Equateur, de Quito aux Galapagos

Publié le 2/02/2008 à 12:49, Equateur
Mots clefs :

EQUATEUR 

 

Quito

Le quartier moderne banal, la femme hurlant sous la fenêtre d’un immeuble où se cache son mari avec sa maîtresse, les matins ensoleillés, les après-midi orageux,

Le Musée national de la banque d’Ecuador....le courant maritime chaud venant du nord El Niño, le courant froid Humboldt venant du sud est

 ....les poteries, le basket man, les visages aux yeux plissés, aux oreilles dégagées cf. boucles d’oreilles, le chapeau

....les divinités félin, alligator, harpy eagle, serpent

....les vitrines avec les pyramides à étages avec rampes -centre religieux....les Incas = Etat centralisateur, théocratique, militaire, les Incas qui avant les Espagnols ont aussi déplacé et exercé des contraintes sur les populations pour mieux les assujettir

......les motifs géométriques des tissus

....l’Espagne du 16ème siècle, ‘livestock breading policy of catholic souveraign, leading to exodus of peasants to cities, towards the administration, the servitude, the picaresque, and the Indies’ (trop compliqué de traduire),

Les œuvres religieuses souvent anonymes, l’artiste ne comptant pas en tant que tel

......les ‘encomiendas, cabildo, audiencia, haciendas’

....après Philippe II la noblesse prend le dessus......puis l'époque de Bonaparte, la révolution française, l'Indépendance des USA, inspirée des mouvements de libération

....l’évolution de l’art passant du baroque au réalisme etc, les sujet religieux sont délaissés au profit des portraits et des paysages, les historiens fiers d’être Américains visitent les sites historiques......Velasco, Espejo

......la république qui se détourne de la mère patrie espagnole et se tourne vers la France

......l’art délaisse les sujets religieux -symboles de l’oppression- pour des sujets scientifiques, l'humain et la nature

…Simon Bolivar

....le discours de l’art devient aussi social

......la période ‘indigéniste’ où les Indiens sont considérés comme symbole de la réalité humaine nationale avec dénonciation –tout en les justifiant- de l'injustice des traitements subis par les Indiens....il y a aussi une critique des relations de classes

......le style abstrait devient une alternative à l’indigénisme

....l’ancestralisme et le précolombianisme avec l'utilisation des signes et des significations des cultures ancestrales,

La granola, les yoghurts Nestlé, les bars à karaoké, populaires comme au Pérou,

Le resto japonais et la TV allumée, l'émission-show avec des interviews de jeunes délinquants-tueurs -‘mais que penserait ta mère décédée en voyant ce que tu fais’, dit la présentatrice, etc.- des interviews aussi de victimes, la présentatrice accuse les autorités policières de rester passives,

Les voies prioritaires pour les lignes de bus principales,

Les journaux avec des articles sur le poids, la santé, les lois, l'éducation, les prisons ......Ecuador, ce ne sont pas seulement les clichés touristiques,

Beaucoup de gens serviables,

L’attente du départ sur les îles Galapagos....quoi faire ? Je m’occupe, ne rien faire semble être devenu difficile,

Le Musée ethnologique présentant la richesse ethno du pays....il y a également des groupes afro-équatoriens, descendants d’esclaves fugitifs ayant conquis leur liberté et ayant résisté aux Espagnols, un autre groupe a été amené là pour travailler des terres tenues par les Jésuites

......il y a plusieurs types de danses y compris la bomba....les vêtements qui changent selon le statut civil

....les rites relatifs au mariage, la signification des ponchos noirs pour marquer le deuil d’un chef indien décédé,

Le milieu du monde, la ‘mitad del mundo’, avec la ligne ‘officielle’ pour les photos, l'héritage d’une mission française mais qui ne correspondrait pas à la réalité, l’autre ligne, ‘la vraie’, en dehors du site, avec un petit Musée intéressant où l’on voit notamment une horloge solaire à deux faces et éclairée des deux côtés lors des équinoxes –il n’y a pas d’ombre pour le saut lors de l’équinoxe, cela permet à l’énergie solaire de la ‘remplir’

… le fait de dresser les pouces vers le ciel pour recevoir l’énergie solaire…

Quito qui signifie le centre de la terre, le phénomène de Coriolis avec rotation horaire dans l’hémisphère sud, antihoraire dans l’hémisphère nord et sans rotation sur la ligne équatoriale

......la croix symbolisant les quatre saisons, les points cardinaux, les animaux -jaguar, serpent, caïman, aigle, les quatre éléments -feu, terre, eau, air

.... le jeune -et petit de taille- guide à la tresse noire et au sombrero, disant que les traditions se perdent parmi les jeunes qui ‘ne veulent plus vivre dans des cabanes en branchages mêlés de terre’, la présence dans les foyers indiens de hamsters qui sentaient si le visiteur apportait un mauvais esprit

…les valeurs importantes que sont ‘ne pas voler, ne pas mentir, ne pas être paresseux’

… pour être prêt pour le mariage il faut que la femme sache préparer une chicha, et que l’homme sache construire un bateau,

Beaucoup de fruits aux noms exotiques, je ne me souviens plus à quoi ils ressemblent après les avoir notés, chirimango, ovo, oca, capuli -comme des cerises, tomate de arbol, fraises, mures, mortino,

Le Musée de la cité, le fond musical d’un CD a capella –j’ai l’impression de me retrouver en Europe…l'accent mis sur l’époque post-colombienne, le 16ème siècle avec la fondation de la ville, les maisons simples, le 17ème avec l’essor de l’industrie textile -une visite guidée aurait été utile,

Le centre culturel métropolitain et les expos d’art contemporain, intéressantes…le Musée retraçant la période autour de l’Indépendance, le rôle des femmes s’instruisant au couvent ou à la maison, l’expulsion des Jésuites fin 18ème vers l’Italie, sans droits, avec abolition de l’ordre de St-Ignace sur ordre du pape, les universités tenues par les Jésuites sont alors peu à peu sécularisées, les Jésuites qui écrivent des œuvres pour contrebalancer les écrits d’Européens comme Voltaire qui dénigre l’Amérique, le rétablissement de l’ordre des Jésuites en 1814 -mais beaucoup sont entre-temps morts ou partis, ils ont notamment laissé des bibliothèques,

Le rôle de la société patriotique de Quito pour l’émergence d’une conscience nationale, l’influence des loges maçonniques –début en 1717 en Grande Bretagne, le modèle était la construction des cathédrales gothiques, les pratiques humanitaires, l'aide mutuelle, le mouvement s’est étendu en France, le mouvement anti-catholique, puis en Espagne, etc.-

… le mouvement de redécouverte de l’Amérique par les scientifiques européens stimulant les homologues américains qui deviennent des défenseurs des mouvements indépendantistes, le rôle de Espejo, intellectuel emprisonné

… en 1830 il y a séparation de l’Equateur de la grande Colombie –c’était le rêve de Simon Bolivar d’unir le Venezuela, la Colombie et l'Equateur…globalement une bonne présentation muséologique à Quito,

Le show folklorique andin, ennuyeux à souhait, les clichés où les ‘braves indigènes’ de la campagne distraient les citadins et les touristes…je demande s’il n’y a pas d’association d’indigènes intellectuels, apparemment pas,

L'excursion à Saquisili pour son marché où tout se vend, les têtes de porc, les produits miracles -bois, poudres, produits à base de bave d’escargot, etc.- que vendent des gens sans doute peu scrupuleux, les haut-parleurs des véhicules passant dans les rues, les femmes avec le baluchon sur le dos, de petite taille, un sombrero…une ou deux tresses selon le sexe

....la végétation verte comme dans le plateau suisse, la musique répétitive dans le bus,

Les ‘ahorita’ à la temporalité plutôt élastique,

La route panaméricaine à une voie,

Un journal évoque la présence de pétrole dans l’est et les revendications indigènes pour que soient éliminés les contrats ne respectant pas des principes écologiques, on y parle aussi des traités commerciaux avec les USA, les JO attribués aux Anglais -et le jour d’après, des attentats, de la victoire de Federer à Wimbledon,

‘Quito honesto’, une initiative passant à la radio et destinée à promouvoir un comportement citadin -pas seulement les politiciens- et plus honnête ‘qqn te demande de tricher au cours d’une épreuve, que fais-tu ?’, etc.,

Les boutons prurigineux après piqûres de je ne sais pas quoi,

Les capotes vendues dans certains bars, mais chers,

La jolie vieille ville, blanche, les églises coloniales,

Les articles évoquant l’aide japonaise pour la construction de puits chez les ‘indigenos’, la révision technique annuelle des bus, celui parlant du comportement des politiciens africains ne pensant qu’à leur propre profit, l’absence de secteur privé en Afrique -il n’y a que les paysans et les multinationales, l’héritage des frontières coloniales expliquant l’absence d'unité en Afrique, l’augmentation de 36% des ventes de voitures, la dératisation des marchés, le sprayage des zones malariques, les zones à méningite, etc.

 

Galápagos

Des îles où ont été envoyés des prisonniers, où se sont rendus des colons de divers pays, l'exploitation des tortues et d’autres animaux, l'introduction d’espèces -chèvres, etc.- mettant en péril la faune locale, les touristes priés de rester sur les sentiers, un contrôle nécessaire,

Le ticket d’avion vendu sans réservation, je me retrouve sans siège, je stresse, finalement une place se libère à la dernière minute, beaucoup d’enfants –de familles plutôt aisées- faisant leurs cinq jours sur les îles,

Une météo brumeuse, le soleil peu souvent au rendez-vous, le ‘splurge’ alimentaire sur le bateau

La visite du conservatoire de tortues semi-géantes sur San Cristobal, les mouvements lents ou plutôt l'immobilité, le sentiment du temps qui s’est perdu, de l’éternité, de l’immobilité,

Les visites de plusieurs îles, avec des crabes rouges et tigrés, des iguanes de terre, des oiseaux à pattes bleues tournant, assis sur l’oeuf, en présentant la nuque au soleil, le guano autour du nid –un oisillon hors du nid = pas de nourriture-…la résine de l’arbre St-Paul chassant les insectes, certains arbres perdent leurs feuilles afin de conserver l’eau,

Les animaux ne semblent pas effrayés par la présence des humains, hormis peut-être les iguanes,

Les oiseaux frégates aux queues bifides, qui se lissent les plumes après avoir extrait de leurs glandes des sécrétions lipidiques, et qui plongent à pic pour attraper les poissons, les blue feet bubbies, le guano blanc....le vent, les vagues agitées venant se briser contre les rochers, et par contraste le vol calme, précis et majestueux des oiseaux, les otaries joueuses et ‘paresseuses’, parfois aux odeurs peu agréables, la ‘bachelor area’ où les jeunes otaries mâles s’exercent entre eux pour apprendre à se battre, avant d’aller conquérir un territoire… les reptiles à sang froid qui suivent le cycle du soleil,

Ma myopie me joue des tours lors du snorkeling, j’ai oublié mes lentilles,

La volcanique Bartolomé, brune-grise, après un ‘bubbling’ il y a des centaines de milliers d’années, le déplacement horizontal de trois (?) cm par an de la croûte terrestre au-dessus de la source volcanique, cela expliquant la variation d’âge et la présence de plusieurs cônes volcaniques sur les îles Galápagos -qui veut dire tortues géantes (?),

Les arbres à cactus à Plaza Island, les iguanes et les tortues aiment les cactus contenant du liquide, ils les martèlent sur le sol afin d’en enlever les épines,

Il paraît que l’île Espagnola contient des albatros et quasi tous les autres animaux, Santa Cruz contiendrait des tortues à carapace en dôme, mais le bateau suit une autre route… l’autre lieu contenant des tortues géantes serait l’île Abadra (?) aux Seychelles,

La ‘coalition’ avec un sympathique couple italien de la Vallée d’Aoste pour refuser la pratique américaine des énormes pourboires journaliers, une grande frustration à cause des commentaires insuffisants d’un guide peu attentionné, un rapport qualité/prix decevant, sans voir des albatros, des tortues géantes en dôme, peut-être l’histoire d’une idéalisation d’un voyage sur des îles somme toute presque ordinaires ?

Le vol du retour avec vue du volcan enneigé Cotopaxi, la halte à Guayaquil –depuis l’avion des quartiers dont quelques uns ont les rues principales goudronnées, d’autres encore avec des maisons à toits en tuiles et piscine,

A propos des ‘indigenos’, s’agit-il de valoriser d’autres formes de savoir-être, de savoir, de savoir-faire ? Dans notre monde ‘moderne’, on valorise les universitaires, la culture de tel type plutôt qu’un autre.

 

 

« Page précédente :: Page suivante »