère à la dernière minute, beaucoup d’enfants –de familles plutôt aisées- faisant leurs cinq jours sur les îles,

Une météo brumeuse, le soleil peu souvent au rendez-vous, le ‘splurge’ alimentaire sur le bateau

La visite du conservatoire de tortues semi-géantes sur San Cristobal, les mouvements lents ou plutôt l'immobilité, le sentiment du temps qui s’est perdu, de l’éternité, de l’immobilité,

Les visites de plusieurs îles, avec des crabes rouges et tigrés, des iguanes de terre, des oiseaux à pattes bleues tournant, assis sur l’oeuf, en présentant la nuque au soleil, le guano autour du nid –un oisillon hors du nid = pas de nourriture-…la résine de l’arbre St-Paul chassant les insectes, certains arbres perdent leurs feuilles afin de conserver l’eau,

Les animaux ne semblent pas effrayés par la présence des humains, hormis peut-être les iguanes,

Les oiseaux frégates aux queues bifides, qui se lissent les plumes après avoir extrait de leurs glandes des sécrétions lipidiques, et qui plongent à pic pour attraper les poissons, les blue feet bubbies, le guano blanc....le vent, les vagues agitées venant se briser contre les rochers, et par contraste le vol calme, précis et majestueux des oiseaux, les otaries joueuses et ‘paresseuses’, parfois aux odeurs peu agréables, la ‘bachelor area’ où les jeunes otaries mâles s’exercent entre eux pour apprendre à se battre, avant d’aller conquérir un territoire… les reptiles à sang froid qui suivent le cycle du soleil,

Ma myopie me joue des tours lors du snorkeling, j’ai oublié mes lentilles,

La volcanique Bartolomé, brune-grise, après un ‘bubbling’ il y a des centaines de milliers d’années, le déplacement horizontal de trois (?) cm par an de la croûte terrestre au-dessus de la source volcanique, cela expliquant la variation d’âge et la présence de plusieurs cônes volcaniques sur les îles Galápagos -qui veut dire tortues géantes (?),

Les arbres à cactus à Plaza Island, les iguanes et les tortues aiment les cactus contenant du liquide, ils les martèlent sur le sol afin d’en enlever les épines,

Il paraît que l’île Espagnola contient des albatros et quasi tous les autres animaux, Santa Cruz contiendrait des tortues à carapace en dôme, mais le bateau suit une autre route… l’autre lieu contenant des tortues géantes serait l’île Abadra (?) aux Seychelles,

La ‘coalition’ avec un sympathique couple italien de la Vallée d’Aoste pour refuser la pratique américaine des énormes pourboires journaliers, une grande frustration à cause des commentaires insuffisants d’un guide peu attentionné, un rapport qualité/prix decevant, sans voir des albatros, des tortues géantes en dôme, peut-être l’histoire d’une idéalisation d’un voyage sur des îles somme toute presque ordinaires ?

Le vol du retour avec vue du volcan enneigé Cotopaxi, la halte à Guayaquil –depuis l’avion des quartiers dont quelques uns ont les rues principales goudronnées, d’autres encore avec des maisons à toits en tuiles et piscine,

A propos des ‘indigenos’, s’agit-il de valoriser d’autres formes de savoir-être, de savoir, de savoir-faire ? Dans notre monde ‘moderne’, on valorise les universitaires, la culture de tel type plutôt qu’un autre.

 

 


Pérou, de Puno à Lima

Publié le 2/02/2008 à 12:48, Pérou
Mots clefs :
- Lien

PEROU 

 

Le passage à la douane comme une lettre à la poste entre la Bolivie et le Pérou, la causette avec un Péruvien qui raconte que dans son pays aussi, tout a été vendu, la route est asphaltée mais bonjour les vertèbres,

Le passage le long du lac Titicaca, bleu, avec un arrière-fond de montagnes de la cordillère, des berges sèches, parfois herbeuses, des villages en briques avec un toit de chaume ou en tôle, des vaches, des moutons.

 

Puno

Il y a du chauffage dans la chambre, mais pas plus de 14 degrés la nuit,

Le jeune de l’agence disant que sous Fujimori, c’était plus calme, que maintenant tous les prix augmentent,

Le guide raconte que les tours circulaires de Sillustani symbolisent le ventre de la terre mère, raison pour laquelle les gens étaient enterrés en position fœtale, avec ouverture à l’est pour que le soleil puisse faciliter la réincarnation,

Il explique aussi que les chapeaux haute forme viennent des Anglais ayant passé par là il y a 140 ans, les bonnets passant sur les oreilles sont eux d’influence allemande, voilà de quoi revisiter nos clichés ‘ethno’,

Les îles flottantes Uros, trop touristiques, c’est du Ballenberg et rien d’authentique, il y a des herbes hautes totora bonnes à tout faire, même la base se mange, c’est riche en iode etc.,

Les ‘yeux’ des nombreuses patates du marché,

Le maté de coca plutôt amer,

Les gens entassés sur le camion et protégés du froid par des couvertures,

L’homme courbé près d’une tombe au bord de la route,

Le vent soufflant la poussière, il paraît que c’est inhabituel,

Les camélidés que sont les lamas, les alpagas, etc.,

La chicha, boisson à base de maïs,

Le lac Titicaca -à prononcer Titikhakha, qui veut dire, ‘puma’ et ‘pierre’.

 

Cuzco

Un journal annonce que les autorités vont autoriser la culture légale de la coca dans certaines plaines, un sujet qui suscite apparemment des controverses,

La forme des contours de la ville, importante pour les Incas, Cuzco avait la forme d’un félin,

L’arc-en-ciel aux fenêtres, un symbole inca, pas gay,

Le bus qui se fait contrôler par la police pour recherche de biens bon marchés en provenance de Bolivie et passés en contrebande, une femme planque ses sacs et résiste à la policière, ‘mais c’est rien, laissez la’, ou alors ‘ces gens-là s’enrichissent avec le marché noir’, entend-on,

Une région à visiter lors des célébrations,

Le Museo de l’Inca......les dieux andins que sont le félin, le serpent, le condor....punchao = lumière, jour, soleil…condor = sommets aux neiges éternelles, félin et serpent = ( ?) divinités des eaux… Pachamama = terre mère

......le guide explique aux écoliers que la sexualité –voir les céramiques- était une ‘activité normale sans connotation érotique’, les céramiques aux formes rondes, leurs belles couleurs aux bruns dominants, aux motifs stylisés

....le lama qui a permis la vie en haut plateau –pour l’alimentation, le transport, etc.,

…l’influence espagnole sur le mobilier, la peinture, les vêtements de la haute classe inca... la naissance d’une culture de résistance anticoloniale ‘incanismo’ -peindre des thèmes sur des pots pour la mémoire-, à la mode inca aux 18-20ème siècles notamment au théâtre,

Les cérémonies où les offrandes sont présentées en deux moitiés, féminine et masculine, avec un œil central, des offrandes ensuite brûlées pour l’alimentation des dieux

....la culture millénaire du coca -qui contiendrait des protéines, des minéraux et des vitamines même si pas beaucoup- utilisé pour les rituels, la médecine, les liens sociaux

......les montagnes considérées comme des divinités redoutables auxquelles il fallait offrir des sacrifices humains -cf. Juanita conservée à Arequipa...les belles poteries Nasca, Mochica, Paracas montrant l’existence de plusieurs cultures pré-inca,

La commande au resto d’un cobaye, une spécialité locale, servi dans son entier sur l’assiette, ‘no gracias, yo no puedo comer’,

Machu Pichu -‘vieille montagne’, on prend le train, vue de la ville et ses toits de tuiles avec des croix et des petits animaux -félins?, parfois des drapeaux arc-en-ciel, parfois des murs en terre recouverts de cactus comme des barbelés....le site de Machu Pichu vraiment superbe, l'harmonie entre les ruines et le milieu, les montagnes boisées et très pentues, des ruines aujourd’hui peut-être ordinaires, mais à l’époque c’était recouvert d’or et d’argent (?),

Le prix élevé pour y accéder, le touriste argentin qui s’avère être un missionnaire évangélique disant que la situation à Cuzco a changé en dix ans, ‘ il y a moins de croyances païennes’,

L'altitude de Machu Pichu à 2400 m formant un climat idéal pour la culture......les ruines aux pierres encastrées, trapézoïdes tant pour les fenêtres que pour les murs......le magnétisme des pierres contenant du quartz, l’astronomie, les sections agricole et urbaine -religieuse et les habitations,

Les divinités du soleil, de la lune, de la terre, de la montagne, le condor pour transporter l’âme vers les dieux, le soleil, le puma pour l’eau, le serpent pour le monde d’en bas -il y a trois niveaux, le monde des dieux, le monde terrestre, et le monde d'en-bas…la croix andine,

Au retour, un arrêt à Ollantayayambo ( ?), une fête locale de danses folkloriques ....un jeune me dit que le quechua est une langue paysanne dévalorisée -il parle de racisme, mais les gens travaillant dans le tourisme se doivent de la connaître....c’est plutôt la vielle génération qui le parle, c’est une langue orale car l’écrit n’est pas maîtrisé faute d’être enseigné dans les écoles,

Cuzco l’ancienne capitale et les autres régions, les alentours faisant penser au Gros de Vaud avec à l’arrière-plan la Cordillère, sauf que les maisons sont en brique de terre crue, les toits en tuiles

… les villages touristiques sont un peu ‘casse-pieds’ avec les petites vieilles voulant à tout prix se faire photographier, les vendeuses pleurnichant pour vendre leurs bibelots, elles font ce qu’elles peuvent pour gagner leur croûte mais je trouve cela pénible,

Le spectacle de danse et de musique à Cuzco, encore un truc pour touristes,

Sur la montagne est écrit, ‘vive el Peru glorioso’,

L’écharpe de ‘bonne qualité’ qui s’effiloche,

Les routes pavées –comme souvent en Amérique latine- auxquelles s’accrochent les chaussures,

L'inca-cola,

Le ciel étoilé,

Les Internets partout, presque plus nombreux que les bistrots,

Le Musée d’art religieux avec un Christ de peau foncée et un pagne ‘en tablier’, mais certains tableaux ont simplement foncé avec l'âge,

Le Musée d’art précolombien, bien présenté mais avec des commentaires insuffisants, pas informatifs, du verbiage trop long,

Qoricancha, un couvent catholique qui a été construit sur un complexe religieux inca......40 lignes énergétiques, 342 sites sacrés......le soleil, la lune, l'arc-en-ciel, la foudre....les patates, le maïs......la forme de trapèze......le tableau cosmologique avec trois mondes, la dualité homme-femme, etc.,

La route très sinueuse jusqu’à Nasca... les massifs rocailleux désertiques avec des oasis,

La tête que je cogne sans cesse, le ‘malheur’ d’être grand quand on prend un petit bus,

Le chocolat chaud version andine avec cannelle et clous de girofle.

 

Nasca

Maria Reiche considérée à l'époque comme une folle et maintenant admirée, le tourisme a suivi,

Des lignes aux interprétations multiples -l’astronomie, les extra-terrestres, ou plutôt une  influence chamanique…pour les chamans les substances que nous considérons comme hallucinogènes permettent d’accéder à une autre réalité,

Des représentations de figures d’animaux, arrangés selon des axes précis -selon un calendrier, etc.- n’existant pas à l’époque dans la région,

Le survol en avion, les lignes qui se croisent, les dessins, un fascinant mystère......les formes trapézoïdales pointant vers des sources d’eau (?)....ou bien des lignes comme des chemins processionnels pour implorer les divinités afin qu’elles ne ‘pleurent’ la pluie,

D’autres régions dans les Amériques contiennent des traces similaires,

La région de Nasca a connu des changements climatiques il y a 2000 ans, des pluies diluviennes ont cédé la place à une sécheresse, les fleuves s’écoulaient du côté Atlantique, depuis l'avion on voit quelques arbres le long des cours asséchés formant comme un delta,

Les morts étaient enterrés avec plusieurs objets en raison de la croyance en la vie dans l’au-delà,

Les aqueducs en partie souterrains, les offrandes de feuilles de coca aux divinités des montagnes pour obtenir de l’eau,

Un journal dit que beaucoup de Péruviens ne payent pas leurs impôts, que les taxes sur voitures vont diminuer…l’article évoque la démocratie, un autre dit que l’Europe ne s’intéresse plus au continent sud-américain…il y a des dissensions dans le monde politique suite à la décision du gouvernement espagnol d’autoriser les mariages gay et l’adoption… la question de l’accord commercial du continent sud-américain avec les USA

......le film américain dans le bus montrant une histoire version ‘Tsunami’, ou version ‘retrait d’Irak’,

La région désertique puis cultivée -même du raisin, brumeuse vers Lima –une ville connaissant les 4 saisons, le Pacifique à portée de rétine, les pubs et les annonces colorées des façades de magasins,

La voisine dans le bus, une businesswomen très sympa qui se démène pour me fournir l’adresse d’une agence de voyage.

 

Lima

Le ciel constamment gris, c’est l’hiver, humide et frais,

L'architecture quelconque, des cubes de taille diverse, souvent peints,

‘Allianza peru, peru sin drogas’, sur un panneau.... et sur un autre, ‘corrupcion, una fruta mas de la coca’,

Le Musée de l’or, quelconque,

Le Museo de la nacion intéressant, les poteries Nasca, etc., montrant les activités quotidiennes, des thèmes religieux, les céramiques zoo- ou anthropomorphes, etc....les stèles, les tissus Paracas, la reproduction de la tombe de Sipan, la culture Mochica

......l’importance de la dualité chez les Indiens, soleil-lune, en–bas-en-haut, bon-mauvais, homme-femme, moins-plus, etc., opposés mais complémentaires

....les animaux = symboles des grandes forces de la nature, comme le jaguar, le faucon, etc......staff-god, dios de los baculos,

…le développement urbain des Wari....’fardo funerario’ –le corps en position accroupie/fœtale, enveloppé dans un tissu, comme un grand sac surmonté d’une sorte de tête/boule

…Chan-Chan/Chimu, avec les parties domestique, administrative, économique, funéraire,

…la notion de l’au-delà : chemin de cendres, les passagers brûlent leurs pieds, un pont de cheveux conduit à une rivière abondante, la nécessité d’être accompagné d’un chien noir ou roux qui doit pour se faire être tué -et être mis dans un sac également

....pour les Incas, il y avait un tribut à payer au roi soleil, un tiers restant pour les gens,

Wiracocha, le dieu créateur suprême de l’univers, invisible, tout-puissant, une divinité exclusive pour la noblesse inca, le peuple avait une religion plutôt panthéiste

....l’importance -notamment funéraire- des coquillages spondylus venant des côtes et importés vers les hautes terres

.... Conopas, un dieu personnel, représenté par une sorte d’amulette

....chez les Incas, le travail était considéré comme mita = travail d’intérêt public, ou minea = travail de solidarité locale

… il y avait la coutume de sécher et saler la viande, de déshydrater les patates en les exposant au soleil le jour et au gel la nuit,

Ma fascination ‘douloureuse’ pour la richesse archéologique du pays tant il y aurait à voir, la stimulation intellectuelle, je pourrai peut-être lire un jour ‘hispanic cultures of Peru’, de Justo Caceres Macedo,

Le Musée Larco, avec des textes insuffisants comme à Cuzco, les gouvernants se couvraient d’or, avec un effet visuel et sonore -le cliquetis des vêtements recouverts d’or- pour impressionner le peuple puisqu’ils représentaient les divinités

 ....la représentation des têtes des figurines proportionnellement plus grande qu’en réel....El Inti = le soleil pour les Incas

......l’ordre temporel et social était soutenu par un calendrier agraire et astral

......on voit des ornements avec des plumes qui représentent le monde d’en-haut....les métaux = support de symboles sociaux, politique et religieux, en usage pour la mort, pour entrer dans l’autre vie, il y avait connexion avec les divinités....les conquistadores ont désacralisé la symbolique des métaux en pillant les lieux,

…parmi les coutumes, on note les combats rituels

.... la chicha était le symbole du sang des ancêtres indispensable pour la vie, une offrande aux dieux et à la terre, parfois le sang des vaincus décapités était bu pour assurer la continuité de l’ordre à la faveur des dieux

.... le tumi, c’était une sorte de couteau arqué servant également à décapiter, ou comme cuillère (?)

....manacocha, c’était l’océan, la mère des eaux, d’où viennent les strombus, les coquillages, utilisés comme symboles de l’eau, aussi pour annoncer la venue de personnes de haut rang,

L’iconographie mochica, notamment érotique, avec des représentations du monde des divinités -d’en haut, l'accouplement et l'union de la terre et de l’eau pour obtenir la vie végétale, pour le monde des vivants l'accouplement destiné à la procréation donc pour assurer le cycle de la vie, et pour le monde des morts la présence de coïts non vaginaux et de pratiques sacrificielles (?),

Le Musée d’anthropologie, d’ethnologie et d’histoire du Pérou –en train d’adapter les salles pour produire des textes bilingues espagnol-anglais

.... la caverne et la nécropole Paracas avec en haut les associés, puis un tube qualifié de matrix, puis en bas la partie individuelle où il y a des gros sacs contenant des cadavres en position fœtale....la déformation crânienne pour marquer l’identité

....les céramiques Moche pour représenter la météo, la faune, la pêche, les guerriers, les nobles, les constructions architecturales, l’activité sexuelle liée à la fertilité et à la reproduction, les maladies, les us religieux, les portraits, l’art est au service du religieux

......les temples en U, ou plats étagés

......lors de fêtes religieuses, on sortait les momies au soleil

......les motifs céramiques des Nascas, comme greca escalonada

....les irrigations des terrasses avec un système d’amenée d’eau

......les grands pots rouges avec des motifs, un col en forme de tête

....les Incas ont développé un important réseau de routes, ils ont adoré le dieu soleil puis viracocha, l’inca est le roi et les panacs sont des familles royales,

L’apport de l’étranger à l’Amérique comme le cheval, le mulet, le boeuf, la brebis ( ?), la chèvre, le cordos ( ?), les oiseaux de basse cour, le blé, les olives, la canne à sucre, le raisin, le cabadas

… l’apport de l’Amérique à l’étranger comme le quinoa, les haricots, les pommes de terre, le maïs, le caoutchouc

....l’imposition de la langue espagnole par les colons, la nécessité de la parler si l’on voulait monter socialement,

Une salle permettant de réfléchir sur le Pérou d’aujourd'hui, notamment la république, l’influence de l’idéalisme et du marxisme, le mouvement des novocientos, des indigénistes (?)

....il y a eu un développement industriel au cours des siècles précédents avec aussi des phénomènes de modes vestimentaire etc

......-mais où donc est l’architecture andine moderne ?

......de la musique variée, marinera, boleros, cumbia –un rythme plus ‘caraïbes’, folklorique andin, etc

.......dans une salle des cabezas reducidas -une coutume dans certaines tribus amazoniennes de porter en trophée la tête des vaincus

....les mouvements de révolte indienne matés par les colons

....une visite guidée aurait bien fait l’affaire,

L'église et couvent de San Francisco, la coupole mauresque, la bibliothèque, les plafonds en relief, le policier et le chauffeur de taxi se réclamant de la sensibilité évangélique,

Le vieux chauffeur érudit qui fait du taxi pour suppléer à sa rente qui ne lui permet de tenir que deux semaines sur le mois,

Les enfants vendant des bonbons et des chocolats dans les bus, aux feux de signalisation,

Le spectacle des mains dans le quartier europeo-américanisé,

Les supermarchés ‘metro’ appartenant à des chinois péruviens (?), beaucoup d’Internet partout,

Le bâtiment central de la police nationale pas loin de l’hostal, ce jour, comme chaque premier lundi du mois, c’est la parade,

Le dimanche, beaucoup de magasins ont ouvert, les centres de cours aussi -musique, informatique, etc,

La boisson de quinoa avec pommes et coings, la tisane à base de gélatine d’aloe (?) avec diverses autres substances, paraît que ça rajeunit et maintient en forme, les restaurants chinois,

Les programmes de débats à la radio, sur la démocratie, la corruption, l'enseignement notamment,

Je lis, il y a beaucoup de sites à voir dans le nord du pays, les temples pyramidaux, etc.,

Vol pour Quito, il n’y a plus de place en classe économique, me voilà transféré en business, j’ai droit au repas qui pour les autres coûte 5$… le journal évoque le scandale du temple de la fertilité près de Puno –il paraît que ce ne sont pas des objets phalliques mais quelque chose qui a à voir avec la construction (?), des articles parlent du pétrole découvert au Pérou, des flics arrêtés pour implication dans le narcotrafic, ou de Coca-Cola lançant des produits lactés pour les enfants et du Coca vanillé, du Japon considéré comme le marché le plus lucratif pour Coca-Cola, de la perte économique et du manque de confiance des investisseurs suite aux blocages de route en Bolivie, de l’Amérique centrale qui a regagné la confiance des investisseurs -‘pour preuve’ la présence des 100 multinationales les plus importantes, Nestlé y compris.

 



Bolivie, de Uyuni à La Paz

Publié le 2/02/2008 à 12:46, Bolivie
Mots clefs :
- Lien

BOLIVIE 

 

Uyuni

Sur la route, des pueblos, en adobe, avec toits de chaume ou en tôle, la soupe au quinoa, la viande de lama, le siège du bus où un enfant semble s’être auparavant ‘oublié’,

Le costume traditionnel des femmes avec chapeau, robes, les enfants portés sur le dos....ou alors des vêtements à la mode occidentale,

Les nuits à trois degrés dans la chambre, on me déconseille la seule chambre pas chère chauffée au gaz, en raison de l’excès de monoxyde de carbone dégagé par la combustion en altitude,

L'affiche évoquant la discrimination qui existe entre les descendants des colons et les indigenos,

Le superbe Salar, des couches de sel et de terre alternent sur 100m de profondeur, 12’000 mètres carrés, un ciel bleu, une mer blanche comme de la neige -pareil lorsqu’on marche dessus, des motifs polygonaux qui deviennent moins réguliers lorsqu’on s’en approche de près, des montagnes au loin, des cactus de l’île Pescador -le plus vieux de 12 m a donc 1200 ans,

Dans la voiture, une habitante de l’île qui dit avoir redécouvert ses racines aymara, la culture, la langue -qui se perd, la Pachamama assimilée à Marie, elle évoque le culte du soleil ou de la lune,

L’alarme à 7h30 et 8h du matin....pas de danger, c’est pour avertir la population que c’est bientôt ou que c’est l’heure de commencer le travail,

Le trajet de bus nocturne pour Potosi, plutôt pénible, pas de route goudronnée, la causette avec un Bolivien qui pense que le nouveau gouvernement est identique au précédent, il comprend les sympathisants du mouvements des pauvres qui bloquent les routes -peut-être le seul moyen pour faire plier le gouvernement, mais beaucoup n’apprécient pas car les blocages de routes provoquent des problèmes d’approvisionnement et le tourisme en subit les conséquences,

 


Potosi

La chambre chauffée -il y a huit degrés, les nombreuses chaînes de TV sud-américaines et CNN en espagnol,

Le journal ‘monde diplomatique’ existe en espagnol, je l'ai vu en Argentine et au Chili,

10 % de la population locale vit des mines -argent, zinc, plomb, étain dont les cours ont augmenté en raison des guerres (mais pas uniquement)-, on peut les visiter -je fais la version « light » à cause de ma claustrophobie…en 1985 il y a eu privatisation et achat par des firmes étrangères des mines les plus rentables, les autres se sont réunies en coopératives…il n’y a pas de surveillance des conditions de travail, pas de lumière dans les couloirs, on mâche les feuilles de coca, on fume des cigarettes, on explose à la dynamite,

Dans la montagne, la divinité El Tio en forme de diable qui reçoit deux fois par semaine des offrandes d’alcool etc, il est vénéré comme la Pachamama pour éviter des accidents et pour recevoir les produits souterrains....dans le passé, il y avait des esclaves noirs qui ont été déplacés vers les régions plus chaudes car ils ne supportaient pas le climat,

Le yoghourt de bananes, vendu dans les rues, les mineurs le consomment pour se protéger de la silicose,

Alors que j’attends un taxi, on me vole mon sac bleu que j’avais déposé derrière moi, avec le guide de voyage, les lunettes de soleil, mais heureusement pas ma vie, pas mon argent, pas mon passeport conservés ailleurs.

 

Sucre

Une jolie petite ville coloniale blanche -les habitants sont en majorité Indiens, des jeunes dansent dans les rues pour répéter leur spectacle prévu deux jours plus tard,

La nuit de la San Juan, une fête andine du nouvel an faisant référence au soleil, au solstice -cf. Tiwanaku, des pétards sans arrêt, malgré l’interdiction décrétée pour des raisons écologiques,

L'affiche évoquant le travail des enfants, 13’000 dans les mines notamment,

Dans un journal, ‘somos todos bolivianos’, une diversité des mentalités et des ethnies, ce n’est pas évident,

Plus vers l’est, c’est le climat tropical, et ici on gèle un peu moins que dans le Salar,

Le Musée de l’artisanat des Campesinos, intéressant, à croire qu’il y a deux cultures....quel dialogue y a-t-il entre la culture post-coloniale urbaine et la culture indigène campagnarde ? Des ‘descendants de colons’ présentent aux touristes le patrimoine de ceux qui les ont précédés sur ces terres, j’en suis un peu perplexe

....de beaux tissus rouges et noirs ou blancs avec des motifs où l'on trouve parfois des animaux inconnus mais dont ont parlé les colons

....la musique et la danse permettent de délimiter l’ordre social et des genres, les hommes fabriquent les instruments, composent la mélodie et sifflent, les femmes chantent -la voix basse aussi, la musique est caractérisée par des échelles, des rythmes, des mélodies, mais aussi des postures, des mouvements,

La blouse blanche de l’écolière qui fait un signe de croix en passant devant une église, sur la porte une affiche faisant la campagne nationale pour les mariages religieux, beaucoup d’universités et de collèges catholiques, l’église est loin d’être absente, dans un journal je vois l'annonce d’une messe en l’honneur du fondateur de l’Opus Dei,

Des étudiants en agronomie apprennent le quechua pour des raisons pratiques, il paraît que les écoles primaires commencent à l’introduire également dans leur enseignement, car les villageois ne maîtrisent pas forcément le castillano,

Le drapeau national : jaune pour les minéraux, rouge pour le sang versé pour l'Indépendance, vert pour les végétaux et l’espoir,

La douche à peine tiède, j’ai froid les nuits, il n’y a pas de chauffage,

Le riz, les patates, la viande, les légumes, les empanadas, les tisanes avec prêle, camomille, etc., vendues dans la rue.

 

La Paz

Le vol par dessus les montagnes andines, des sommets enneigés, le relief érodé, il y a peu de végétation sauf dans quelques plaines, les maisons dans l’angle d’un carré délimité par un mur de briques, parfois collées les uns aux autres,

Dans un journal, je lis que Bangkok prépare un programme pour lutter contre l’obésité des agents de la police métropolitaine,

Une ville dont les maisons en brique de terre cuite s’étagent à flanc de coteau, ça monte raide....des sommets enneigés à l’horizon....un mélange de vêtements traditionnels et à l'occidentale, des coupes de cheveux fashion ou en tresses, les sombreros -il paraît que la forme suit également la mode, ils sont actuellement plutôt hauts,

La boisson chaude au quinoa au lait ou à la pomme, sans oublier la cannelle,  bien bonne,

Les boissons gazeuses, pas grand-chose à part celles produites par Coca-Cola & Co,

Le petit Musée de la coca -avec traductions en plusieurs langues, je lis, la coca provoque une légère anesthésie dans la bouche, une légère euphorie, un élargissement de la conscience, une augmentation de l’énergie physique....la coca est offerte également lors de cérémonies de mariages, elle permet d’étendre et de fortifier l’âme, c’est une marque de confiance, une carte de présentation, un symbole de bonnes intentions......elle permet l’adaptation à la vie en haute altitude via la stimulation des centres respiratoires et la diminution de l’agrégation des globules rouges ( ?),

La convention de Genève de 1961 a déclaré que la coca était responsable du retard mental et de la pauvreté en Amérique du sud....5% de la population mondiale vit aux USA, mais les USA consomment 50 % de la production mondiale de coca....la procaïne était utilisée comme rajeunissant…36 pays ont le droit de produire, commercialiser la cocaïne, mais pas la Bolivie....le vin Mariani -en France- contenait 0,12 g de cocaïne pour 28 g de liqueur et avait été décoré par le pape de l’époque....le Coca-Cola est une boisson sans alcool -cf. époque de la prohibition- avec la saveur de coca mais sans cocaïne, et ‘cola’ vient de la noix de Ghana.... les feuilles de coca sont foulées par les pieds de nombreux campesinos, une ‘pied’ d’œuvre bon marché,

Il y a eu l'invasion des Espagnols, mais il y a eu aussi l'invasion des Incas, chacun en envahit d’autres à son tour,

La langue aymara est pré-inca, le quechua est inca,

C’est un plateau sec, comment est-il lors de la saison des pluies ?,

Les cireurs de chaussures, certains au visage masqué pour ne pas être reconnu, il faut sauver la face,

Les bus Bedford colorés,

La visite de Tiwanaku, beaucoup de choses restent inconnues, pas comprises, il y a beaucoup d’hypothèses... la statue monolithique du prêtre avec de grands yeux -lors de transes ?- représentant le pouvoir religieux et social, c’était un Etat théocratique

....le calendrier agronomique utilisant le soleil et la lune, la cosmologie contient le monde d'en haut, le monde d’ici-bas, le monde souterrain, le culte de la Pachamama, la place des ancêtres et des divinités,

L'ordre social est important, avec la distinction entre les classes sociales, selon la profession effectuée, ce qui a permis notamment les grands travaux -chacun à sa place- la  porte du soleil, l'astronomie, la géométrie, les mathématiques,

La mentalité andine c’est donner puis recevoir......le condor....la croix andine, on relie les angles et on obtient un carré, ou bien le chiffre Pi....les méthodes d’irrigation, la déshydratation des patates pour les conserver,

Le Musée des instruments de musique, des flûtes quasi traversières, des créations inédites comme un charango à cinq manches, quelques instruments à vent manifestement érotiques -mais aucun commentaire sur l'étiquette,

Des stands de rue, les chapeaux des femmes vendeuses,

Les jeunes étudiants d’une université prenant, avec plaisir, des cours de danse traditionnelle, le patrimoine culturel semble ne pas se perdre complètement, même si les ‘peña’ sont principalement visitées par les touristes,

Un journal évoque des thèmes connus en Europe aussi, l'évolution des baisers dans les Andes suite aux influences extérieures, les problèmes écologiques, etc.,

Les tags au contenu politique sur les murs, les fontaines, les lumières des maisons la nuit montant haut dans les montagnes, la circulation modérée pour une ville de cette taille,

Les fœtus de lamas séchés vendus pour être brûlés comme geste propitiatoire,

L’éducation bilingue proposée par l’université indigène, la question de l’autonomie régionale, de la territorialité, de l'interculturalité, de la gestion éducatrice,

La discussion avec la touriste américaine qui raconte qu’aux USA on recommence à parler de la faim, que beaucoup d’enfants ont leur repas subventionné car les parents ne peuvent payer,

Je n’ai pas visité les ‘indigenos’ des pueblos,

Le chauffeur de taxi disant que les gens de Santa-Cruz qui souhaitent l’autonomie sont en fait des descendants d’immigrés enrichis,

Un article dit que 23% de la population bolivienne est malnutrie, c’en est 11 % au Pérou, un autre évoque un plan Marshall pour les nations pauvres, un autre signale la production de coca même dans les parcs nationaux, on parle aussi de Evo Morales comme leader des campesinos, du développement alternatif soutenu par USAID,

Le système de santé à deux vitesses avec les pharmacies privées où tout se paye, il n’y a pas l'habituelle personne préposée à la caisse comme dans la plupart des magasins d’Amérique latine,

Le Musée d’art contemporain avec la représentation d’une femme clouée sur la croix.

 

 



Chili, de Santiago à San Pedro de Acatama

Publié le 2/02/2008 à 12:45, Chili
Mots clefs :
- Lien

CHILI 

 

Santiago

Les différents barrios colorés comme ‘brasil’, ‘santa lucia’, etc., les maisons de la vieille ville n’ont pas plus de deux étages,

Les uniformes scolaires, les tags le long des murs,

Les amandes grillées vendues à chaque coin de rue, un lieu pour internet tous les 50m, des kiosques de magazines tous les 20m dans les rues piétonnes,

Quelques policiers, une manifestation pour défendre le droit des artistes de rue à occuper la place des Armas, dans les rues piétonnes des numéros de comiques, des évangélisateurs, de la musique de Strauss,

‘Suerte, que te vaya bien’,

Le Musée de la solidarité Salvador Alliende fermé, officiellement pour inventaire, officieusement pour des disputes entre la famille et le gouvernement comme le raconte une jeune réceptionniste de musée,

Le magnifique Musée chilien d’art précolombien, la superbe collection de céramiques, de vases anthropo- et zoomorphiques, la polychromie, les pierres sculptées, les masques, les visages sur les céramiques souvent peints de profil,

…plusieurs cultures indiennes....des cultures agricoles -la déesse mère- ou des chasseurs/cueilleurs

....les centres mayas se sont construits autour des pouvoirs religieux, politique, économique....le chamanisme c’est communiquer avec les esprits, la guérison de maladies, la prédiction du futur

… la société indienne était très hiérarchisée, le développement s’est fait dans l’urbanisation, l’architecture, les arts

....coquero pour le coca mâché -comme le quat au Yémen,

Il y a des rituels funéraires avec exhumation des morts -comme au Madagascar, la momification se fait en extrayant tout sauf la peau puis en remplissant de matériaux divers,  au 2ème enterrement les os sont déposés dans des urnes, les morts rendent visite à la famille via les masques, les instruments de musiques, les transes de danseurs,

Une exposition sur les Indios de Colombie, les humains, les animaux, les plantes, les esprits font partie d’un grand ensemble avec des règles

....les animaux et les plantes sont d'anciens humains qui ont une autre apparence

....les chamans sont des spécialistes religieux, des gardiens de l’ordre social, ils chantent, dansent, et peuvent se transformer en animaux....chacun possède une seule forme spirituelle de transformation,

L’or est symbole du soleil, de la virilité, et le rouge cuivre pour la lune, la sexualité féminine, le feu.... le jaguar, l’or, le soleil, le tonnerre représentent le pouvoir, l’agressivité, la fertilité.... l’escargot, le coquillage en forme de spirale représentent les temps mythiques, l'existence, la vie et la mort qui tournent ainsi, le mouvement perpétuel où l’être n’est jamais la même chose.... le crabe sert de médiateur entre l'eau et la terre, le crocodile est vu comme une terre flottant sur la mer mythique, la chauve-souris représente le monde souterrain où il y a des êtres mythiques puissants

… le canoë anaconda a porté les 1ers  êtres -dans la culture amazonienne, les arbres représentent l’image du cosmos et le territoire indien, le développement métamorphique des batraciens fait penser au temps qui passe, ‘a fixed identity is non-existent’,

Le monde est un processus métamorphique où les individus changent en adoptant différents points de vue, on définit ou transforme sa personnalité via les tatouages, les ornements, la coiffure -statut social....on se réincarne en cerf ou en ours.... le port de masques ou le bodypainting, c’est interrompre l’existence quotidienne pour une nouvelle réalité et un état temporel, pour le monde sacré des ancêtres, des dieux, et adopter une nouvelle perspective

…il y a différentes classes d’énergie

....la coca -et tabac, yopo, yaje- stocké avec une gourde pour le catalyseur -coquillage ou chaux, ou cendres- pour entrer en communication avec le maître des animaux, les dieux, les esprits des ancêtres, il y a un rituel d'initiation avec une position en ‘basket’, pour la divination, le traitement, les rites préparatoires pour la chasse, l’acquisition de connaissances

.... avec la colonisation, l’usage de la coca réservé aux personnes ayant autorité politique et religieuse s’étend, la culture s’étend, c’est le tribut payé aux Espagnols

.... dans les chants et la danse, les chamans mettent en scène le chaos menaçant l’ordre et la restauration de l’équilibre, la danse, via le rythme etc., ils interpellent les esprits, afin de multiplier les animaux, recréer les mythes, protéger les gens, promouvoir la santé.... la position assise du chaman reflète la sagesse, assis sur un tabouret donc au milieu du monde –l’axe du monde- il monte et descend d’un niveau à l’autre

…entre 1150 et 1819 –l’Indépendance- les colons ont considéré les rites chamaniques comme des manifestations diaboliques

…l’or manifeste le pouvoir spirituel et créateur car en lui se réfléchissent les rayons du soleil, c’est aussi un symbole d’immortalité

.... la guerre a une connotation sacrée avec le sacrifice des vaincus pour reproduire la vie et le cosmos, parfois accompagné de la prise de l’identité du vaincu,

Le port fréquent d’anneau nasal… le grand fil auquel sont accrochés des petits fils par les fonctionnaires pour conserver symboliquement une trace mnésique des événements,

Le beau sourire et le clin d’œil dans les escaliers du métro –qui ne fonctionne qu’entre 6h30 et 22h30, avis au couche-tard,

Les universités privées sont nombreuses et répondent à la demande, mais beaucoup d’étudiants travaillent le jour pour se payer les cours du soir,

Le chauffeur de taxi qui raconte que sous Pinochet l’ordre régnait, pas de délinquance, etc. –propos déjà entendus à Buenos Aires,

Un autre chauffeur de taxi qui me dit que la réforme pénale -droits des détenus et droits des victimes- n’est qu’un demi-succès car elle risque de ne pas être fonctionnelle...le département de justice a un site web,

La réceptionniste du Musée des beaux arts qui dit ‘welcome in Chile, welcome in South America’, en commentant l’histoire -riche en dictatures et coups d’Etat-, elle mentionne le livre de Simon Coller sur l’histoire du Chili,

Je lis, les latifundias de l’époque coloniale étaient opposées à toute reforme agraire, il y a eu immigration irlandaise, anglaise, espagnole, à la demande, italienne, croate, française, palestinienne, etc., les Indiens ont dans certains endroits résisté au colonisateur pendant 300 ans -guérillas…l’industrie du cuivre est actuellement en mains américaines, il y a eu volonté de nationaliser en 1973, puis vint le coup d’Etat....dans la région d’Acatama, il y a plein de nitrates, la région a été prise fin 19ème aux Boliviens et Péruviens....le pays est exportateur de fruits donc utilise des engrais, d’où un problème écologique,

Les Chiliens auraient une tendance de psychanalyser les choses, ils feraient preuve d’un manque de patriotisme (?)

Le Museo historico national....avec Magellan etc., l’histoire s’arrête aux années 70, on explique le coup d’Etat par la réaction à des mouvements ultragauchistes…il y aussi une exposition s’inspirant du livre sacré maya du Guatemala, les êtres humains auraient été créés à partir du maïs blanc et jaune, etc.,

La maison-musée en forme de bateau de Pablo Neruda,

Le 21 juin correspond au nouvel an mapuche et aymara, le 24 juin est le jour des communautés indigènes,

En début de semaine, un tremblement de terre a secoué le nord du pays 7,9 Richter, un parmi d’autres selon l’agent de l’office du tourisme à l’aéroport qui dit qu’il n’y a pas de quoi s’affoler......les  Indigènes sont les principales victimes car ils habitent dans des maisons adobe peu résistantes aux secousses.... je vois des reportages TV, des récoltes d’argent,

23 h dans un bus de nuit aux sièges trop petits....vers Antonfagasta, je vois une piscine olympique, et l’océan visible, avant de passer dans une région de désert, d’industries minières, et la poussière dans l’air, les froides nuits.

 

San Pedro de Acatama

Le culte du dimanche, le jour des pères, dans une longue église du début de l'époque coloniale, avec un toit en bois de cactus, les murs recouverts de chaux,

La tension entre vouloir faire un peu de tout -ce qui implique aussi un choix de ne pas tout faire- ou approfondir quelque chose de préalablement choisi, renoncer et être bien,

Salar d’Acatama, peut-être un alibi écologique pour l’exploitation du lithium, chère payée la visite privée,

Dialogue avec le Créateur, Uyuni ou pas ? Le bus est complet, finalement un billet se libère, merci !

Le passage de la frontière, et le chauffeur d’aider à poser le ‘stempel’ sur les passeports, après une nuit très froide, le maigre chauffage du bus ne fonctionne plus à l'arrêt.

 



Argentine, de Iguazu à Mendoza

Publié le 2/02/2008 à 12:44, Argentine
Mots clefs :
- Lien

ARGENTINE 

 

Iguazu

Les mêmes chutes vues de plus près, et beaucoup de moustiques, quand je fixe la chute il est presque impossible de ne pas suivre le mouvement de l’eau et lorsque le regard se déplace, tout semble bouger, vertige,

Le maté,

Le prix exorbitant des timbres -quatre pesos pour juste une carte postale, conséquence des privatisations sous Menem, me dit une buraliste, il paraît qu’avec Kirchner c’est un peu mieux, mais c’est presque pareil.

 

San Ignacio

Un petit bled quasi désert, quelques jeunes fument et boivent leur bière, il paraît que les familles ici ont encore 7-8 enfants,

Les Jésuites ont fondé beaucoup de centres religieux, ils ont été expulsés à la fin du 18ème car ils représentaient une menace pour le roi d’Espagne, c’est de l’histoire que je connais mal, à l'entrée est gravé le symbole IHS allusion au grec et aussi à iesus hominum salvator,

Les empanadas,

La couleur rouge de la terre lavée par les pluies.

 

Buenos Aires

Beaucoup de têtes au look européen, aux yeux bleus, leurs ancêtres sont venus d’Europe il y a quatre générations, Italiens, Espagnols, des Suisses aussi -notamment dans la province Missiones où j’ai un un resto et une auberge suiza, les Indios sont également présents en Argentine,

Les crottes sur les trottoirs, le froid plutôt humide,

Les artistes de rue, les couples dansant le tango dehors,

Au quartier de la Boca, des tôles ondulées peintes -c’était le matériel disponible pour les immigrés génois de l’époque, beaucoup de touristes dans le caminho, sur un mur la liste des disparus,

Sur un panneau officiel, je lis ‘centro de gestion participacion’,

Le Musée d’histoire nationale, histoire qui semble ne commencer qu’avec la colonisation, il y a juste un petit panneau évoquant les Indios -des cultivateurs ou des chasseurs-cueilleurs....au début du 19ème, il avait 30% de Noirs à Buenos aires –des esclaves.... l’Indépendance -9 juillet- est en lien avec la Révolution française, il y a eu une lutte entre fédéralistes et centralistes,

Les restaurants et les pâtisseries fortement ‘européanisés’, le Teatro Colon à l’acoustique fameuse,

L'ambiance sympa au café Tortoni pour les show tango, des touristes venant du Pérou, du Mexique…pas toujours simples les relations au sein de l'Amérique du sud,

Le Musée d’art latino-américain, l’art abstrait marquant la fin de l’art considéré comme fenêtre sur le monde avec un caractère illusionniste -représenter la réalité, il s’agissait là de travailler avec des éléments tels que la couleur, la surface, les lignes, les formes, dans les salles un tableau fermeture-éclair hommage à Fontana ou la sculpture de la rencontre impossible,

Les panneaux de rues sponsorisés,

Les problèmes des écoles publiques jugées moins bonnes, la sélection favorisant les plus riches,

Le cimetière de la Recoleta, le tombeau d’Eva Peron qui a aussi son musée,  des cercueils sur étagères ou accessibles au sous-sol par un escalier, certains tombeaux ont été probablement pillés, d’autres sont presque des buildings, une ambiance étrange,

Un article de presse évoque les troubles en Bolivie, entre une gauche pragmatique style Lula ou une gauche radicale que choisir ?, le journal signale aussi que les profs d’uni ont souvent un boulot à côté pour arrondir les fins de mois,

L'azucar impalpable,

Les flics dans les rues, on est plus sûr,

La mauvaise humeur du chauffeur de taxi qui accuse les piqueiteros de bloquer tout le trafic et le gouvernement de laisser faire,

Mon sentiment que les Argentins ont une fierté blessée vu leurs déboires économiques,

Il paraît qu’il y a un parc à thème religieux -santa terra- pas loin de Buenos Aires,

La causette au téléphone avec Tina qui a vécu en banlieue genevoise… elle raconte, 80% de la population habite les villes, les campagnes sont des latifundia, conservatrices et traditionnelles, le droit de cuissage existe, l’Etat a disparu sous Menem qui a tout vendu, c’est un peu mieux maintenant sous Kirchner -ce jour même la cour de justice a déclaré non constitutionnelle la ‘loi du pardon’ pour les militaires dont le procès peut ainsi être rouvert- mais ‘rien n’est assuré, tout peut basculer à nouveau’ comme pour les comptes bancaires en 2001 où beaucoup ont perdu tous leurs dollars,

Elle raconte encore, la forte influence de l’Eglise Catholique, l’absence d’éducation sexuelle à l’école alors que les chaînes de TV pornos sont accessibles avec un décodeur souvent piraté, l'avortement interdit, les quelques initiatives pour le développement durable, l'alimentation, la santé, pour Tina il est difficile de vivre dans un pays où les enfants frappent aux portes pour mendier, où il y a de la prostitution enfantine,

Dans le quartier de la Boca il y a beaucoup d’immigrés ou clandestins péruviens ou équatoriens,

Aux kiosques se vendent des extraits de lois (?), des revues psy,

Les graffitis sur les socles des grandes statues,

Les cakes ronds fourrés,

Borges qui a sa rue à Genève,

Les gens qui vident les poubelles dans les rues à la recherche de nourriture ou d’objets recyclables,

La vision partielle et insuffisante du pays lorsqu’on voyage de nuit en bus, ça n’aide pas à former une image mentale de la géographie du pays, j’ai besoin de voir pour faire exister, une image dynamique pour garder quelque trace en mémoire,

A peine capté quelque chose de la culture gaucho hormis un cavalier aperçu depuis le bus dans la province Misiones,

Il neige à Bariloche paraît-il, on skie en Amérique du sud, mais les Argentins ne peuvent pas tous se permettre de partir en vacances,

A voir Calafate, la Patagonie, la terre de feu, l’altiplano, des régions qui ont fait l’objet de conflits territoriaux avec le Chili,

Je lis, 90% du commerce du ciment est en mains étrangères -notamment Holcim, tout le pays a été vendu sous Menem, les terres, les ressources minérales, les industries, alors que le pays pourrait être autosuffisant et riche.

 

Mendoza

Une étape obligée, pas prévue, la neige a rendu le col inutilisable, 8000 camions attendent le dégel, l’avion me permettra de voir un peu la chaîne andine, quasi nue, sans végétation,

Le Musée d’archéologie locale, et l'importance de l’eau dans ce paysage désertique et cette région sismique, l'importance de la place centrale -militaire, avec autour el cabildo, la real audencia, la catedral et le mercado- une urbanisation en quadras -les distances sont évaluées de la même manière aujourd’hui,

Le cholocate suizo, avec du caramel, le resto ‘Zurich’,

L'article sur les Malouines, les Anglais accusent le gouvernement actuel de n’avoir pas modifié le discours agressif de l’époque, et vu d’ici je me demande ce que viennent faire les Anglais sur ces îles,

Des gens sympa, serviables, agréables à vivre,

Les commerces jouent à fond la carte de la fête des pères,

La pâtisserie -frola (?) au coing,

Mon parcours ne m’a pas fait passer par les régions les plus pauvres du pays, il paraît que la pauvreté toucherait 50% de la population.

 



Brésil, de Rio de Janeiro à Iguaçu

Publié le 2/02/2008 à 12:43, Brésil
Mots clefs :
- Lien

BRESIL 

 

Rio de Janeiro

Les décolletés donnant le vertige, la chambre B&B avec les chiens aboyant, une ambiance sympa dans les rues mais la crainte de me faire voler,

Le Musée d’art contemporain -la ‘soucoupe volante’ de Niemeyer, depuis là une vue superbe sur la ville, la statue du Christ rédempteur tout petite au loin et toute grande dans les bouquins consultés,

Le concert de musique du nord-este par un groupe de malvoyants dans le centre culturel de banco de brazil,

‘Sex’, abréviation pour le 6ème jour de la semaine, donc vendredi –et pas samedi,

Rio, un cadre géographique superbe,

La sensualité à fleur de peau dans la rue, la sexualité à fleur de magazines aux kiosques, les plages pour voir de belles créatures en string, la plage de Copacabana avec les 'montagnes' à l’horizon,

Les gens se baladant parfois torse nu dans les rues, le footing dans le parc le dimanche, l'ambiance d’une ville abandonnée par ses habitants partis pour un long congé,

La grève des employés de musées de l’Etat revendiquant de meilleurs salaires,

Le format rectangulaire des journaux remplis de pub, les telenovelas avec le descriptif du feuilleton de la semaine,

La danse improvisée dans un 'bistrot' de rue, le soir près d’un marché, dans cette rue-là des mendiants couchés,

Une foi de la taille d’un grain de sable,

Le pouce levé pour dire OK, au revoir, etc.,

La visite de favelas, 20% de la population sont concernés, des programmes de réhabilitation existent -financés par la banque interaméricaine, pour l’eau -potable et les égouts, l'électricité, l'accès aux soins, les programmes concernant la consommation de drogues, la rénovation des rues,

Les favelas -nom venant d’une colline au nord de Bahia occupée par des monarchistes et bombardée par les républicains- sont souvent contrôlés par des gangs de la drogue et de la criminalité, la police militaire n’y est pas appréciée et considérée comme arrogante, mais la sécurité offerte par les dealers demande un ‘échange’, et certains, à voire les maisons aux murs étincelants, s’en tirent bien,

Parfois un côté de la rue est habité par des bourgeois et l’autre côté fait déjà partie de la favela, 'bonne cohabitation' ?, les footballeurs connus ont grandi dans des favelas......il y a un sens de la communauté, des projets de toute sorte, moto taxi, ou d’autres financés par des ONG,

Les titres de propriété sont donnés à la mère, car beaucoup d'hommes quittent leur femme et la laissent avec les enfants,

Dans le groupe, une Américaine qui, comme d'autres rencontrés en cours de périple, a de la peine avec son président,

Au Brésil, le vote est obligatoire,

Les médicaments anti-HIV sont gratuits, mais cela pose un problème financier pour le gouvernement qui souhaite racheter des licences (?),

Les écoles publiques ont un niveau médiocre, les gens qui en sortent doivent cependant passer un examen pour entrer dans les universités –les publiques sont cette fois les meilleures, donc ceux qui ont pu passer par des écoles privées y ont meilleur accès, le gouvernement semblerait vouloir créer un accès plus facile aux pauvres,

La discrimination, seuls 1% des Noirs et des métis ont un grade universitaire, et les politiciens sont majoritairement blancs,

Le Museu do indio, muséologiquement bien fait, un regard sur les Indios pas vraiment différent du nôtre (?),

La difficulté de comprendre le portugais même parlé lentement,

Coelho and Co,

Le 5 juin, jour de l’environnement, la France et les Pays Bas disent non à la constitution européenne, la Bolivie se querelle pour la taxation des ressources,

Des gens très serviables, des bus modernes et peu polluants, les panneaux indicateurs de rues.

 

Ouro Preto

Une localité qui a construit sa fortune sur la recherche d’or, c’est du passé, aujourd’hui un petit bled charmant,

Des églises baroques chargées avec une pseudo porte juste après l’entrée pour protéger de la lumière, du vent et des regards ( ?), un musée d’oratoires -de voyage ou de domicile,

Les gens parfois se présentent lorsqu’on leur demande un renseignement, une ambiance sympa,

Le bus de nuit pris à Belo Horizonte, une ville quelconque, la police militaire à cheval, du trafic également mais pas de klaxons,

Le journal où Lula affirme que l’économie connaîtra une bonne surprise prochainement, mais la pauvreté peine à être jugulée, 32% de pauvres, 11% d’analphabètes, deux fois plus chez les Noirs, la dette extérieure phénoménale du pays -beaucoup d’argent qui pourrait être utilisé ailleurs,

Les restaurants où l'on mange au kg, la limonade suiza, la confiture de goyaves, le jus de cajou, de cupuaçu, du fruit tropical açai,

 

Manaus

Les étendues vertes depuis l’avion, les toits de tôles ou de feuilles de palmier, éparses, la terre rougeâtre,

Le grand, grand fleuve qu’est l’Amazone, les berges inondées durant la saison des pluies......un grand débit, la couleur des alluvions, le pH plus élevé, plus de faune, alors que pour le Rio Negro c’est le contraire,

Dans le Pantanal il semblerait qu’il y ait plus de faune,

L'écotourisme, opération alibi ?,

La richesse passée grâce au latex –utilisé actuellement pour les gants et les capotes… un réseau routier étendu,

La chaîne de magasins Carrefour présente partout,

Des conflits d’intérêts, l'abattage illégal de bois, le Funai qui est un mouvement représentant les Indios, mais il y a des problèmes, on dit que son financement par le gouvernement empêcherait une réelle défense des autochtones, parallèlement les Brésiliens penseraient que la Funai aurait trop de pouvoir, « on n’a rien contre les Indios mais… », le mot ‘civilisation’ ou ‘civilisé’ revient souvent,

Chez les Indios, la musique n’est pas produite pour s’amuser mais pour des rituels, les statuts de l’homme et de la femme sont bien définis, les mythes autour de l’eau sont importants....il y a des traditions funéraires avec des urnes,

Le rock art existe aussi au Brésil,

Une excursion de trois jours, un paresseux presque immobile et que le guide fait tomber en secouant l'arbre, un hibou, des dauphins gris et roses entr’aperçus, des petits alligators, la pêche de piranhas qui mordent la viande, le reflet des arbres dans les berges inondées, l'humidité, les lianes contenant de l’eau, les noix de Brésil riches en protéines, la résine utilisée contre les céphalées, l'écorce sentant comme du Vicks, les épines d’un arbre pour en fabriquer une racloir, le reste du tronc utilisé pour fabriquer un canoë,

La couleur rouge ocre du bois de Brésil, le parfum d’une écorce, les tarentules, les feuilles (?) contre la tuberculose, les chants des oiseaux la nuit -elle en est remplie sans qu’on en soit assourdi, les étoiles, la lumière du matin dans les arbres, l'affiche contre la fièvre aphteuse -il y a aussi des vaches en Amazonie,

Les enfants se baignant au son rythmé de musique brésilienne, l'église catholique et à côté un couvent de bénédictins, à la TV les télévangélistes, les telenovelas, etc.,

Le guide qui a fait l’armée comme parachutiste et dont un membre de sa famille aurait des activités mafieuses,

Dans le groupe un Coréen prof d’économie faisant le tour du monde pour son année sabbatique -il en a une tous les six ans- alors que sa femme reste à la maison car elle n’aime pas voyager, il pense que la Chine aura de la peine à rester un pays unifié, que les Japonais ont une économie qui ne tiendra pas, que l’Europe du Nord et la Suisse sont bien trop chères, il semble prendre la vie du bon côté, tirant avantage de tout, avec un sourire tout asiatique,

Les belles lèvres charnues du visage indio sous le chapeau, à l’aéroport,

Dans l’avion, un ‘Japonais’ lit un journal en portugais, ‘mon père était japonais, mais moi je suis d’ici’, je lis un article évoquant la mort des centre-ville trop restaurés, un autre parle du 12 juin fête des amoureux,

L’escale à Sao Paulo avec dans l’aéroport des bornes faisant la pub pour Monsanto et ses produits OGM,

 

Salvador

La chambre avec vue sur la fiesta, couche-tôt s’abstenir, les canaux de TV plutôt ‘hot’,

Les fesses s’étalant sur les magazines, les belles brésiliennes se promenant dans les rues,

La pluie, encore la pluie,

Les tags artistiques le long de certains murs,

Le Musée afro-brésilien, ici on est en terre ‘africanisée’, le commerce d’esclaves a existé depuis le 1er siècle, par les Arabes pour les femmes comme domestiques, puis par les Européens pour les hommes dans les plantations, en Afrique existaient auparavant des esclaves au service des nobles,

Dans le musée, je lis que l'Ethiopie et le Liberia seraient les seuls pays africains à n’avoir pas été colonisés, ‘africa was not a blank page before the colonial invasion’, les masques de bronzes, de bois -des manifestations visibles et incarnées de forces invisibles, des rites, des mythes-, les habits, l'ornementation qui signifie protection, désir, admiration, statut,

Dans le musée encore, les orishas -des divinités calquées sur les saints catholiques, le candomblé -un groupe religieux faisant un culte aux divinités orishas qui habitent temporairement une enveloppe corporelle de fidèles entrant en transe, le lieu de culte est le terreiro -groupe de petites maisons, chacune dédiée à un orisha, en plus du temple central,

La visite organisée d’une soirée candomblé, quelques spectateurs dont des touristes, peu de participants, des personnes habillées en blanc, des colliers autour du cou, un tissu noué en nœud de papillon autour de la poitrine, se prosternant devant l’entrée, devant la ‘mère sainte’, devant d’autres personnes, parfois des cris ‘vomis’, des pas rythmés en sens inverse des aiguilles d’une montre, des pop-corn lancés dans l’assemblée, des feuilles sont aussi utilisées dans la cérémonie mais je suis parti avant, il y aurait aussi des chants en l’honneur de l’orisha chasseur -vénéré une fois par mois le 2ème  mardi?,

Pelourihno, un vieux quartier restauré ‘version touristes’, des églises baroques aux plafonds peints, aux anges parfois sexués,

Les visages noirs et métis, bien beaux,

L'office du tourisme peu compétent, la police militaire, les ruelles au look portugais,

La scène de ménage dans la rue,

L'église avec un culte ‘africain’ très sonore et rythmé, la distribution du pain, l'eau dispersée à la volée sur les têtes, le T-shirt roulant pour Jésus ou divers commerces,

‘Ordem e progresso’ sur le drapeau national,

Les enfants qui me réclament de leur acheter qqch à manger et qui, si je refuse, me traitent de tous les noms,

Les ‘vitaminas’, shake à la banane notamment, les jus de fruits divers, jaca, jacu, goiaba, etc.,

Le superbe spectacle folklorique de la troupe de Bahia, le capoeira, la danse, le chant et le rythme de la percussion très envoûtants,

40% des voitures roulent à l’éthanol –on carbure à l’alcool, 40% utilisent le gazoline, 20% le gaz naturel,

Beaucoup d’endroits à voir dans ce vaste pays,

Depuis l’avion, près de Brasilia, des cultures, entre Rio et Iguaçu de nombreuses collines parfois boisées,

Selon un magazine, la franc-maçonnerie a joué un rôle dans lutte pour l'Indépendance,

 

Iguaçu

De belles chutes, mais moins d’eau que d’habitude après plusieurs mois de sécheresse, une vue panoramique côté brésilien, une promenade dans la forêt et quelques oiseaux, une forêt dense et touffue, des lianes qui s’enchevêtrent,

Itaipu, une visite sans surprise et sans l’aperçu souhaité des ´entrailles´ du barrage, un éco-musée, un ‘biologic refugio’, des programmes sociaux contre les abus sexuels, pour le sport, etc., grâce aux royalties versées aux communes avoisinantes,

Le beau parc des oiseaux souvent très colorés, les toucans aux grands becs, les perroquets, les arias -certains émettant plusieurs sortes de sons, les spoon bills birds, les oiseaux à la coupe rasta ou punk, le vol des colibris faisant comme du surplace, les iguanes, les anacondas, les boas,

Les nombreuses personnes adultes aux dents baguées,

On peut voyager au Brésil sans être confronté au problème des paysans sans terre.

 



Afrique du Sud, Cape Town

Publié le 2/02/2008 à 12:42, Afrique du Sud
Mots clefs :
- Lien

AFRIQUE DU SUD  (suite) 

 

Cape Town (suite)

Back to Cape Town, la visite de Robben Island où Mandela a été emprisonné, les guides sont d'anciens prisonniers politiques, c'est plus authentique, il y a référence à Martin Luther King et Gandhi, emprisonnés les Noirs recevaient moins à manger que les 'colors',

La rade de la ville fait penser à une ville nordique,

La chorale dans les rues marchandes aseptisées,

La visite du ‘district 6’, rasé au début des années 60 pour faire disparaître la cohabitation entre les Africains Khoisan, les Mozambicains, les Indiens -amenés par les Anglais pour les plantations de canne à sucre et autorisés à rentrer au pays après cinq ans s'ils le voulaient, et les juifs Lituaniens.... chaque groupe avait été envoyé dans un township, un homeland, selon la politique ‘diviser pour régner’ avec la séparation géographique…la diminution du niveau d'éducation ou comment gouverner en régime d’apartheid -les Blancs en étaient convaincus en toute bonne foi de chrétiens.... dans le musée, l'affiche du ‘healing of memory workshop’ en groupes, avec travail de la terre glaise,

Un message souvent entendu, ‘rainbow nation....no revenche but only reconciliation can bring peace..’,

‘Ubuntu’, qui veut dire humanité, ‘try to help a fellow’....les écoliers d'un township –une école fondée par une noire- chantent et répondent de manière tout sauf spontanée, on parle de respect envers les enseignants et les parents,

La visite organisée de différents township, black ou color, il n’y a pas le même taux de chômage, pas les mêmes maisons – les tôles, les planches de bois, ou les briques de terre ou de ciment avec un petit jardin, parfois l'accès à l'eau est très limité,

La visite d'un Bed & Breakfast dans un township, certains habitants sont HIV+, un atelier de confection, des peintures sur les murs… les smarties houses,

Le guide, très intelligible, raconte que le rite d'initiation existe encore, avec circoncision loin du lieu d'habitat et de la famille, vers l’âge de 18 ans, car il faut pouvoir donner une réponse si l'on demande 'are you a man ?',

La vente d’un journal de rue....la manif devant la cour de justice où comparaît un opposant à l'AZT en raison des effets secondaires, un homme HIV+ me dit qu’il se porte mieux grâce à ce médicament,

Le foot, sport favori des Sud-africains,

Le film Carmen version township, au début la pub-annonce pour un autre film semble évoquer les contradictions des années post-apartheid,

L'Afrique du Sud, un pays déroutant, neuf langues africaines, et l'afrikaans, et l'anglais, les minorités indiennes, malays, etc.,

Le 25 mai, Africa day.

Je songe au poster dans l'agence de voyage montrant Singapour, ai-je vraiment été dans cette ville ? Sans doute, oui, mais je ne m'en souviens pas ainsi, les souvenirs construits sont multiples,

Je songe au cheddar retrouvé partout où je suis allé en Afrique, au garde angolais accusé de piquer le travail et les femmes aux Sud-africains -le taux de chômage reste élevé en Afrique du sud,

Je n’aurai pas vraiment découvert le Kwazulu-Natal, l’Afrique du Sud post-apartheid reste difficile à appréhender, les Noirs habitent encore majoritairement dans les township et viennent travailler en ville, s’ils ont un emploi,

Dans un journal, un article évoque le changement de nom de Pretoria en Tshwane....un autre parle du modèle irlandais pour améliorer la situation sociale et économique du pays…un autre pose la question ‘comment africaniser Cape Town ?’,

Dans l’avion me menant au Brésil, un film évoquant Sophiatown, rasée comme le district 6 avec ses shebeen -bistrots vendant illégalement de l’alcool- et où chantaient les gens.

 

 


Botswana, Okawango

Publié le 2/02/2008 à 12:41, Botswana
Mots clefs :
- Lien

BOTSWANA 

 

Okawango

Le delta Okawango, les baobabs énormes, perdant leurs feuilles pour ne pas perdre de l'eau, les éléphants 'chiant' de grosses quantités, la peur de recevoir leur visite la nuit, l’aspect post-cyclonique de la forêt après leur repas,

Le monde est grand, je me sens tout petit,

Les trajets en barque à la recherche des hippopotames –entendus sans être aperçus, les fleurs dans l'eau, les nénuphars, les herbes hautes, les papyrus, les roseaux, les oiseaux,

Choisir et passer à côté d’autre chose, l’amour donne-t-il sens ? Faire confiance au  Créateur mais comment ?,

Le guide Bennie a lutté dans la SWAPO, il a été viré de l'école et semble très au fait de ses droits concernant le travail, dans le tourisme le business est souvent géré par les Blancs, les Noirs sont la main d’œuvre,

Les repas africains avec maïs, viande grillée, haricots, ‘chap chap’,

Les biscuits brésiliens dans le supermarché....la vaseline et la glycérine pour la peau noire souvent sèche,

'Hallo mama', ‘hi brother’, et les salutations des mains en plusieurs mouvements,

Le camp de réhabilitation de prisonniers vu en passant,

Je lis, le groupe passe avant l'individu, les rendez-vous après l’accueil d'un étranger, mais selon Bennie ce sont des clichés, pour lui un rendez-vous pour postuler reste prioritaire… les clichés réciproques blancs-noirs,

Les arbres à épines, comme des roses.

 



Zambie, Livingstone

Publié le 2/02/2008 à 12:41, Zambie
Mots clefs :
- Lien

ZAMBIE  

 

Livingstone

Les arcs-en-ciel complets aux chutes Victoria –il paraît que du côté Zimbabwe, c'est plus beau,

La ville de Livingstone et les scones....les caisses digitales du ‘shoprite’,

Les panneaux de prévention HIV ‘si tu ne peux pas t'abstenir, utilise un préservatif’....il paraît que les hommes sont fidèles lorsque leur femme est enceinte ou leurs bébés petits, une infidélité à ce moment-là provoquerait une maladie chez l'enfant,

Le bar avec la musique rythmée, une prostituée à moitié ivre m'accoste, je préfère discuter avec d'autres gens,

Un pays avec une mosaïque ethnique, mais le gouvernement semble mettre l'accent sur l'identité nationale -comment cela se fabrique, l'identité nationale ?....comme dans beaucoup d’endroits en Afrique les gens parlent souvent plusieurs langues, y compris l'anglais,

La ‘womens' church, une fois par an, les femmes organisent le culte, 'on veut montrer aux hommes qu’on est tout autant capables’,

La beauté des gens, black is beautiful,

'Most welcome', des gens très friendly, quasi pas de harcèlement, alors que le guide disait d’eux qu’ils étaient tous mafieux, il y a aussi des préjugés entre Africains.

 



Namibie, de Windhoek à Sossusvlei/Etosha

Publié le 2/02/2008 à 12:39, Namibie
Mots clefs :
- Lien

NAMIBIE 

 

Windhoek

Le dollar namibien et le rand sud-africain à valeur égale, la Namibie est-elle une ‘province sud-africaine’ ?,

Sur la carte, des zones diamantaires interdites, le fish river canyon, qui ne sont pas sur mon parcours,

Les rues Bahnhofstrasse, Robert Mugabe, Fidel Castro, il paraît qu'on parle de changer les noms de la capitale et d'autres cités en langue locale, mais quelle langue ? ,

La communauté angolaise qui célèbre le culte dans l'église méthodiste, sur le parvis, on danse et chante, tout le corps célèbre Dieu, c'est vivant,

Les ressources de la Namibie, les minéraux, le bétail, le tourisme, les haies le long des routes et délimitant des terres privées, 95% des propriétaires terriens sont blancs, l'Etat chercherait à racheter une partie pour la distribuer mais c'est cher, il y a des questions politiques, faire ou ne pas faire comme le Zimbabwe ?,

 

 

Sossusvlei/ Etosha

Dans un campement, un proprio polyglotte m'affirme que les médias ‘noircissent’ le tableau, que chez lui l'entente avec les ouvriers noirs est bonne,

Sesriem, la terre craquelée est sèche, les springbock sautillent, les autruches courent sans bouger les 'fesses',

La beauté des dunes rouges de Sossusvlei, contraste avec les arbustes ou les herbes claires, les arbres secs, les troncs noirs, le ciel bleu après disparition des nuages, les melons nara dans le désert,

Les photographes taiwanais avec leur équipement complet dans ce coin surréaliste, le ciel étoilé, les sauterelles dans les sanitaires, les ‘chap chap’ du guide, les maigres infos sur la vie de ce milieu,

Le claquement de la langue dans les langues locales,

Le couple de touristes japonais en voyage de noces et tour du monde, à chacun son parcours, comme les trajectoires de vie,

Les nuits pas toujours bonnes, les somnifères aident parfois,

Dans l’hémisphère sud, les termitières font face au nord pour réguler la  température,

Swakopmund, triple bôf, il fait froid, du brouillard, on parle allemand partout -des colons qui n’ont pas été chassés lors de la défaite allemande,

Etosha park, les éléphants et leurs petits bougent lentement, un ancien lac -salé ?- presque blanc à perte de vue, à l'horizon des kudus immobiles,

Les produits 'no name' dans les magasins,

Les ‘bush walks’, les végétaux pour les poisons destinés à la chasse, le piège pour les animaux…Les San people sont des chasseurs, leur représentant laisse entendre qu’ils ont –eu- des problèmes avec le reste de la population noire, le spectacle de danse effectué uniquement devant les touristes -la culture se perd-elle ? L'écotourisme est-ce une solution ?....l’autre notion du temps, sans montre, les maisons rondes avec un support en bois à l'extérieur, des haies, la cour plane et balayée,

Le guide nous menant aux chutes Victoria raconte…la dot dans certaines tribus est payée aux parents de la fiancée, ça équivaut à quatre à cinq mois de salaire, payables à long terme, si un noir marie une blanche son statut en est amélioré alors qu’au temps de la période ‘sud-africaine’ c’était interdit....l'homme donne son salaire à son épouse pour qu'elle le gère, inviter une femme et coucher avec, cela compte d'abord, d’après les personnes qui nous accompagnent au delta Okawango,

La politique d'empowerment se heurte à des difficultés, il faut amener 10% de fonds propres si l'on veut emprunter, tout le monde n’a pas l'argent pour débuter un business,

La savane est souvent sablonneuse, si on enlevait la végétation, que resterait-il ?

 

 



Afrique du Sud, de Johannesburg à Cape Town

Publié le 2/02/2008 à 12:37, Afrique du Sud
Mots clefs :
- Lien

AFRIQUE DU SUD  (suite)

 

Johannesburg (suite)

Les sex-shop dans chaque quartier, les affiches de prévention contre le sida,

Les manchettes de journaux placardées le long des routes, souvent des histoires de meurtres etc.,

Y a-t-il une architecture typique de l'Afrique du sud ? Oui, mais coloniale…Y aura-t-il une fois un style plus autochtone ?

Le fast-food version USA, l’obésité également présente,

Dans le catalogue touristique, je vois des images du Botswana et les Tsodilo hills -rock art- belle et chère destination,

Le film de guerre passé dans le ‘bazbus’, bus à touristes....et qui a finalement ennuyé tout le monde ou presque,

Les plaines cultivées entre Jo’burg et Durban, la mono-sylviculture,

Je m’interroge…où sont les businessmen africains noirs partant à la conquête des marchés comme les Libanais, les Indiens, les Chinois, les Européens, etc., si je n’en vois presque pas, est-ce une question de culture, de vision différente des choses et de la vie ?

L'Afrique du Sud, un pays aux 1000 possibilités touristiques… ‘everything is entertaining’,

Il existe encore une extrême droite Boers qui n'aurait pas digéré la fin de l’apartheid,

Je lis un article relatant la violence dans les écoles, à l’égard des profs, la violence domestique,

 

Durban

De passage, dans une ville ‘indienne’…un habitant me dit que les Indiens de Durban sont ‘plus en avance’ qu’en Inde,

Le beau cadre de la backpackers lodge avec une ambiance tropicale,

Je n’ai pas vu la ‘wild coast’, l'avion a volé par dessus.

 

Port Elisabeth

Le proprio de la guesthouse racontant l'histoire du vieux monsieur distingué qui, à l’employée postale se confondant en excuses après avoir commis des erreurs, lui dit "don't worry, we all make mistakes"....Il me raconte aussi que les Africains ouvriront la porte même à un inconnu et ne le congédieront pas même s'ils ont un rendez-vous....auquel ils arriveront en retard.

 

Cape Town

Guère enthousiasmante l'hiver, la ‘garden route’ qui en est peut-être une si l’on prend le train (?),

Les nombreux bidonvilles township proches de la ville, juste à côté des grandes villas,

Le soir, beaucoup de security guards, en débardeur orange, certains privés, venant notamment du Congo et surveillant par exemple les voitures stationnées devant des restaurants servant de la bonne nourriture internationale, but where is africa ?,

Les billets de banque, inscriptions sur les anciens en anglais/afrikaans, sur les nouveaux, en anglais et deux langues africaines sur la dizaine ( ?) que compte le pays,

Les bleds avec des églises de style européen, des maisons style ‘dutch’ ou néoclassique, j’ai de la peine à me dire que je suis en Afrique, à croire qu'ils ne possèdent pas leur propre pays,

Le taxi dont le chauffeur est 'malay' musulman, il envoie ses enfants dans une école musulmane, car il ne souhaite pas de propagande en faveur des préservatifs à l'école ou des mariages gays,

La frustration de n’avoir découvert que partiellement l'Afrique noire......elle est peut-être à découvrir avec des gens locaux, impliqués dans la vie quotidienne ou l'église,

Dans l’hémisphère sud, le zénith du soleil est orienté nord,

L'article parlant du prêtre marié à une sangoma -muthi, guérisseuse(?),

La polenta blanche avec haricots et saucisse,

Le groupe 'ethno' tribal dansant dans les rues commerçantes de la ville,

Les boucles d'oreilles 'diamant' portés par les Noirs,

Lu dans un journal : ‘forgiveness is sometimes more for yourself, reconciliation takes two people’.

 

 



Madagascar, de Antananarivo à Antsirabé

Publié le 2/02/2008 à 12:36, Madagascar
Mots clefs :
- Lien

MADAGASCAR 

 

Antananarivo

La ‘ville des 1000 hommes’,

C’est la ‘semaine de l’Afrique du sud’, un pays qui s’intéresse notamment au secteur minier,

Il y a une présence française importante, culturelle, la langue, les expatriés ‘vazah’ qui se sont installés,

Un article parle de la santé et la sécurité au travail, il y a beaucoup d’accidents sur le lieu de travail, le journal parle aussi d’éducation pour tous,

Je croise un membre du Rotary club qui me parle d’un projet ‘eau’ initié suite au voyage d’un de membres dans une région pauvre du pays,

Je vois des bâtiments et leurs panneaux, ‘conseil supérieur de la lutte contre la corruption’, ‘association de protection des consommateurs’,

Les salades composées, les soupes chinoises, la cuisine française, bonne à déguster,

Le jardin botanique et le zoo, le lait des euphorbes qui est toxique, l'aloe vera bon pour les ulcères d’estomac et dont le liquide est aussi utilisé pour le sevrage des nourrisson à cause de son amertume… les baobabs perdent leurs branches intermédiaires au cours de leur croissance, ils sonnent creux et servent de réservoir d’eau.... beaucoup d’animaux ont pour leader une femelle comme certains aigles, les lémuriens, les sangliers.... le caméléon et ses yeux indépendants l’un de l’autre.... la queue des lémuriens utilisée pour l'équilibre -des animaux joueurs et poilus comme des peluches.... les palmiers triangulaires en éventail, le palmier raphia qui meurt après avoir donné des fruits, le ficus qui est aussi un arbre sacré, les arbres ‘oreilles d’éléphants’ avec les pieds dans l’eau.... l’instrument de musique valiha = roseau avec cordes autour....la pèlerine faite en roseau -vue également dans le musée à Butare au Rwanda....la coupe de tresses avant la période rasta.... la grande vertèbre de la baleine,

La pratique de l’exhumation, elle coûte cher et serait faite plusieurs fois ( ?), après 5 ou 7 ans, les tombeaux sont de forme variable selon la région et le climat -en pierre, une hutte, etc,

Les visages de la pauvreté, de la mendicité, ’united colors of poverty’,

La population réservée mais saluant souvent le visiteur, y compris les mendiants,

Une ambiance plutôt animée dans les concerts avec de nombreux chanteurs, danseurs,

Un autre bar avec ambiance latino créole....des prostituées fréquentent les bars à étrangers, pas chères les filles, et les Blancs ne semblent pas s’en priver,

Les bijoutiers indiens; les commerçants chinois, les coopérants norvégiens et allemands dont certains seraient des conseillers du président,

Les vieux taxis, 2CV, le taxi en ‘pièces détachées’ pour m'amener à l'aéroport,

Tout le monde semble être dehors dans les villages,

Dans un journal, un article dit que pour les catholiques locaux, le préservatif n’est pas un péché, c’est l’adultère qui l’est et le principe est que le pécheur doit vivre....un autre article parle de l'invention de nouvelles charrettes.... un autre évoque Libertalia -une ville fondée au 17ème par des pirates nombreux sur l’île....le journal parle encore de cacao, d’huiles, de pierres précieuses souvent exportées sans transformation à valeur ajoutée....un article évoque la promotion de la femme à propos de la conférence Beijing+10,

L’anniversaire, la journée mondiale de la danse,

Les bakchichs inévitables pour obtenir qqch, rien ne se serait modifié depuis le changement de gouvernement,

La manchette évoquant ‘l'invasion’ des produits notamment textiles en provenance de Chine,

Les fonds américains destinés aux pays ‘méritoires en matière de gouvernance’, le Madagascar en profite également, mais pour certains habitants, il n’y a pas d'amélioration de la corruption.

 

Antsirabé

Sur la route vers Antsirabe, plusieurs accidents....la voiture non conforme, l'alcool, les excès de vitesse, les nombreux virages,

Les cultures en terrasses, le riz, le maïs, les maisons en briques rouges recouvertes parfois de terre de même couleur avec un toit de chaume ou de brique, un balcon supporté par de gros piliers,

Les charrettes style western tirées par des zébus,

Les goyaves, le yaourt, la couverture lampa ( ?),

L’excursion au lac Tritriva avec son cortège d’enfants vendeurs de pierres, le lac à la forme de l’Afrique ou du pays selon l’angle de vision, on n’a pas le droit de s’y baigner –il faut respecter ce tabou d’autant plus si on a mangé du porc le jour même,

Les touristes genevois, père et fils qui trompe sa copine, ce n’est pas la première fois,

Les chapeaux portés par beaucoup, les habits séchant étendus sur l’herbe ou des arbustes,

Les pousse-pousse tirés par des hommes marchant ou courant souvent à pieds nus....il paraît que le gouvernement veut changer cette situation,

Le rhum au gingembre,

Les ‘vendredis magnifiques’ ou ‘jolis’-on fait la foire et le samedi on se repose, dimanche on va à l'église.

La grande frustration de ne pas prendre le temps de découvrir l’île, le parc national de Tsingy, les baobabs, etc.... voyager seul nécessite du temps et de l’organisation, les prestations touristiques sont aléatoires, les routes en mauvais état, le guide du routard est meilleur pour ce pays,

Je rêve de plage à l'île Maurice, juste pour me poser un peu,

J'ai peur de devenir un étranger à ma famille, avec le temps qui passe, vais-je la retrouver ‘comme avant’ ?

 



« Page précédente :: Page suivante »