Colombie, de Bogota à Cali

Publié le 2/02/2008 à 12:51, Colombie
Mots clefs :

COLOMBIE 

 

Bogota

8 millions d’habitants, trop grande ville,

Je change 20$ à l’aéroport El Dorado et voilà que je dois poser mon empreinte digitale, on garde la trace au cas où cela serait de l’argent sale,

En pleine rue, on me propose je ne sais quoi dans une enveloppe, de la drogue ? no gracias,

Le Musée de l’or, paraît-il un des meilleurs du continent, fraîchement rénové, bonne présentation, des pièces avec stylisation de l’humain, des masques -du visage, du nez ou de la bouche, la transformation, la dualité, les animaux sacrés, les spirales, les poteries également, la coca, la religion, le pouvoir

......l’or, rétablir l’équilibre du monde, les cycles des métaux, les oiseaux,

Le petit déjeuner avec un chocolat chaud, pain beurre, et chatal (?) un mélange de maïs, de patates et de poulet enveloppés dans des feuilles de maïs,

La place Bolivar, on prépare le 20 juillet, fête de l’Indépendance, comme partout, beaucoup de militaires/policiers patrouillent les rues, notamment dans cette jolie vieille ville coloniale, des tuiles, parfois des couleurs vives et complémentaires pour les murs, des rues pavées,

Une jeune colombienne dit que le gouvernement actuel est moins permissif, qu’il ne faut pas faire de généralisations à propos de la violence, que beaucoup de régions sont sans problèmes, que l’image qu’a l’Hélvétie à l’étranger est bien meilleure que le sien et que j’ai de la chance,

Un journal cite les efforts pour réactualiser d’anciennes recettes de cuisine régionales,

La TV relate l’embuscade opérée par la Farc à l’encontre de l’armée,

Le complexe muséologique de la banque -un de plus- de la république, avec un sol antidérapant et amortissant les bruits… les styles néogothique, baroque ont influencé l’art colonial, le primat du dessin sur les couleurs date de la Renaissance, les peintres locaux se sont posés la question comment absorber les influences nord-américaine et européenne sans perdre l’identité, en ‘puisant dans l’héritage psychique’, des œuvres intéressantes, des branches avec pieds blancs, un visage de tissus, ou des empreintes de doigts,

La Casa moneda, une bonne muséologie, des résumés en anglais, des visites guidées en espagnol......il y eut d’abord le troc, pour l’or, pour un alliage or-cuivre, pour le sel, les colliers de perles, l’émeraude, les céramiques, les escargots de mer, les haches

… l’or comme récepteur de l’énergie fertilisante du soleil, pour garder l’équilibre de l’univers, cela pour les Indiens alors que pour les Espagnols c’était un symbole du pouvoir…pour les Indiens, l’accumulation de biens était destinée à la continuité de la vie et la fertilité, et à l’équilibre entre les groupes,

La présence de pirates anglais -Drake et Morgan- a favorisé l’émergence de la puissance navale anglaise, au 18ème les monnaies circulent surtout dans les villes et pour le commerce à large échelle, la main d’œuvre dans les mines c’était les Indiens puis les Noirs

…l’Espagne n’avait pas une force navale suffisamment forte, et pas de biens bon marché pour tenir le commerce avec les Amériques

…pour économiser, les pièces de monnaies ont été produites à 21 carats d’or au lieu de 22,

Fin 18ème l’Europe est plus préoccupée par la révolution française et les colonies sont un peu négligées, 1817 c’est l'abolition de l’esclavage noir avec un accord entre Espagnols et Anglais, ces derniers voulant soutenir l’économie car les intérêts anglais étaient affectés par les biens bon marchés produits par les esclaves dans les colonies françaises, portugaises, espagnoles,

Le Musée du sculpteur Botero et ses formes généreuses, ‘disproportionnées’, faisant penser aux céramiques pré-colombiennes,

L'expo photo 1900-1961, des ‘photos de classes’ notamment où l'on voit les métis de classe moyenne adopter les coutumes occidentales pour assurer leur ascension sociale,

Un journal évoque la ‘tortura afro-colombiana’, je n’ai pas lu l’article,

Le Musée national, plutôt équilibré en comparaison avec les autres musées nationaux du continent, pas de traductions en anglais, un regard intéressant sur l’histoire, on parle d’abandonner les termes tels que ‘découverte et conquête’, ‘civilisation et barbarie’, ‘culture occidentale et sauvages’

…la colonisation espagnole a apporté les styles néogothique, baroque, mudéjar -cf. occupation arabe…lorsque les musulmans occupent Constantinople, l’Europe perd l’apport de hipopyrus (?) et a besoin d’or, elle cherche de nouvelles routes pour contourner les pays musulmans, les nouveaux instruments de navigation permettent d’aller plus loin et plus longtemps,

…la trame urbaine avec la place centrale, au nord le cabildo et à l’est l’église

…les indigènes considérés soit comme des bons sauvages soit comme des barbares à civiliser

… on évoque des facteurs importants tels que l’Indépendance des USA, la révolution française, l’Indépendance de Haïti première république indépendante noire d’Amérique, Napoléon qui place son frère à la tête de l’Espagne ce à quoi s’opposent les colonies, 1851 abolition de l’esclavage noir  -les Noirs n’étaient alors pas considérés comme des citoyens colombiens- au royaume appelé de la Nouvelle Grenade mais des groupes se sont opposés à l'abolition par les armes

… les guerres civiles opposant les libéraux centralisateurs -socialistes, divisés entre pacifistes et bellicistes- et les conservateurs fédéralistes (?) -divisés entre nationalistes et historicos-

… les mouvements artistiques -surtout picturaux- avec une tension entre un art d’inspiration européenne et celui s’inspirant d’œuvres pré-colombiennes et indigènes notamment,

Beaucoup de touristes israéliens dans le pays, parce qu’habitués au risque ?,

Le tourniquet dans le bus tourné à rebours pour éviter la comptabilisation des passagers, tout bénéf pour le chauffeur,

La discothèque la plus grande du pays mais pas fichue de fournir des tampons auriculaires pour supporter les décibels,

De beaux visages aussi,

On y vend de la ‘ginebra’, alcool à base de genièvre,

Les joggeurs et cyclistes du dimanche, les maisons hautes en brique, les pâturages bien verts aux alentours,

Un journal dit que 8 millions de pastilles Viagra ont été vendues en 2004, 533% d’augmentation, il parle des affaires de blanchiment de narco-dollars, du tour de France, des qualités à avoir pour passer les tests psychotechniques d’une entreprise comme la sincérité, la tranquillité, la capacité de manager l’anxiété, d’éviter la pression, de garder la concentration.

 

Cali

Connue pour ses cartels mais aussi pour avoir adapté la salsa cubaine à sa manière, une ville déserte et sans grande vie le dimanche hormis les lieux où l’on danse la salsa, merengue, tropical -je confonds tout ça, au premier étage sans fenêtre, les caballeiros invitent les damas -comme d’hab., pantalons et T-shirt ou chemise moulants- à danser, et ils le font bien, l’alcool de canne à sucre mélangé à de l’eau citronnée aide peut-être, la bière coule à flot aussi, c’est la boisson la plus répandue dans le monde, avec l’eau et le coca,

Beaucoup de ‘bingos social’, tous ces braves gens assis à faire du loto, des prix à gagner, pas vraiment le sourire aux lèvres, d’autres salles ont des machines à sous,

Je passe à toute vitesse dans les salles d’art contemporain -même si j’apprécie, qu’en penseraient les artistes ?,

On dit que la Colombie est le pays le plus dangereux de l’Amérique du sud, on prend une partie pour le tout alors que seules certaines zones sont concernées par la violence,

Peut-on dire que plus le niveau de vie s’élève, moins il y a de criminalité ? A Bogota le nord de la ville est plus aisé,

Les amalgames et les partis pris ont la vie longue, sans doute pareil est-ce pour l’Helvétie,

La Colombie, un pays à découvrir, Cartagene ?, 

A l’aéroport, des bouteilles d’eau d’orchidée en vente, quel est le goût ?, les contrôles des bagages hyper important même pour les vols nationaux, les chiens reniflant par ci par là, le survol -au sens propre et figuré- depuis Cali,

Le vol direction Guatemala, avec escale à Panama -sur les photos, une ville style US avec des gratte-ciel, depuis l’avion le canal et ses méandres -un projet d’agrandissement est évoqué dans le journal, une escale à San José, une autre pas loin de Managua avec beaucoup de toits en tôle près de l’aéroport, des routes non goudronnées, une terre rouge....puis survol de El Salvador, le liseré blanc du sable des côtes, quelques volcans, des lacs, un paysage quelque peu montagneux –il doit y faire un peu plus frais, beaucoup de cultures, des nuages dans le ciel,

A Cali, j’avais demandé à pourvoir faire une escale à Managua, on m’avait répondu que ‘l’avion déchargeait les passagers sans en prendre’, c’était évidemment faux, mais il n’y avait rien à faire, mais cela j’en aurai la confirmation qu’à Panama, siège de Copa airlines, une compagnie aérienne comme tant d’autres où l'on est mieux nourri si on est riche -une empanada pour tous et un repas complet pour les VIP,

Il y a des choses auxquelles on renonce pour en voir d’autres, asi es la vida, et il paraît que c’est mieux comme ça,

Un journal évoque l’histoire des coupes de cheveux, depuis les Grecs, en passant par les perruques, un article parlant des Philippins constituant le contingent de marins le plus important, le stylo de marque ‘kaka’ acheté à l’aéroport de Panama,

Je lis….seraient à voir encore les beautés naturelles -et reposantes ?- du Costa Rica, considérée comme la Suisse d’Amérique centrale -pas d’armée, une relative stabilité politique…un autre pays le Nicaragua au passé lourd avec les tremblements de terre et le flux d’argent destinée aux victimes remplissant les poches de Somoza –comme cela a été le cas en partie pour les victimes du Tsunami, le mouvement sandiniste et la réduction de l’analphabétisme et des maladies comme la polio, l’effacement des 4/5 de la dette par la banque mondiale, l’écrivain Ruben Dario, la ville de Leon centre intellectuel du pays,

Un autre pays serait à (re-)découvrir, Cuba.

 


« Page précédente :: Page suivante »