Bolivie, de Uyuni à La Paz

Publié le 2/02/2008 à 12:46, Bolivie
Mots clefs :

BOLIVIE 

 

Uyuni

Sur la route, des pueblos, en adobe, avec toits de chaume ou en tôle, la soupe au quinoa, la viande de lama, le siège du bus où un enfant semble s’être auparavant ‘oublié’,

Le costume traditionnel des femmes avec chapeau, robes, les enfants portés sur le dos....ou alors des vêtements à la mode occidentale,

Les nuits à trois degrés dans la chambre, on me déconseille la seule chambre pas chère chauffée au gaz, en raison de l’excès de monoxyde de carbone dégagé par la combustion en altitude,

L'affiche évoquant la discrimination qui existe entre les descendants des colons et les indigenos,

Le superbe Salar, des couches de sel et de terre alternent sur 100m de profondeur, 12’000 mètres carrés, un ciel bleu, une mer blanche comme de la neige -pareil lorsqu’on marche dessus, des motifs polygonaux qui deviennent moins réguliers lorsqu’on s’en approche de près, des montagnes au loin, des cactus de l’île Pescador -le plus vieux de 12 m a donc 1200 ans,

Dans la voiture, une habitante de l’île qui dit avoir redécouvert ses racines aymara, la culture, la langue -qui se perd, la Pachamama assimilée à Marie, elle évoque le culte du soleil ou de la lune,

L’alarme à 7h30 et 8h du matin....pas de danger, c’est pour avertir la population que c’est bientôt ou que c’est l’heure de commencer le travail,

Le trajet de bus nocturne pour Potosi, plutôt pénible, pas de route goudronnée, la causette avec un Bolivien qui pense que le nouveau gouvernement est identique au précédent, il comprend les sympathisants du mouvements des pauvres qui bloquent les routes -peut-être le seul moyen pour faire plier le gouvernement, mais beaucoup n’apprécient pas car les blocages de routes provoquent des problèmes d’approvisionnement et le tourisme en subit les conséquences,

 


Potosi

La chambre chauffée -il y a huit degrés, les nombreuses chaînes de TV sud-américaines et CNN en espagnol,

Le journal ‘monde diplomatique’ existe en espagnol, je l'ai vu en Argentine et au Chili,

10 % de la population locale vit des mines -argent, zinc, plomb, étain dont les cours ont augmenté en raison des guerres (mais pas uniquement)-, on peut les visiter -je fais la version « light » à cause de ma claustrophobie…en 1985 il y a eu privatisation et achat par des firmes étrangères des mines les plus rentables, les autres se sont réunies en coopératives…il n’y a pas de surveillance des conditions de travail, pas de lumière dans les couloirs, on mâche les feuilles de coca, on fume des cigarettes, on explose à la dynamite,

Dans la montagne, la divinité El Tio en forme de diable qui reçoit deux fois par semaine des offrandes d’alcool etc, il est vénéré comme la Pachamama pour éviter des accidents et pour recevoir les produits souterrains....dans le passé, il y avait des esclaves noirs qui ont été déplacés vers les régions plus chaudes car ils ne supportaient pas le climat,

Le yoghourt de bananes, vendu dans les rues, les mineurs le consomment pour se protéger de la silicose,

Alors que j’attends un taxi, on me vole mon sac bleu que j’avais déposé derrière moi, avec le guide de voyage, les lunettes de soleil, mais heureusement pas ma vie, pas mon argent, pas mon passeport conservés ailleurs.

 

Sucre

Une jolie petite ville coloniale blanche -les habitants sont en majorité Indiens, des jeunes dansent dans les rues pour répéter leur spectacle prévu deux jours plus tard,

La nuit de la San Juan, une fête andine du nouvel an faisant référence au soleil, au solstice -cf. Tiwanaku, des pétards sans arrêt, malgré l’interdiction décrétée pour des raisons écologiques,

L'affiche évoquant le travail des enfants, 13’000 dans les mines notamment,

Dans un journal, ‘somos todos bolivianos’, une diversité des mentalités et des ethnies, ce n’est pas évident,

Plus vers l’est, c’est le climat tropical, et ici on gèle un peu moins que dans le Salar,

Le Musée de l’artisanat des Campesinos, intéressant, à croire qu’il y a deux cultures....quel dialogue y a-t-il entre la culture post-coloniale urbaine et la culture indigène campagnarde ? Des ‘descendants de colons’ présentent aux touristes le patrimoine de ceux qui les ont précédés sur ces terres, j’en suis un peu perplexe

....de beaux tissus rouges et noirs ou blancs avec des motifs où l'on trouve parfois des animaux inconnus mais dont ont parlé les colons

....la musique et la danse permettent de délimiter l’ordre social et des genres, les hommes fabriquent les instruments, composent la mélodie et sifflent, les femmes chantent -la voix basse aussi, la musique est caractérisée par des échelles, des rythmes, des mélodies, mais aussi des postures, des mouvements,

La blouse blanche de l’écolière qui fait un signe de croix en passant devant une église, sur la porte une affiche faisant la campagne nationale pour les mariages religieux, beaucoup d’universités et de collèges catholiques, l’église est loin d’être absente, dans un journal je vois l'annonce d’une messe en l’honneur du fondateur de l’Opus Dei,

Des étudiants en agronomie apprennent le quechua pour des raisons pratiques, il paraît que les écoles primaires commencent à l’introduire également dans leur enseignement, car les villageois ne maîtrisent pas forcément le castillano,

Le drapeau national : jaune pour les minéraux, rouge pour le sang versé pour l'Indépendance, vert pour les végétaux et l’espoir,

La douche à peine tiède, j’ai froid les nuits, il n’y a pas de chauffage,

Le riz, les patates, la viande, les légumes, les empanadas, les tisanes avec prêle, camomille, etc., vendues dans la rue.

 

La Paz

Le vol par dessus les montagnes andines, des sommets enneigés, le relief érodé, il y a peu de végétation sauf dans quelques plaines, les maisons dans l’angle d’un carré délimité par un mur de briques, parfois collées les uns aux autres,

Dans un journal, je lis que Bangkok prépare un programme pour lutter contre l’obésité des agents de la police métropolitaine,

Une ville dont les maisons en brique de terre cuite s’étagent à flanc de coteau, ça monte raide....des sommets enneigés à l’horizon....un mélange de vêtements traditionnels et à l'occidentale, des coupes de cheveux fashion ou en tresses, les sombreros -il paraît que la forme suit également la mode, ils sont actuellement plutôt hauts,

La boisson chaude au quinoa au lait ou à la pomme, sans oublier la cannelle,  bien bonne,

Les boissons gazeuses, pas grand-chose à part celles produites par Coca-Cola & Co,

Le petit Musée de la coca -avec traductions en plusieurs langues, je lis, la coca provoque une légère anesthésie dans la bouche, une légère euphorie, un élargissement de la conscience, une augmentation de l’énergie physique....la coca est offerte également lors de cérémonies de mariages, elle permet d’étendre et de fortifier l’âme, c’est une marque de confiance, une carte de présentation, un symbole de bonnes intentions......elle permet l’adaptation à la vie en haute altitude via la stimulation des centres respiratoires et la diminution de l’agrégation des globules rouges ( ?),

La convention de Genève de 1961 a déclaré que la coca était responsable du retard mental et de la pauvreté en Amérique du sud....5% de la population mondiale vit aux USA, mais les USA consomment 50 % de la production mondiale de coca....la procaïne était utilisée comme rajeunissant…36 pays ont le droit de produire, commercialiser la cocaïne, mais pas la Bolivie....le vin Mariani -en France- contenait 0,12 g de cocaïne pour 28 g de liqueur et avait été décoré par le pape de l’époque....le Coca-Cola est une boisson sans alcool -cf. époque de la prohibition- avec la saveur de coca mais sans cocaïne, et ‘cola’ vient de la noix de Ghana.... les feuilles de coca sont foulées par les pieds de nombreux campesinos, une ‘pied’ d’œuvre bon marché,

Il y a eu l'invasion des Espagnols, mais il y a eu aussi l'invasion des Incas, chacun en envahit d’autres à son tour,

La langue aymara est pré-inca, le quechua est inca,

C’est un plateau sec, comment est-il lors de la saison des pluies ?,

Les cireurs de chaussures, certains au visage masqué pour ne pas être reconnu, il faut sauver la face,

Les bus Bedford colorés,

La visite de Tiwanaku, beaucoup de choses restent inconnues, pas comprises, il y a beaucoup d’hypothèses... la statue monolithique du prêtre avec de grands yeux -lors de transes ?- représentant le pouvoir religieux et social, c’était un Etat théocratique

....le calendrier agronomique utilisant le soleil et la lune, la cosmologie contient le monde d'en haut, le monde d’ici-bas, le monde souterrain, le culte de la Pachamama, la place des ancêtres et des divinités,

L'ordre social est important, avec la distinction entre les classes sociales, selon la profession effectuée, ce qui a permis notamment les grands travaux -chacun à sa place- la  porte du soleil, l'astronomie, la géométrie, les mathématiques,

La mentalité andine c’est donner puis recevoir......le condor....la croix andine, on relie les angles et on obtient un carré, ou bien le chiffre Pi....les méthodes d’irrigation, la déshydratation des patates pour les conserver,

Le Musée des instruments de musique, des flûtes quasi traversières, des créations inédites comme un charango à cinq manches, quelques instruments à vent manifestement érotiques -mais aucun commentaire sur l'étiquette,

Des stands de rue, les chapeaux des femmes vendeuses,

Les jeunes étudiants d’une université prenant, avec plaisir, des cours de danse traditionnelle, le patrimoine culturel semble ne pas se perdre complètement, même si les ‘peña’ sont principalement visitées par les touristes,

Un journal évoque des thèmes connus en Europe aussi, l'évolution des baisers dans les Andes suite aux influences extérieures, les problèmes écologiques, etc.,

Les tags au contenu politique sur les murs, les fontaines, les lumières des maisons la nuit montant haut dans les montagnes, la circulation modérée pour une ville de cette taille,

Les fœtus de lamas séchés vendus pour être brûlés comme geste propitiatoire,

L’éducation bilingue proposée par l’université indigène, la question de l’autonomie régionale, de la territorialité, de l'interculturalité, de la gestion éducatrice,

La discussion avec la touriste américaine qui raconte qu’aux USA on recommence à parler de la faim, que beaucoup d’enfants ont leur repas subventionné car les parents ne peuvent payer,

Je n’ai pas visité les ‘indigenos’ des pueblos,

Le chauffeur de taxi disant que les gens de Santa-Cruz qui souhaitent l’autonomie sont en fait des descendants d’immigrés enrichis,

Un article dit que 23% de la population bolivienne est malnutrie, c’en est 11 % au Pérou, un autre évoque un plan Marshall pour les nations pauvres, un autre signale la production de coca même dans les parcs nationaux, on parle aussi de Evo Morales comme leader des campesinos, du développement alternatif soutenu par USAID,

Le système de santé à deux vitesses avec les pharmacies privées où tout se paye, il n’y a pas l'habituelle personne préposée à la caisse comme dans la plupart des magasins d’Amérique latine,

Le Musée d’art contemporain avec la représentation d’une femme clouée sur la croix.

 

 


« Page précédente :: Page suivante »