Pérou, de Puno à Lima

Publié le 2/02/2008 à 12:48, Pérou
Mots clefs :

PEROU 

 

Le passage à la douane comme une lettre à la poste entre la Bolivie et le Pérou, la causette avec un Péruvien qui raconte que dans son pays aussi, tout a été vendu, la route est asphaltée mais bonjour les vertèbres,

Le passage le long du lac Titicaca, bleu, avec un arrière-fond de montagnes de la cordillère, des berges sèches, parfois herbeuses, des villages en briques avec un toit de chaume ou en tôle, des vaches, des moutons.

 

Puno

Il y a du chauffage dans la chambre, mais pas plus de 14 degrés la nuit,

Le jeune de l’agence disant que sous Fujimori, c’était plus calme, que maintenant tous les prix augmentent,

Le guide raconte que les tours circulaires de Sillustani symbolisent le ventre de la terre mère, raison pour laquelle les gens étaient enterrés en position fœtale, avec ouverture à l’est pour que le soleil puisse faciliter la réincarnation,

Il explique aussi que les chapeaux haute forme viennent des Anglais ayant passé par là il y a 140 ans, les bonnets passant sur les oreilles sont eux d’influence allemande, voilà de quoi revisiter nos clichés ‘ethno’,

Les îles flottantes Uros, trop touristiques, c’est du Ballenberg et rien d’authentique, il y a des herbes hautes totora bonnes à tout faire, même la base se mange, c’est riche en iode etc.,

Les ‘yeux’ des nombreuses patates du marché,

Le maté de coca plutôt amer,

Les gens entassés sur le camion et protégés du froid par des couvertures,

L’homme courbé près d’une tombe au bord de la route,

Le vent soufflant la poussière, il paraît que c’est inhabituel,

Les camélidés que sont les lamas, les alpagas, etc.,

La chicha, boisson à base de maïs,

Le lac Titicaca -à prononcer Titikhakha, qui veut dire, ‘puma’ et ‘pierre’.

 

Cuzco

Un journal annonce que les autorités vont autoriser la culture légale de la coca dans certaines plaines, un sujet qui suscite apparemment des controverses,

La forme des contours de la ville, importante pour les Incas, Cuzco avait la forme d’un félin,

L’arc-en-ciel aux fenêtres, un symbole inca, pas gay,

Le bus qui se fait contrôler par la police pour recherche de biens bon marchés en provenance de Bolivie et passés en contrebande, une femme planque ses sacs et résiste à la policière, ‘mais c’est rien, laissez la’, ou alors ‘ces gens-là s’enrichissent avec le marché noir’, entend-on,

Une région à visiter lors des célébrations,

Le Museo de l’Inca......les dieux andins que sont le félin, le serpent, le condor....punchao = lumière, jour, soleil…condor = sommets aux neiges éternelles, félin et serpent = ( ?) divinités des eaux… Pachamama = terre mère

......le guide explique aux écoliers que la sexualité –voir les céramiques- était une ‘activité normale sans connotation érotique’, les céramiques aux formes rondes, leurs belles couleurs aux bruns dominants, aux motifs stylisés

....le lama qui a permis la vie en haut plateau –pour l’alimentation, le transport, etc.,

…l’influence espagnole sur le mobilier, la peinture, les vêtements de la haute classe inca... la naissance d’une culture de résistance anticoloniale ‘incanismo’ -peindre des thèmes sur des pots pour la mémoire-, à la mode inca aux 18-20ème siècles notamment au théâtre,

Les cérémonies où les offrandes sont présentées en deux moitiés, féminine et masculine, avec un œil central, des offrandes ensuite brûlées pour l’alimentation des dieux

....la culture millénaire du coca -qui contiendrait des protéines, des minéraux et des vitamines même si pas beaucoup- utilisé pour les rituels, la médecine, les liens sociaux

......les montagnes considérées comme des divinités redoutables auxquelles il fallait offrir des sacrifices humains -cf. Juanita conservée à Arequipa...les belles poteries Nasca, Mochica, Paracas montrant l’existence de plusieurs cultures pré-inca,

La commande au resto d’un cobaye, une spécialité locale, servi dans son entier sur l’assiette, ‘no gracias, yo no puedo comer’,

Machu Pichu -‘vieille montagne’, on prend le train, vue de la ville et ses toits de tuiles avec des croix et des petits animaux -félins?, parfois des drapeaux arc-en-ciel, parfois des murs en terre recouverts de cactus comme des barbelés....le site de Machu Pichu vraiment superbe, l'harmonie entre les ruines et le milieu, les montagnes boisées et très pentues, des ruines aujourd’hui peut-être ordinaires, mais à l’époque c’était recouvert d’or et d’argent (?),

Le prix élevé pour y accéder, le touriste argentin qui s’avère être un missionnaire évangélique disant que la situation à Cuzco a changé en dix ans, ‘ il y a moins de croyances païennes’,

L'altitude de Machu Pichu à 2400 m formant un climat idéal pour la culture......les ruines aux pierres encastrées, trapézoïdes tant pour les fenêtres que pour les murs......le magnétisme des pierres contenant du quartz, l’astronomie, les sections agricole et urbaine -religieuse et les habitations,

Les divinités du soleil, de la lune, de la terre, de la montagne, le condor pour transporter l’âme vers les dieux, le soleil, le puma pour l’eau, le serpent pour le monde d’en bas -il y a trois niveaux, le monde des dieux, le monde terrestre, et le monde d'en-bas…la croix andine,

Au retour, un arrêt à Ollantayayambo ( ?), une fête locale de danses folkloriques ....un jeune me dit que le quechua est une langue paysanne dévalorisée -il parle de racisme, mais les gens travaillant dans le tourisme se doivent de la connaître....c’est plutôt la vielle génération qui le parle, c’est une langue orale car l’écrit n’est pas maîtrisé faute d’être enseigné dans les écoles,

Cuzco l’ancienne capitale et les autres régions, les alentours faisant penser au Gros de Vaud avec à l’arrière-plan la Cordillère, sauf que les maisons sont en brique de terre crue, les toits en tuiles

… les villages touristiques sont un peu ‘casse-pieds’ avec les petites vieilles voulant à tout prix se faire photographier, les vendeuses pleurnichant pour vendre leurs bibelots, elles font ce qu’elles peuvent pour gagner leur croûte mais je trouve cela pénible,

Le spectacle de danse et de musique à Cuzco, encore un truc pour touristes,

Sur la montagne est écrit, ‘vive el Peru glorioso’,

L’écharpe de ‘bonne qualité’ qui s’effiloche,

Les routes pavées –comme souvent en Amérique latine- auxquelles s’accrochent les chaussures,

L'inca-cola,

Le ciel étoilé,

Les Internets partout, presque plus nombreux que les bistrots,

Le Musée d’art religieux avec un Christ de peau foncée et un pagne ‘en tablier’, mais certains tableaux ont simplement foncé avec l'âge,

Le Musée d’art précolombien, bien présenté mais avec des commentaires insuffisants, pas informatifs, du verbiage trop long,

Qoricancha, un couvent catholique qui a été construit sur un complexe religieux inca......40 lignes énergétiques, 342 sites sacrés......le soleil, la lune, l'arc-en-ciel, la foudre....les patates, le maïs......la forme de trapèze......le tableau cosmologique avec trois mondes, la dualité homme-femme, etc.,

La route très sinueuse jusqu’à Nasca... les massifs rocailleux désertiques avec des oasis,

La tête que je cogne sans cesse, le ‘malheur’ d’être grand quand on prend un petit bus,

Le chocolat chaud version andine avec cannelle et clous de girofle.

 

Nasca

Maria Reiche considérée à l'époque comme une folle et maintenant admirée, le tourisme a suivi,

Des lignes aux interprétations multiples -l’astronomie, les extra-terrestres, ou plutôt une  influence chamanique…pour les chamans les substances que nous considérons comme hallucinogènes permettent d’accéder à une autre réalité,

Des représentations de figures d’animaux, arrangés selon des axes précis -selon un calendrier, etc.- n’existant pas à l’époque dans la région,

Le survol en avion, les lignes qui se croisent, les dessins, un fascinant mystère......les formes trapézoïdales pointant vers des sources d’eau (?)....ou bien des lignes comme des chemins processionnels pour implorer les divinités afin qu’elles ne ‘pleurent’ la pluie,

D’autres régions dans les Amériques contiennent des traces similaires,

La région de Nasca a connu des changements climatiques il y a 2000 ans, des pluies diluviennes ont cédé la place à une sécheresse, les fleuves s’écoulaient du côté Atlantique, depuis l'avion on voit quelques arbres le long des cours asséchés formant comme un delta,

Les morts étaient enterrés avec plusieurs objets en raison de la croyance en la vie dans l’au-delà,

Les aqueducs en partie souterrains, les offrandes de feuilles de coca aux divinités des montagnes pour obtenir de l’eau,

Un journal dit que beaucoup de Péruviens ne payent pas leurs impôts, que les taxes sur voitures vont diminuer…l’article évoque la démocratie, un autre dit que l’Europe ne s’intéresse plus au continent sud-américain…il y a des dissensions dans le monde politique suite à la décision du gouvernement espagnol d’autoriser les mariages gay et l’adoption… la question de l’accord commercial du continent sud-américain avec les USA

......le film américain dans le bus montrant une histoire version ‘Tsunami’, ou version ‘retrait d’Irak’,

La région désertique puis cultivée -même du raisin, brumeuse vers Lima –une ville connaissant les 4 saisons, le Pacifique à portée de rétine, les pubs et les annonces colorées des façades de magasins,

La voisine dans le bus, une businesswomen très sympa qui se démène pour me fournir l’adresse d’une agence de voyage.

 

Lima

Le ciel constamment gris, c’est l’hiver, humide et frais,

L'architecture quelconque, des cubes de taille diverse, souvent peints,

‘Allianza peru, peru sin drogas’, sur un panneau.... et sur un autre, ‘corrupcion, una fruta mas de la coca’,

Le Musée de l’or, quelconque,

Le Museo de la nacion intéressant, les poteries Nasca, etc., montrant les activités quotidiennes, des thèmes religieux, les céramiques zoo- ou anthropomorphes, etc....les stèles, les tissus Paracas, la reproduction de la tombe de Sipan, la culture Mochica

......l’importance de la dualité chez les Indiens, soleil-lune, en–bas-en-haut, bon-mauvais, homme-femme, moins-plus, etc., opposés mais complémentaires

....les animaux = symboles des grandes forces de la nature, comme le jaguar, le faucon, etc......staff-god, dios de los baculos,

…le développement urbain des Wari....’fardo funerario’ –le corps en position accroupie/fœtale, enveloppé dans un tissu, comme un grand sac surmonté d’une sorte de tête/boule

…Chan-Chan/Chimu, avec les parties domestique, administrative, économique, funéraire,

…la notion de l’au-delà : chemin de cendres, les passagers brûlent leurs pieds, un pont de cheveux conduit à une rivière abondante, la nécessité d’être accompagné d’un chien noir ou roux qui doit pour se faire être tué -et être mis dans un sac également

....pour les Incas, il y avait un tribut à payer au roi soleil, un tiers restant pour les gens,

Wiracocha, le dieu créateur suprême de l’univers, invisible, tout-puissant, une divinité exclusive pour la noblesse inca, le peuple avait une religion plutôt panthéiste

....l’importance -notamment funéraire- des coquillages spondylus venant des côtes et importés vers les hautes terres

.... Conopas, un dieu personnel, représenté par une sorte d’amulette

....chez les Incas, le travail était considéré comme mita = travail d’intérêt public, ou minea = travail de solidarité locale

… il y avait la coutume de sécher et saler la viande, de déshydrater les patates en les exposant au soleil le jour et au gel la nuit,

Ma fascination ‘douloureuse’ pour la richesse archéologique du pays tant il y aurait à voir, la stimulation intellectuelle, je pourrai peut-être lire un jour ‘hispanic cultures of Peru’, de Justo Caceres Macedo,

Le Musée Larco, avec des textes insuffisants comme à Cuzco, les gouvernants se couvraient d’or, avec un effet visuel et sonore -le cliquetis des vêtements recouverts d’or- pour impressionner le peuple puisqu’ils représentaient les divinités

 ....la représentation des têtes des figurines proportionnellement plus grande qu’en réel....El Inti = le soleil pour les Incas

......l’ordre temporel et social était soutenu par un calendrier agraire et astral

......on voit des ornements avec des plumes qui représentent le monde d’en-haut....les métaux = support de symboles sociaux, politique et religieux, en usage pour la mort, pour entrer dans l’autre vie, il y avait connexion avec les divinités....les conquistadores ont désacralisé la symbolique des métaux en pillant les lieux,

…parmi les coutumes, on note les combats rituels

.... la chicha était le symbole du sang des ancêtres indispensable pour la vie, une offrande aux dieux et à la terre, parfois le sang des vaincus décapités était bu pour assurer la continuité de l’ordre à la faveur des dieux

.... le tumi, c’était une sorte de couteau arqué servant également à décapiter, ou comme cuillère (?)

....manacocha, c’était l’océan, la mère des eaux, d’où viennent les strombus, les coquillages, utilisés comme symboles de l’eau, aussi pour annoncer la venue de personnes de haut rang,

L’iconographie mochica, notamment érotique, avec des représentations du monde des divinités -d’en haut, l'accouplement et l'union de la terre et de l’eau pour obtenir la vie végétale, pour le monde des vivants l'accouplement destiné à la procréation donc pour assurer le cycle de la vie, et pour le monde des morts la présence de coïts non vaginaux et de pratiques sacrificielles (?),

Le Musée d’anthropologie, d’ethnologie et d’histoire du Pérou –en train d’adapter les salles pour produire des textes bilingues espagnol-anglais

.... la caverne et la nécropole Paracas avec en haut les associés, puis un tube qualifié de matrix, puis en bas la partie individuelle où il y a des gros sacs contenant des cadavres en position fœtale....la déformation crânienne pour marquer l’identité

....les céramiques Moche pour représenter la météo, la faune, la pêche, les guerriers, les nobles, les constructions architecturales, l’activité sexuelle liée à la fertilité et à la reproduction, les maladies, les us religieux, les portraits, l’art est au service du religieux

......les temples en U, ou plats étagés

......lors de fêtes religieuses, on sortait les momies au soleil

......les motifs céramiques des Nascas, comme greca escalonada

....les irrigations des terrasses avec un système d’amenée d’eau

......les grands pots rouges avec des motifs, un col en forme de tête

....les Incas ont développé un important réseau de routes, ils ont adoré le dieu soleil puis viracocha, l’inca est le roi et les panacs sont des familles royales,

L’apport de l’étranger à l’Amérique comme le cheval, le mulet, le boeuf, la brebis ( ?), la chèvre, le cordos ( ?), les oiseaux de basse cour, le blé, les olives, la canne à sucre, le raisin, le cabadas

… l’apport de l’Amérique à l’étranger comme le quinoa, les haricots, les pommes de terre, le maïs, le caoutchouc

....l’imposition de la langue espagnole par les colons, la nécessité de la parler si l’on voulait monter socialement,

Une salle permettant de réfléchir sur le Pérou d’aujourd'hui, notamment la république, l’influence de l’idéalisme et du marxisme, le mouvement des novocientos, des indigénistes (?)

....il y a eu un développement industriel au cours des siècles précédents avec aussi des phénomènes de modes vestimentaire etc

......-mais où donc est l’architecture andine moderne ?

......de la musique variée, marinera, boleros, cumbia –un rythme plus ‘caraïbes’, folklorique andin, etc

.......dans une salle des cabezas reducidas -une coutume dans certaines tribus amazoniennes de porter en trophée la tête des vaincus

....les mouvements de révolte indienne matés par les colons

....une visite guidée aurait bien fait l’affaire,

L'église et couvent de San Francisco, la coupole mauresque, la bibliothèque, les plafonds en relief, le policier et le chauffeur de taxi se réclamant de la sensibilité évangélique,

Le vieux chauffeur érudit qui fait du taxi pour suppléer à sa rente qui ne lui permet de tenir que deux semaines sur le mois,

Les enfants vendant des bonbons et des chocolats dans les bus, aux feux de signalisation,

Le spectacle des mains dans le quartier europeo-américanisé,

Les supermarchés ‘metro’ appartenant à des chinois péruviens (?), beaucoup d’Internet partout,

Le bâtiment central de la police nationale pas loin de l’hostal, ce jour, comme chaque premier lundi du mois, c’est la parade,

Le dimanche, beaucoup de magasins ont ouvert, les centres de cours aussi -musique, informatique, etc,

La boisson de quinoa avec pommes et coings, la tisane à base de gélatine d’aloe (?) avec diverses autres substances, paraît que ça rajeunit et maintient en forme, les restaurants chinois,

Les programmes de débats à la radio, sur la démocratie, la corruption, l'enseignement notamment,

Je lis, il y a beaucoup de sites à voir dans le nord du pays, les temples pyramidaux, etc.,

Vol pour Quito, il n’y a plus de place en classe économique, me voilà transféré en business, j’ai droit au repas qui pour les autres coûte 5$… le journal évoque le scandale du temple de la fertilité près de Puno –il paraît que ce ne sont pas des objets phalliques mais quelque chose qui a à voir avec la construction (?), des articles parlent du pétrole découvert au Pérou, des flics arrêtés pour implication dans le narcotrafic, ou de Coca-Cola lançant des produits lactés pour les enfants et du Coca vanillé, du Japon considéré comme le marché le plus lucratif pour Coca-Cola, de la perte économique et du manque de confiance des investisseurs suite aux blocages de route en Bolivie, de l’Amérique centrale qui a regagné la confiance des investisseurs -‘pour preuve’ la présence des 100 multinationales les plus importantes, Nestlé y compris.

 


« Page précédente :: Page suivante »