Pakistan, de Lahore à Peshawar

Publié le 2/02/2008 à 12:22, Pakistan
Mots clefs :

PAKISTAN 

 

Lahore

Je dois laisser à la frontière indienne des magazines que le Pakistan jugerait trop 'politiques' -dans les faits je n’ai pas été contrôlé du tout- et que l'on peut de toute manière trouver sur Internet,

Le change au noir se fait en plein jour, dans la rue, sitôt la frontière franchie,

L'ambiance ‘musulmane', les appels à la prière, les signes distinctifs -vêtements, couvre-chef, barbe, etc.- marquant l’identité culturelle du pays,

Des gens au visage indien ou 'perse' se mélangent....ce n'est pas l'Inde,

‘Musharraf joue un rôle ambigu mais il défend nos intérêts’....me dit-on en anglais –y a-t-il un biais puisque sont anglophones les gens 'éduqués' ayant peut-être d'autres opinions que le 'peuple' ?…’les politiciens sont tous pourris’, ’les promesses n'ont pas été tenues’, ’il faut se méfier de l'Inde qui veut nous écraser’, parmi les opinions qu’on me donne,

Parallèlement, les matches de cricket prévus en Inde sont bien vus, il me semble que la méconnaissance entre ces deux peuples est énorme, les Etats manipuleraient-ils leur opinion publique ?

Les camions aux dessins vifs et hauts en couleur, le bruit infernal des tuk-tuk et autres véhicules qui laissent échapper leurs gaz gris-bleu -'ce n'est pas un problème, on est habitué', me dit-on, pour moi une pollution terrible,

La guesthouse tenu par Malek, au visage de 'Charlie Chaplin', un proprio sympa, humain et plein de bon sens, un père pour nombre de backpackers esseulés, j’y croise un écrivain voyageur coréen, des Japonaises apprenant l'urdu,

Le sentiment que l'ambiance est moins pesante qu'en Inde en considérant ‘the poverty issue’…là-bas j'ai eu le sentiment que les pauvres l'étaient toute leur vie, sans aucun droit ou motivation à changer leur sort, et là ?

Il y a moins de déchets, les poubelles existent de temps en temps....les quartiers résidentiels sont plus calmes que le centre-ville,

Les qawwali –des chants religieux- dont la qualité musicale est massacrée par une sono assourdissante,

La 'first women bank limited',

La visite du fort avec un guide plutôt cher, et très musulman pour les autres, ‘les femmes musulmanes, les vraies, se couvrent la tête, ce qui leur permet d'être respectées par les hommes’… au cours de la visite les 'inlay' -pierres semi-précieuses- comme au Red fort à Delhi, plus loin la mosquée calme, à la pierre rose et peu ornée,

En présence de conventions sociales, de règles reconnues, changer est-ce l'expression d'une liberté, d'un choix original ou d’une transgression ?,

Le Punjab veut dire ‘pays des 5 fleuves’…le Cachemire est aussi disputé car c'est le réservoir d'eau de la région, chaque pays veut le contrôler…au niveau national, ce qui compte c'est l'approvisionnement énergétique -pétrole, etc.- et l'eau …et au niveau individuel, on dit 'land, women, money',

Le Musée avec le peintre Chughtai -influencé par la peinture japonaise, le style Ajanta, la peinture européenne, etc.,

Les magasins et leurs montres suisses,

Les oranges, les dates, les friandises indiennes ou 'middle east', les bananes et les mangues, du sud ou nord tout pousse au Pakistan,

Fanta, coca, sprite....et les bouteilles d'eau Nestlé,

La promenade avec Ali qui me raconte que les hommes au Pakistan ne 'pensent qu'à ça', que beaucoup de choses -yc l'alcool- sont interdites mais que ‘tout se fait’…près du fort on trouve les dancing girls…comme 75% des gens sont croyants et se rendent régulièrement à la mosquée, Ali estime que beaucoup sont hypocrites,

Le Musée de Lahore et les sculptures de l'époque gandhara, les périodes historiques telle la satrapie perse envahie par les grecs, l'influence bouddhique, puis la conquête musulmane etc.,

Le mot ‘Mehman’ veut dire 'hôte' et ouvrirait la porte à l'apaisement en cas de conflit, l’hospitalité est sacrée,

Le sentiment que c'est plus ordonné qu'en Inde, est-ce parce que je vois une uniformité dans le port des vêtements, parce que je sais qu'un général dirige le pays, ou parce que l'islam exerce un contrôle social apparent plus important -à mes yeux, réflexion hasardeuse- que l'hindouisme ?,

Les autoroutes intercity payantes agréablement lisses,

L'article de journal parlant des émigrés au Golfe -comme pour de nombreux autres pays- ayant ramené de l'argent mais aussi dans leurs bagages un sunnisme wahhabite,

Un autre disant qu’il est important que l’Afghanistan soit stable pour que le Pakistan puisse avoir des contacts avec les républiques d'Asie centrale courtisées pour leurs réservés énergétiques, ces républiques le sont aussi par l'Inde qui est bien vue parce qu’elle ne prône pas d'islamisme fondamentaliste....si on y ajoute la Russie et ses intérêts, et l’Iran, ça donne un joli mélange, plutôt une 'poudrière',

Je lis encore, le Baloutchistan -où la société est plutôt clanique et peu contrôlée par le gouvernement, doit aussi être stable pour les mêmes raisons -yc pour les conduites acheminant les ressources d'énergie,

Un autre article critique le pays pour le pauvre développement social –domaine littéraire, etc,

Les sociétés claniques, les notions d’hospitalité, de solidarité, d'honneur -réclamant vengeance, la soumission totale du vaincu,

Les enjeux actuels du Pakistan, la pauvreté -yc les femmes, les enfants au travail, la corruption, les drogues, je lis que la presse alternative existerait, par exemple ‘south asia tribune’, les femmes sont opprimées mais parfois il y a aussi des militantes,

Autres grands problèmes, l'armée qui bouffe un tiers du budget, l’oligarchie des familles qui ont le pouvoir et l’argent, la justice qui est lente et peu efficace, l’analphabétisme qui est important et arrange parfois les 'seigneurs locaux' craignant des révoltes de leurs subordonnés s’ils étaient lettrés,

La tension entre les valeurs religieuses traditionnelles et la 'modernité' vue comme 'western import',

La presse plus critique que je ne le pensais mais on sait qu'il y a aussi une autocensure des journalistes,

'We are not terrorist' me dit-on souvent, que leur a-t-on dit sur la vision des occidentaux du Pakistan....double manipulation ?,

Le musicien Nusrat Fateh Ali Khan décédé en 1997 et qui a 'inventé' un mélange west-pakistanais teinté de soufisme (?),

Le 'clergé' chiite, le Coran et la sunna, la tradition soufi.

 

Islamabad

L’hôtesse aux yeux bleus du bus Daewoo, la caméra qui filme tous les passagers, les contrôles des personnes et des bagages avant de monter, il y aurait eu une fois un attentat sur une autoroute,

Une ville aux configurations 'modernes', de nombreux shopping center, insipide et calme,

Cela fait bizarre de voir tous ces arbres ayant perdu leurs feuilles, la première impression d'une fin d’hiver....et pendant ce temps la Suisse gèle,

Les gens sont très sympas -de beaux visages également, les vêtements shlamar kameez, le kohl utilisé par le personnel masculin de l’hôtel,

L'excursion à Taxila, le rodéo du taxi à travers champs pour arriver à la station de bus, les bouddhas dans le musée exposés sans aucun commentaire, les corbeaux dans le petit parc, le muezzin chantant l'appel à la prière, au retour le plafond de roses du bus Bedford 'coloré' à la pakistanaise,

Le superbe Musée d'ethnographie où ne manque que l'audioguide pour s'y retrouver un peu, les sculptures sur bois, les statues funéraires en bois des Kalash,

‘Most welcome’......’why not, everything is possible’…well, not always if I may say.

 

Peshawar

Les grands châles portés lorsqu’il fait frisquet,

Les bases militaires partout, les policiers surveillant l'accès à toutes les banques, les agences 'sensibles' etc.,

La manifestation en préparation près de Peshawar contre un barrage hydroélectrique prévu dans la région,

La 'civilisation de la viande'… où sont les légumes ?,

Les chaînes de TV indiennes –musique- et arabes,

Au cinéma, le film pashtoun regardé pendant dix minutes, on y voit les mâles des clans guerriers faisant la loi, la danseuse qui se déhanche pour le plaisir du public uniquement masculin…‘it is our culture’,

Le thé vert à la cardamome, l'eau chaude du samovar,

Le Musée de la ville, et les bouddhas de l'époque Gandhara, le stupa symbolisant la mort de Bouddha, le turban = master, le triratna = trois principes bouddha dhamma et sangha, le siège = Bouddha en méditation,

Si l'expression artistique est influencée par le cadre religieux, ses formes pourraient se ressembler au travers des continents,

La différence, liée à la religion, entre les 'frères' indiens et pakistanais semble importante, mais l’ignorance et la manipulation jouent peut-être aussi un rôle,

Il y a 99 attributs pour Allah, 108 pour Bouddha, à chacun son rosaire,

Goûter au tabac 'humide', le glisser près de la gencive....et constater un effet d’ébriété suivi de nausées… une fois suffira,

La balade dans la vieille ville, la vidéo d'un chanteur nain passant sur écran dans un magasin,

Il paraît que l'anglais et l'urdu ne sont pas respectueux, la forme 'you' est la même pour tout le monde, alors que d'autres langues le seraient bien plus, comme le pashto –qui a beaucoup emprunté au farsi,

'In Switzerland, there is no army, no rules’ me disent plusieurs personnes… d’où est venue cette rumeur ?

Le massage par des mains trop rapides et sales,

La ligne Durand séparant l’Afghanistan du Pakistan, en plein milieu des Pashto....là aussi, l'ancien colonisateur a su affaiblir en divisant, et aujourd’hui la stabilité d’une région reste fragile,

Il paraît qu'il y a un marché de contrebande, officiel, géré par les 'tribal men' qui imposent leur lois et refusent l’ingérence du gouvernement....des armes sont fabriquées dans certains villages, les drogues, etc., tout circule,

Dans les sociétés 'tribales', on retrouve paraît-il le 'boy esclave' qui est réduit à l’état d'objet sexuel, et une fois 'servi', il ne peut souvent plus se marier car ‘trop abîmé',

La société musulmane est plutôt 'masculine', tous les hommes ne cessent de fantasmer, le foulard couvrant les cheveux considérés comme ‘organe’ de séduction signe-t-il la faiblesse des hommes gérant leurs pulsions avec difficulté ? Je m’interroge sur la construction de l’identité de genre…  dans cette société ‘l'accès’ aux femmes semble limité, parler de sexe ou de relations inter- ou intra genre reste tabou au Pakistan -pourtant les gens avec qui j’ai parlé ont souvent abordé la question-....on dit que la femme est considérée comme la propriété et le symbole d'honneur familial et les hommes en sont les gardiens, la question des femmes battues existe aussi… le Musée d'ethnographie d’Islamabad accorde une place aux femmes, mais beaucoup reste à faire,

Une personne se plaint de ce pays ‘dirigé par des gens corrompus, regardant leurs intérêts, sans justice qui protège les citoyens’, il se sent seul et démuni face à l'autre si celui-ci a des 'relations', s’il peut offrir des pot de vins plus importants, etc.,

La poésie joue un rôle important, romantique ou parfois aussi politique, un peu comme en Iran,

Le nom ‘Pakistan’, c'est la 'crase' de plusieurs régions et ça veut dire aussi 'pays des purs',

Je lis, les compagnies pétrolières ont fait pression sur le gouvernement américain pour que soit construit un pipeline à travers l’Afghanistan, l'Occident soutient le régime de Musharraf car celui-ci joue la carte modérée… éviter qu'un régime islamiste ne se retrouve à posséder l'arme nucléaire....double jeu de l'autre côté puisque les islamistes, un temps soutenu contre les occupants russes en Afghanistan, sont soutenus dans la lutte au Cachemire,

Il paraît que la cité de Karachi est peu sûre, il y aurait des problèmes importants d'ordures, d'eau potable, de pauvreté,

Et pendant ce temps, ça bouge au Moyen-Orient, au Liban notamment....les autorités américaines et israéliennes soignent leurs intérêts,

Sur le chemin de retour, je vois la nature s’éveiller au printemps, l’herbe verte, les fleurs jaunes, les bourgeons et quelques feuilles aux arbres,

Le film montré dans le bus, la violence à l’égard des femmes et des hommes, semblant humiliés, qui se mettent à genoux pour implorer le pardon, les pleurs des femmes, on le montre, s’agit-il d’autres expressions comportementales pour de mêmes enjeux ?,

Beaucoup de gens très sympa, hormis les arnaqueurs de tuk-tuk & Co,

L'urdu est langue nationale mais parlée seulement par 10%, l'anglais est la langue administrative,

Personne ne paye l'électricité, tout le monde se branche de manière illégale, d’où ‘la forêt de fils’,

‘This is Pakistan’, lorsque je demande quoi faire des ordures par exemple… s’identifie-t-on à un modèle défaillant, comme en Inde ?,

Certains magasins sont fermés, d'autres ouverts la nuit, notamment les petits restaurants, pour eux les vacances ça connaît pas,

Dans le parc, discussion avec Abdulrahim, sympa, qui me dit que tous les Pakistanais sont des fondamentalistes et qu'il se pose des questions quant aux trois religions monothéistes, laquelle serait la 'vraie' ?

Les barbes et les cheveux colorés au henné,

Mes douleurs persistantes de la nuque,

Les mains que l'on serre et avec lesquelles on mange, pas toujours propres,

Les morceaux de canne à sucre arrosés d'eau de rose,

Porter un shalmar kameez, l’uniformité ou presque, mais cela ne veut pas dire que l’on ne cherche pas à plaire,

Sûrement intéressants les sites de la civilisation de l'Indus de Mohenjodaro et Harrapa -société védique existant avant les Aryens qui les ont poussé vers le sud avec leur écriture non déchiffrée- les régions montagneuses et peuplées de minorités du nord –les Kalash, etc, le Swat qui est considéré comme la Suisse de l’Asie,

Et me voilà à rêver de yourtes kirghizes.

 


« Page précédente :: Page suivante »