Thaïlande, de Sukhothai à Bangkok

Publié le 2/02/2008 à 12:16, Thaïlande
Mots clefs :

THAÏLANDE (suite) 

 

Sukhothai

Retour en Thaïlande, le train pris pour Sukhothai, les ruines, les briques, les statues de Bouddha -l'un enserré comme sur la carte postale, les walking bouddhas à l'allure particulière,

Sukhothai, l’escapade à cause d’une belle carte postale,

Les oiseaux perchés sur les fils électriques,

Dans le musée, à propos de l'enseignement du Bouddha, il est question de la roue de l’existence, sans début ni fin, dans le bouddhisme il n’y a pas de salut, pas de maître, chacun est responsable, tout est transitoire,

Je quitte Sukhothai pour Bangkok, le chauffeur du trishow est saoul et me tient des propos scatos,

Un usager du train me dit que de son vivant, il ne verra sans doute pas la construction d'une 2ème voie ferrée reliant Bangkok avec le centre du pays, le 1er ministre ne semblerait pas s'en soucier même en période électorale, il s’est d’ailleurs acheté un avion personnel.

 

Bangkok (suite)

Une ville au rythme frénétique, à la circulation chaotique, peu sereine, mais intéressante à découvrir,

Dans la presse, je lis que la cote de popularité du premier ministre est haute, que le pays a décidé de se passer de l'aide internationale pour le Tsunami, des dons d'argent et de sang sont organisés -notamment dans les gares routières, un article parle de l'aide mal coordonnée et des pêcheurs souhaitant qu'à l'avenir ‘la mer soit mieux nourrie afin d'éviter qu'elle n'avale à nouveau des vies humaines’, un autre article disant que l'Inde veut asseoir sa zone d'influence dans sa région –elle aussi a refusé toute aide internationale, je lis aussi que la Corée du Nord lance une campagne contre les cheveux longs, ‘influence du style de vie capitaliste’,

La catastrophe du Tsunami profite aussi à certains, on continue à penser business, des touristes se rendent nombreux pour visiter les lieux touchés par le Tsunami,

La Thaïlande semble être un pays plutôt ‘lisse’ et moderne, j'ai peine à croire qu'on puisse choper la malaria dans certaines régions, le pays inspire la sécurité, on pourrait tout manger ce qui se vend dans les rues,

Comme ailleurs en Asie, les boissons se vendent souvent en sachet avec de la glace pilée,

De beaux visages aussi -je me répète, surtout lorsqu’ils sont basanés,

La ‘thaï military bank’, une parmi d'autres,

Les ‘spirits houses’ devant les supermarchés, les mendiants,

La boxe thaïe -et khmère,

Le bruit assourdissant des embouteillages,

La cuisine avec le riz collant, le sucre, les pickles très hot, la sauce soya ou fish, le chili, ce n’est pas toujours ce que nous servent les restaurants thaïs en Suisse, réflexion valable aussi pour beaucoup d’autres pays,

Le quartier de ‘khao san’, le ghetto backpacker à fuir,

L'Asie et la langue anglaise pas toujours copines, difficile souvent de se faire comprendre, -et en Europe ?,

La Thaïlande m'intrigue, comment le pays a-t-il négocié le virage vers la modernité, comment vit-il cette tension entre tradition et modernité, les problèmes tels que la violence, le chômage, etc. ?

Aborder l'Asie sans trop de risque sanitaire, des infrastructures modernes, une bonne nourriture, voilà la Thaïlande,

Il suffit d'un moustique pour bousiller une nuit, et quand je suis grippé, je n’ai qu'une envie, celle de régresser, de me faire prendre en charge,

Il y a qqch de plutôt soft chez les Thaïs, je ne me sens pas agressé, les gens ne hurlent pas constamment, réalité ou effet d’une certaine séduction ?,

Le Tsunami, en Europe, des dons par millions, des minutes de silence, ici de l'aide aussi… je n'ai pas vu d'images à la TV et tout cela me semble un peu lointain puisque je n’ai pas été directement concerné, ma réaction aurait sans doute été différente en Europe,

Les forces naturelles peuvent anéantir en un rien de temps des rêves, des vies, des projets,

Le sentiment qu’en Asie, on aborde les choses différemment, de manière moins dramatique, ou bien ne montre-t-on peut-être pas la tristesse ?,

Avec le temps, je tolère mal l’arnaque, ça me rend furax … si les prix étaient fixes, tout le monde serait logé à la même enseigne et le fait d'être touriste ne serait pas prétéritant,

Macro- ou microcosme, l'Asie en elle-même est diverse, chaque voyageur ramènera d'autres souvenirs et aussi d'autres convictions à son sujet, mais ça vaut finalement pour toute expérience,

Je quitte bientôt l'Asie –puisque l'Inde est pour moi un continent à part, les souvenirs se mélangent, les différents styles architecturaux des temples, des bouddhas et de la religion.... Se mêle ce que j'ai imaginé avant de voir, avec ce que je me souviens avoir vu dans un livre illustré, et ce qui me reste en mémoire de la réalité rencontrée....à chacun son voyage, à chacun ses réalités,

‘Tu raconteras ton voyage fabuleux’, m'écrit-on, une réaction compréhensible, parfois lassante, attend-on de moi d'avoir fait un 'fabuleux voyage', ‘d’avoir grandi’ puisque le voyage forme la jeunesse ? Que ne met-on pas dans ce mot, le ‘voyage’ !

 


« Page précédente :: Page suivante »