Guatemala, de Guatemala City à Chichicastenango

Publié le 2/02/2008 à 12:52, Guatemala
Mots clefs :

GUATEMELA 

 

Cuidad de Guatemala

Pas évident de découvrir le pays en solo, vu les nombreuses mises en garde,

Du pays, on ne peut garder qu’une vision biaisée puisqu’on évite certaines zones ‘à risque’,

Le Musée Ixchel, des textiles beaux à voir, beaucoup de lignes....les vidéos des danses reprenant des thèmes empruntés au Espagnols comme ‘les maures et les chrétiens, les conquêtes, les taureaux, les diables’

......l’évolution des vêtements indigènes au fil des siècles, on n’a pas de trace sur ce qu’ils portaient avant la conquista

…les symboles des textiles comme le maïs -création des humains… les aigles bicéphales -empruntés au Espagnols cf. les Habsbourg- pour le pouvoir, le rang, le prestige, le soleil, les étoiles -notamment Venus apparaissant avant le soleil… les fleurs, plateau d’offrande… l’arbre de vie comparé à la femme, le serpent, Ixchel qui est déesse du tissage, de la fertilité, de la lune, l’arc-en-ciel… les fleurs pour l’offrande, la décoration, souvent représentée à quatre pétales, le chevreuil comme gardien des forêts

… les chapeaux avec les sortes de turbans

… l’importance des quatre points cardinaux reliés à des couleurs… la terre et les quatre côtés représentant un champ de mais

…  la méthode de tissage comme ikat -ici, on parle de jaspe- où les fils sont noués avant d’être teints,

Le Musée d’anthropologie, décevant, pas d’explications en anglais, en espagnol quasi rien…la forme en G des dessins et sculptures, les Indios avec la coiffe en queue de cheval portée haute, la boucle dans les narines, le front bas suite à la déformation crânienne,

En 200-250 après JC, la céramique et les pyramides en escaliers

… en 250-900 après JC, la période classique avec apogée des arts, du commerce, des sciences, de la céramique multicolore, l'architecture, les cultes et l’autel, les textes hiéroglyphiques -dans des sortes de carrés, avec des oiseaux, des mains, etc, les événements et les calendriers, l'astronomie, la joaillerie, les ornements sur la peau, les déformations crâniennes, les vêtements, les tatouages, les maquillages, les incrustations, le marcador du jeu de balle (juego de pelota),

…en 790-909, le collapsus à l’occasion de l’augmentation de la population, des guerres, de l’instabilité du pouvoir et de l’économie- telles sont les hypothèses actuelles

… en 900-1524, la période postclassique avec guerres, le pouvoir militaire prédominant sur le religieux, les nouveaux groupes socioculturels comme les nobles, les vassaux et les esclaves,

Le culte de Saint Simon/Maximon, le masque de bois sur la figurine humaine, les offrandes de cigarettes, d’alcool, d’argent

......l’utilisation de résine, de bougies aux différentes couleurs -rouge = amour, jaune et blanc= protection, vert= prospérité, bleu = chance, rose = santé, céleste = argent, noi = celos (?), sorcellerie/moradi ( ?) pour stopper les mauvaises pensées

....les mélanges interculturels avec les influences dans les marchés, les danses aux thèmes coloniaux sur substrat préhispanique

… les styles de maisons, les vêtements, les masques, les joyaux, le costerio ( ?), le jarcua, l'imaginaire et le jicavas (?),

Le Musée Popol Vuh -cf. livre cosmologique maya, les glyphes = un langage écrit utilisant non pas l’alphabet mais des logogrammes –signifiants- et des signes phonétiques syllabiques, il y a un signe principal autour duquel on retrouve les afijos ( ?) additionnels

.... les trois vidéos, les vêtements marquant le statut social, les motifs de la cosmologie maya, les femmes portent les vêtements traditionnels alors que les hommes les délaissent…la cofradia = une confrérie autour d’un Saint patron avec des musiques, des danses, de l'encens, le lac Atitlan.

La culture du cacao sur la côte Pacifique -le cacao comme divinité et monnaie d’échange, la flûte à plusieurs chambres, le cœur des victimes sacrifiées était comparé aux cosses de cacao

…les multiples de 20 comme base du calcul, la dualité vie-mort -exemple de masque avec deux moitiés

… le style un peu BD sur les  céramiques aux couleurs jaune, rouge, brune, les grandes urnes funéraires avec des représentations du jaguar et du soleil comme divinités de l’inframonde, ainsi que le monstre de la terre (?),

Les bus Mercedes rouges, les vieux bus scolaires Ford US ou canadiens appelés chicken bus, la fumée noire des bus,

La présence d’Asiatiques, -notamment de Coréens- dans les affaires yc le textile, un chauffeur de taxi me dit que les employés se font exploiter,

Les yeux, les pommettes, le visage légèrement rond, je pense au ‘look’ indonésien, il y a une ressemblance avec les asiatiques sauf le nez arqué -quoique également retrouvé au Japon,

Le Musée d’art moderne, les explications en espagnol pour un parcours historique évoquant au passage l’influence européenne, quelques repères de l’histoire nationale, Carlos Merida, certains mouvements comme l'américanisme, l'indigénisme,

Le grillage sécuritaire devant les épiceries, les magasins, les photocopieuses etc., c’est systématique me dit-on,

Je lis que la tradition orale est importante, donc ne pas comprendre la langue signifie que l’on ne capte pas grand-chose d’une culture.

 

Antigua

Les pavés des rues, une ville charmante bien que très touristique, des maisons basses, les couleurs diverses arc-en-ciel des cafés, des restaurants, des galeries, des librairies, les superbes patios dans certains hôtels ou restaurants,

Je quitterai la ville avant même d’avoir eu le temps de m’en lasser,

Les élèves des écoles privées -on est apparemment toujours mieux servi par le privé ici-,

Un journal dit que le Guatemala est le pays le plus souvent condamné par la cour internationale pour les assassinats, les disparitions, la peine de mort, on publie régulièrement dans le journal le nombre des tués par mort violente et par zone géographique, on trouve la page de Wall Street Americas -journal siglo

… un article sur le piratage de produits mexicains par les USA, le journal parle aussi de la demande d’extradition de l’ancien président Portillo ou des abus dans les adoptions, de l’éducation, des lecteurs parlent des crimes de guerre commis par les soldats contre les civils pendant la guerre civile, de la découverte de nouveaux champs de pétrole, de la tension entre l’Eglise et Chavez au Venezuela,

La petite taille des gens,

Les gens des villages voisins vendent leur artisanat en habits aux couleurs arc-en-ciel en lignes et motifs divers, sur fond foncé, dans le calme, les gens souvent aimables, moins harcelant que dans d’autres coins de la planète, mais les taxis ne sont pas toujours corrects,

Les slips/boxers qu’on voit chez certains touristes semblant perdre leurs pantalons, une mode à mon avis irrespectueuse des habitants,

L’hôtel agréable et calme, sans problème hormis le gros cafard.

 

Panajachel

Le bled touristique version cata, à fuir en courant !,

Le Musée Atitlan, le tribut payé aux colons était des draps/couvertures -et des ‘narguas’, des blouses de coton, les Espagnols ont attribué à chaque région différents costumes pour les distinguer les uns des autres

… le commerce de cacao, le commerce d’indigo interdit par la cour espagnole qui affirmait que sa culture était néfaste pour la santé -ce qui a provoqué un commerce au noir via l’Angleterre

… le café -nouvelle culture avec les colons venant d’Allemagne, les résidants indigènes loués par les nouveaux landlords souvent sur leurs propres terres

… sous la dictature de 1931-44 les gens au chômage étaient forcés de travailler dans les plantations ou les travaux publics

......il y a 80`000 ans une grande éruption volcanique a recouvert de cendres une bonne partie de l’Amérique centrale

.... tocayal = coiffe, huipiles = tunique, cortes = refagos –7 à 10 m, fajas = ceinture, tzutes pour les hommes/kaparrag pour les femmes, un tissu tout usage,

La causette avec un Guatémaltèque qui pense qu’il y a dix ans, c’était vraiment l’apartheid entre les indigènes et les ladinos, cela a paraît-il évolué, grâce notamment à Rigoberta Menchu,

Santiago Atitlan, un bled qui ne m’a pas inspiré, je ne suis pas allé voir San Simon/Maximon -mélange de divinité maya, de Pedro de Alvarado -conquistador, de Judas.

 


Chichicastenango

Dans le bus, Elizabeth, une Américaine, son père est Suisse, elle cherche à obtenir pour ses enfants un autre passeport que l’américain, elle se dit désabusée de la politique actuelle de son gouvernement,

Un marché plutôt touristique, des ‘gringos’ partout, beaucoup de vendeurs au talent oratoire certain qui vendent leurs produits miracles guérissant tout, crème de coyote, etc., les gens semblent mordre à l’hameçon,

Pour patienter, l'hôtel St-Tomas superbe -également beau patio, la longue église en forme de navire inversé, des sortes de panneaux avec des tableaux complètement noircis par les bougies, vers lesquels avancent des gens à genoux, de l'encens balancé sur les escaliers, il paraît que les gens récitent des prières mélangeant religion catholique et croyances mayas -calendrier, ancêtres,

Les fines tortillas de maïs, de couleur blanche, jaune ou grise, les pâtes, les huiles, les couleurs des tissus saturant le regard, les fruits, les légumes,

La pseudo authenticité du site haut perché de Pascual Abaj, la gamine de dix ans qui ne va pas à l’école,

Les infos non fiables données par les rabatteurs pour les bus,

Les gens plutôt réservés à l’égard des touristes dans les bus publics -les touristes en général prennent les shuttle bus, bien plus chers,

Je m’interroge, les indigènes ont-ils internalisé une attitude de subordination, séquelle des violences traumatiques du passé ?

 


« Page précédente :: Page suivante »