Venezuela, Caracas

Publié le 2/02/2008 à 12:50, Vénézuéla
Mots clefs :

VENEZUELA 

 

Caracas

Ce sont les coins de rue, et non pas les rues, qui sont mentionnés sur les plans de la partie historique de la ville,

Les gens qui attendent sans broncher le bus, en se mettant en ligne -comme à Quito,

Des gens serviables, qui me rendent parano en disant tous que la ville est hyperdangereuse,

Les seins remontés dans des t-shirt moulant....plein la vue,

Le mélange ethnique et la beauté des visages, du ‘Brésil au parler espagnol’ ou peut-être comme à ‘Cuba’,

Le spectacle de danse quelconque mais de la bonne musique de Renaissance espagnole,

La conférence présentant un livre sur un ancien et fameux présentateur de TV décédé en 1978,

La population divisée, ceux qui se mettent à l’écart de la politique, ou bien ceux qui, travailleurs venant de tous les coins du pays, déambulent avec T-shirt et casquettes ‘bolivariens’ en se rendant dans une grande salle pour écouter le discours du président, ceux qui disent que les pauvres le soutiennent, ceux qui disent que le président n’a pas fait le quart de ce qu’il a promis,

La TV et la presse ‘un brin’ censurées,

Les Musées gratis sur ordre du gouvernement depuis 2004,

L’affiche évoquant la possibilité d’étudier pour tout un chacun,

Le panneau ‘republica bolivariana de Venezuela’,

La messe criolla en l’honneur de la ‘vierge de la rose mystique’, tenue dans le hall d'une grande tour, de beaux chants,

Le Musée des sciences, des expo diverses, yc sur la grossesse de l’adolescence, les moyens pour la prévenir, une sorte d’expo d’éducation sexuelle,

Le Musée de los ninos, des sciences de toute sorte, bien fait, didactique, yc l’expo sur ‘vivir sin drogas’, avec de jeunes guides,

Le centre de la ville réputé plus dangereux mais plus vivant, des stands en pleine rue vendant de tout,

L'affiche disant que la culture = c’est le pouvoir rendu au peuple… à la préfecture, il y a une boîte pour les dénonciations confidentielles, des portraits de Bolivar et de Chavez, des affiches disant ‘dignidad, soberania y autentica libertad’, ou ‘cuando la esperanza nos da la mano, Venezuela renace’,

Je me fais prendre pour un Américain à cause de mes yeux bleus, ce n’est pas toujours agréable lorsque je me fais haranguer,

Le prêche sur la place publique, la carte de visite distribuée par une femme évangélique dans le bus et questionnant ‘et si tu meures demain ?’

La plaza de la revolucion avec des stands et des livres pro-Chavez et pro-Fidel, pro-Che Guevara, une rhétorique un peu ‘blanc ou noir’ ?,

Les stands où l’on vend des textes de lois, des douceurs dont l’une d’elles est paraît-il faite de nerfs de vaches –c’est bon pour les os dit-on,

Dans le journal, un groupe de femmes réclame la fin de la pénalisation de l’adultère, le droit à l’avortement, etc.,

La bibliothèque du ministère de l’éducation où je me rends pour savoir si le programme scolaire a changé depuis Chavez, difficile de le savoir, il y a un fossé entre théorie et pratique probablement, tous les profs ne sont pas forcément d’accord avec la philosophie du pouvoir en place......idem pour les parents, certains choisissent une autre école pour leurs enfants pour éviter ‘l’endoctrinement’....des avis bien partagés, la bibliothécaire se dit ni de gauche ni de droite, ‘je suis là pour travailler, point barre’,

Dans les livres en consultation, je prends connaissance des programmes, être, savoir, faire, et vivre en société démocratique......langue/littérature, maths, éducation physique, sciences sociales, sciences naturelles et technologie, éducation esthétique, interdépendance des branches, etc....... langage, développement du penser, valeurs, travail, l’environnement, valorisation du rôle social de l’enseignant...... ‘docente comprometido, perseverante, communicativo, alegre, reflexivo, informado, honesto, solidario, creativo’ voilà le programme pour les profs… on parle de dimensions comme le respect de la vie, de la solidarité, des capacités telles qu’être sensible aux problèmes de la communauté, les indicateurs comme l’attitude coopérative, la sensibilité sociale....concernant les concepts, les procédés, les attitudes,

L’architecture béton des années 60 de l’université centrale, un étudiant dit que la majorité d’entre eux est apolitisée,

La banane plantain, le riz, le bœuf, les haricots, c’est le plat national, avec le verre de jus de fruits qu’on boit avec la paille,

Le groupe de sourds-muets qui se marrent en pianotant sur internet,

Les grands panneaux de pub -yc la tasse Nescafé sur les toits des tours, le pepsi plutôt que le coca-cola,

Ma colère face à l’employé de l’hôtel qui arrive à 7h45 au lieu de 7h pour me rendre mes documents, alors que l’avion n’attend pas, le stress durant le trajet me menant à l’aéroport, l’argent perdu parce que la compagnie aérienne demande que je prenne un vol aller-retour ‘parce que les autorités colombiennes le demandent’ –il n’y eut aucune question à l’arrivée en Colombie, peut-être est-ce une questions de passeport ?,

Le taxi, une vieille américaine, plein d’espace, les favelas près de l’aéroport de Caracas, la pauvreté a le même visage ici et là,

A voir seraient peut-être les côtes du Venezuela, comme de la Colombie,

‘Chevere’ qui veut dire ‘cool’, des gens chouettes et chaleureux, faciles de contact, l’envie d’y revenir.

 


« Page précédente :: Page suivante »