Russie, de Irkoutsk à Moscou

Publié le 3/02/2008 à 01:06, Russie
Mots clefs :

RUSSIE 

 

Dans le train vers Irkoutsk, Lotti -une Anglaise qui a passé plusieurs mois en Chine, on discute, mes impressions contre les siennes, je dois réviser mes à priori, difficile d’accepter que je connais mal un pays, que peut-être mes impressions ne sont au mieux qu'une base de départ pour mieux connaître

....on parle d’émissions de TV, de jeunes écoliers membres du parti et anti-Bush, de la star chinoise jouant dans le NBA, de H. Keller ayant fondé le braille et dont on rappelle la mémoire parce qu’elle a eu des sympathies pour le parti communiste

....dans le train il y a aussi Jimmy de Hongkong qui lit en chinois 'le moine et le philosophe’ de Ravel et Ricard,

La procédure douanière, côté russe c’est sérieux, on ne plaisante pas, c’est du style soviet.

 

Irkoutsk

Dans le train -chinois, avec une musique ad hoc yc ‘happy birthday’, des paysages de forêts défilent, le début des couleurs d'automne, par moment de la neige, le ciel gris, les arbres fins -des bouleaux notamment, il fait froid, je me sens malade, beaucoup de maisons en bois, le toit en tôle foncée, les palissades, la terre noire et les jardins potagers,

L’heure de Moscou –ici cinq heures en retard sur l’heure locale-  utilisée pour les horaires de chemins de fer dans tout le pays,

A la sortie de la gare, une voiture manque de me heurter, les occupants rient, une passante s’en offusque,

Une ambiance particulière, les clichés, les hommes semblent tous des ‘machos aux bottes pointues et cheveux courts’ et les femmes des ‘Natacha colorées’,

Olga et Sophia font de la pub pour un parti politique, me posent beaucoup de questions en anglais, sympa -heureusement car je commençais à me sentir mal à l'aise en terre russe, elles sont payées 30 euros la journée -glaciale ce jour,

Les mariages près de l’église, le petit rayon de soleil,

Quelques maisons centenaires en bois, des décorations sculptées, souvent délabrées mais on rénove l'intérieur, comme la guesthouse de Galina,

Des gens plus grands de taille, une ambiance plutôt 'froide' mais souvent des gens sympa comme cette prof d'anglais qui m’indique le bus à prendre,

Le beau lac Baïkal, le début d'automne dans les feuilles

… le musée où un groupe écoute patiemment une guide parler pendant ‘des heures',

La petite promenade dans la forêt jusqu’au musée en plein air où un couple célèbre son mariage, beaucoup de vent dans les feuillages -un son ressemblant à celui d’un cours d'eau régulier, des maisons en bois -rondins, des portes basses -le texte explicatif évoque les cosaques ( ?) la yourte en bois bouriate -ethniquement mongole- octogonale avec le foyer au centre, les vieilles maisons en bois comme dans d’autres ‘pays de l’est’, le 'foulard' autour d’icônes,

Le train vers Krasnoïarsk, le transsibérien 'Russia', pas terrible, la responsable du wagon m'arnaque au passage en prétendant ne pas avoir de monnaie, le chauffage dysfonctionne et la nuit est plutôt froide

… Roman et Evgeniev tentent de m'apprendre le jeu de cartes le plus populaire en Russie -intitulé 'durak = dummkopf’ disent-ils, je dois l’être car je ne comprends pas leurs explications, ils lisent des revues de voitures si possible luxueuses,

Les plaines cultivées, des forêts, des forêts, encore des forêts, des bouleaux, des mélèzes, etc.,

Il paraît que les pratiques de bizutage existent encore dans l'armée, je demande pourquoi, ‘c'est comme ça, la tradition’, me répond Roman....est-ce ainsi que l’on devient homme en Russie ?

 

Krasnoïarsk

La gare flambant neuve, beaucoup de marbre partout,

Les blondes décolorées, les 'rouges, les ‘brunes’, les talons aiguilles pour elles

… les chaussures à pointes pour eux -avec vestes en cuir et cheveux courts, les rires aux tables, les bières -je fais dans les clichés,

La radio diffusée par haut-parleur dans les rues -dimanche ou tous les jours ?

… les glaces, les habits de couleur foncée, on fume beaucoup, une femme ramasse les bouteilles vides pour toucher l’argent du dépôt

… les mashrout -petits bus, les 'kiosques' magasins le long des routes où on semble vendre plus de spiritueux qu'autre chose

… la statue de Lénine, coca et pepsi sont bien là, y compris les eaux minérales,

Le musée régional, bien fait, la moquette qui ‘ondule’, l’absence de commentaires en anglais, quelques objets d'ethnies du nord, ça me fait penser 'aux Indiens' version asiatique,

Le train pour Yekaterinburg, les deux babushkas, l'une Allemande russe qui a quitté le pays il y a dix ans, l'autre toubib mais hélas ne parlant que le russe, on me dit que la Russie ne connaît pas la démocratie ‘elle ne l'a d'ailleurs quasi jamais connue, il faut actuellement un gouvernement fort pour limiter le chaos’,

Dans le wagon Alexander –Aliosha- un officier de 31 ans, déjà 11 ans de service pour l'armée, y compris la Tchétchénie, traits fins et bonnes manières, quelques bribes d’anglais,

Des forêts et des plaines cultivées, par endroits des terres marécageuses avec de gros moustiques, une zone 'sanitaire' où les WC des wagons sont fermés pour éviter toute contamination me dit-on, une région riche en minéraux, bois, etc., pas très loin la centrale nucléaire de Tomsk qui a explosé en 1993

… le cimetière dans la forêt, les tombes bleu pastel.

 

Yekaterinburg

L’office des visas refuse de m'enregistrer car je ne suis pas logé dans un hôtel,

Je demande mon chemin, on ne me répond pas et on semble rire de moi, pénible l'ambiance, mais souvent il y a quelqu’un qui me fait retrouver le sourire et déconstruire les à priori sur les Russes,

Moscow news qui parle des problèmes de l’est et de l’ouest, le goût des occidentaux pour l'argent, la paresse et l'alcool des Russes, les accidents de la route -une des causes de la faible espérance de vie des Russes, les accidents cardio-vasculaires,

Le resto où l'on servait du bœuf et de la langue de bœuf, traduction sur la carte ‘beef and language...’,

Le youth Museum qui risque de fermer, original certesmais aucun commentaire en anglais,

Le train pour Kazan, Parish d’abord l’air sérieux et distant,  qui par la suite se détend et m’offre de son salami, le kéfir une tradition russe, je pourrais manger sans interruption dans les trains russes

… une belle région de collines avec les couleurs d'automne, l’Oural dans la nuit -j’aperçois une mine à ciel ouvert

… la musique pop dans les trains -et qu’on entend aussi dans les resto 'chics',

Les ‘conteneurs’ rouillés devant les immeubles, ce sont des garages.

 

Kazan

1000 ans d'histoire récemment fêtés et pas un office du tourisme à la gare, rien de traduit dans les musées sans doute intéressants, je me permets de le dire à l’entrée, mais je pense que cela ne servira à rien,

Le centre des Tatares, une culture qui serait à découvrir, proche des Mongoles, de belles statues énigmatiques, l’invasion des terres russes dans le passé, les écarts des températures entre le matin et l’après-midi,

L’expérience sauna-banya russe, les jeunes profs d'histoire, dont l'un se passionne pour la musique ethno

… il faut montrer qu'on est un homme, un vrai, et supporter la chaleur, on se fouette aux branches de bouleau, j’aurais préféré un massage décontracturant

… pour boissons du tchaï ou des bouteilles PET de 1,5 L pour la bière,

Le train avec les nouveaux wagons de fabrication allemande, paraît-il, mal conçus, pas de place, un confort assis nul, une climatisation marchant mal, les Allemands russes vont-ils râler ? Mes compagnons de compartiment habitent maintenant l’Allemagne, ils ne connaissent pas Genève.

 

Nizhny Novgorod

La gare et les toilettes à la turque, le PQ jeté dans la petite corbeille,

Les rideaux des petits bus,

Le centre commercial hyperluxe d'un côté de la gare, et de l'autre côté des maisons basses à moitié délabrées mais qui ont leur charme, le prix des produits Mc Do -auquel j'ai cédé à 6h45 du matin alors qu’il n’y avait rien d'autre à se mettre sous la dent en sortant de la gare

… les ‘Natacha’ par milliers

… les petites fenêtres des kiosques,

Faire la queue sans broncher, attendre d’être servi au lieu de passer à une caisse après s’être servi, une tradition ‘soviet’ ?,

L'appartement Musée de Sakharov, difficile d'imaginer une vie où tout pouvait être observé -l'appart était au rez,

Le rayon 'traiteur' dans les grands magasins, la salade russe, les blinis, etc.,

Le train 1ère classe pour Moscou -pas d'autre billet disponible- le siège peu confortable, les trois autochtones bien obèses occupant toute une banquette, la bouteille de 1,5 L de bière à la main, à côté de moi deux Nord-coréens, l'un d'eux avec un badge de Kim-il-Sung.

 

Suzdal

Pas eu le temps de voir l'intérieur des églises, vu les problèmes pour trouver des billets de trains, mais bien bonne -et chère- nuit dans une vieille maison rénovée superbe,

Les coupoles bleues d'une église, le chat à la fenêtre, les pas sonores de la dame marchant seule dans le Kremlin local

… les feuilles jaunes qui tombent, la lumière du nord à grand angle et les longues ombres portées.

 

Moscou

Je lis…les architectes italiens pour le Kremlin au temps d'Ivan, il fallait avoir du sang noble ou être à l'armée -d’où le respect pour cette institution pour être considéré ou avoir du pouvoir,

La marée humaine dans les métros, la profondeur et la longueur des escaliers roulants, tout le temps de regarder les visages dans les longues rampes d'accès au métro,

Les rues bourgeoises et les magasins pour nouveaux riches –il paraît que 6% des gens vivent dans le luxe le plus total, les boutiques, les voitures,

Les édifices repeints, une belle ville,

Les personnes que je croise, l’un au visage couvert de cicatrices,

L’internet à 8,85 dollars les 15 minutes dans le Grand Marriott hotel,

J'entends un concert de rue, de la musique turque ? Non, me répond-on, arménienne,

Le Musée d'histoire, le Musée des armes dans le Kremlin, beaucoup de beaux objets, un guide aurait été utile, le symbole de l'aigle bicéphale aurait été repris de l'empire romain germanique ( ?), l'Ordre de Malte aurait fui en Russie lors de l'invasion napoléonienne ( ?), il y a eu des échanges entre la Russie, la Turquie, l’Iran, l’Europe de l'ouest etc.,

La galerie Tretiakov, la perspective ‘inversée’ des icônes afin que ‘les lignes se croisent dans votre âme',

Le Musée d'histoire contemporaine pourrait être également passionnant, mais là aussi, pas de traduction des commentaires,

Le Pushkine Museum, l’audioguide, le lien entre la peinture byzantine et la peinture de la Renaissance, à côté un musée avec une collection privée,

La guerre 41-45 appelée ‘great patriotic war’,

Je répète que je ne comprends pas le russe et l'interlocuteur de me donner encore deux fois les explications mais toujours en russe,

La mentalité ‘soviet’, le touriste demande si tel service existe et la personne répond ‘non’ sans chercher à aider le touriste, sans proposer une solution, les securitas et les policiers qui m'ordonnent du doigt de remonter sur le trottoir sans dire un mot comme si j’étais un chien

…une personne occupant une fonction a le pouvoir, le client n’a qu’à subir, une approche ‘le client c’est comme un chien il revient toujours’ à l’opposé du ‘customer oriented’, beaucoup de gens peu aimables, mais mettre le pays dans un même sac ne serait pas faire justice à toutes les personnes qui redonnent le sourire,

Difficile de savoir ce que pensent les gens de leur temps, que disent les 'vieux' aux jeunes à propos de l'époque soviétique ?

Les poupées russes, les œufs, les bois laqués dans les boutiques de souvenirs,

Les bouquets de fleurs qu’achètent les hommes le soir en rentrant du travail,

Les patates en robe de chambre, 'mixées' puis servies avec différentes sauces ou salades, les crêpes,

L’absence de journal en anglais sauf le maigre Moscow Times,

La librairie et les ‘petits futés’ en russe, la librairie vendant des livres en anglais sans que l’employée ne parle la langue de Shakespeare,

L’irritation à l’hôtel avec le taux de change arbitraire et bien sûr défavorable,

L’excursion à Sergiev Posad, 'le Vatican' de la Russie, une femme chante dans l'église, les fidèles embrassent la tombe et l’icône de St-Serge, dans le train les vendeurs se suivent, des banquettes plutôt à la dure,

La sécurité à l'aéroport, même les chaussures y passent,

Un journal dit que 30% des russes n'ont pas de toilettes intérieures, alors que Pékin fait sa ‘révolution des toilettes publiques' en vue des J.O., les disputes sur le nom à donner à la Caspienne -‘mer’ ou ‘lac’- en fonction du terme le partage des ressources se fait différemment.

 


« Page précédente :: Page suivante »