Cambodge, de Phnom Penh à Siem Reap

Publié le 2/02/2008 à 12:08, Cambodge
Mots clefs :

CAMBODGE 

 

Phnom Penh

La courte mais intéressante visite guidée au Musée national,

La visite de Tuol Sleng, un Musée évoquant les victimes du génocide fratricide de Pol Pot, des gens se sont tus, d’autres se sont révoltés, il y a eu des collabos....50% de la population a moins de 15 ans et, comme au Viêt-nam, n’a pas tellement l'envie de remuer le passé,

Il y a de beaux visages aussi, basanés -je me répète- qui me font plus penser aux Malais qu'aux Chinois,

L'atmosphère est plutôt sympa, mis à part les ‘revendeurs-arnaqueurs’ qui ne font que leur job,

La compagnie aérienne President airlines, il faut vraiment s’accrocher, les portes de secours sont obstruées par des sièges, il n’y a pas d’annonce des mesures de sécurité, pas de feuille explicative dans la poche, c’est un avion à hélices datant de Mathusalem… j’ai finalement obtenu ma place pour Ratanakiri, en étant sur la liste d’attente,

La school of fine arts, avec des étudiants pratiquant l’art dramatique, la danse classique ou folklorique, la musique cambodgienne ou occidentale, le cirque....causette avec quelques jeunes, ils ont 22 ans, qui pensent que le jugement des khmers rouges est nécessaire, une ambiance sympa mais à la sortie l’administrateur des relations publiques me demande un don, qqch me dit qu'une partie ira dans sa poche,

Le pays se dollarise....riel ou dollar....no problem.

 

Ratanakiri/Banlung

Visite d’une amie, agréable est sa maison en bois sur pilotis au bord d’un lac.... la nuit, le karaoké au petit bistrot voisin, et les hululements nocturnes des chiennes en chaleur,

La poussière qui colore tout en rouge-brun couleur terre, un beau contraste avec le bleu du ciel et le vert des forêts -du moins ce qu’il en reste, vu l’abattage massif et rapide des bois tropicaux,

Idéalement, il faudrait expliquer aux minorités ethniques comment mieux survivre, la santé mais aussi les lois -histoire de conscientiser les gens qui trop facilement vendent leurs terres pour un profit à court terme et se retrouvent sans ressources après avoir acheté une moto,

Le gouvernement soutient officiellement le projet d’alphabétisation -il en profite car il y a de l’argent de l’Unicef et d’autres organisations- ça peut l’intéresser si les minorités ethniques peuvent être 'cambodgianisées’,

Les tribus sont plutôt animistes, révérant des esprits de la terre -on offre qqch à la terre pour le riz qu’on prend, les cieux, dans la forêt il y a souvent un coin sacré intouchable,

Visite d’un village Brao....des cochons, des chiens, des poules se promènent.... ici, je ne me sens pas comme touriste intrus......on me montre la cabane haute des jeunes célibataires, les moeurs prémaritales sont libres -on dit qu’il faut faire l’amour 250 fois avant la première grossesse......ça commence à 17 ans pour le garçon mais déjà à 12 pour la fille, les filles une fois mariées stoppent souvent toute scolarité s’il y en a eu auparavant.... je passerai une nuit à grelotter dans un hamac, à 5h heureusement c’est le lever autour d’un feu et sous un magnifique ciel étoilé,

On me dit qu’il est difficile de provoquer le changement dans les comportements, par exemple concernant la santé....si la grand-mère dit ceci, on le fait même si on est convaincu du contraire....les changements nécessitent parfois deux générations,

A l’origine, les tribus  de chasseurs exploitaient la forêt de manière modérée....puis sont arrivés les Cambodgiens qui ont acheté les terres pour y mettre des cultures, coupant les bois tropicaux, un phénomène également connu dans les pays voisins exploitant les bois et les pierres précieuses -nerf de la guerre lors de temps troublés et source de profit en temps de paix lorsque les différentes factions politiques se remplissent les poches,

Les offices de protection de l’environnement ne sont pas les derniers à participer à la chasse d’animaux qui sont vendus aux Chinois pour leur médecine … l’armée, les autres pays tels que la Thaïlande, le Viêt-nam et les pays occidentaux sont aussi complices, on décrète d’autant plus volontiers la nécessité de préserver les ressources nationales quand on sait que l’on peut faire ce que l’on veut dans le pays voisin, à savoir déboiser et chercher les pierres précieuses,

Il paraît que le problème n'est pas de voler mais seulement d’être pris sur le fait,

Les petites vieillesà la pipe et aux lobes d’oreilles allongés,

La solidarité se limite à la famille, on se réunit autour du culte des esprits à satisfaire, parfois il y a des chrétiens dont la conversion n’a pas été l’objet de missionnaires américains mais de gens locaux,

Il paraît qu’il y a moins de corruption dans les villages autochtones, le mot corruption est connu du monde cambodgien… comme pour le passé avec les khmers rouges beaucoup de monde n’a pas les mains propres......alors quelle justice ? Les Occidentaux peuvent-ils réclamer le procès de ceux qu’ils ont soutenu auparavant ? Pas simple,

Le Mékong fait l’objet de projets de barrages chinois, tout le monde y va, les Vietnamiens en ont déjà un sur une rivière dans le nord, le fleuve a depuis lors changé de couleur,

Suite au passé khmer rouge, il semble que le Cambodge soit le moins 'pratiquant' en matière de religion,

Je lis que le bouddhisme Theravada s’occupe de : 1) la souffrance, la frustration, la maladie, 2) la contingence et l’impermanence des choses, 3) la non-substantialité ou la non-essentialité de la réalité, il n’y a pas de permanence de l’âme -ce qui n’est pas le cas chez les hindous,

La souffrance viendrait du désir, il s’agit d’éliminer l’un et l’autre, et le chemin pour y parvenir comporterait 8 points : ‘right understanding, right mindedness, right speech, right bodily conduct, right livelihood, right effort, right attentiveness, right concentration’…la notion de mérite est importante, lorsqu’on donne l’aumône ou en allant dans les temples,

On me dit que l’adolescence est un phénomène nouveau en Asie depuis environ dix ans....avant les gens se mariaient tôt et devaient prendre leurs responsabilités,

La norme ici est que souvent les choses ne fonctionnent pas, que les gens disent ceci et font autre chose, il faut l’intégrer dans la gestion du quotidien.

 

Siem Reap

Trajet depuis Phnom Pehn en bus, sur une route refaite, on voit des rizières sèches, des palmiers sucriers, des buffles d’eau, les villages sont pauvres,

La musique cambodgienne utilise des xylophones (?),

Le massage effectué par un malvoyant, celui-ci n’était pas très talentueux,

Les ruines d’Angkor, vastes, de nombreux temples....le passé hindou-bouddhique, un riche héritage pour le pays, pourtant assimilé à du patrimoine thaïlandais dans les bouquins scolaires thaïs paraît-il…de beaux bas-reliefs -il faut imaginer la polychromie, les toits au relief de 'pneus', les visages souriants des bouddhas Avalokiteshvara – pour la bénédiction et la compassion, les poitrines des apsaras lissées par les visiteurs,

Le complexe de Banteay Srei soutenu par la DDC helvétique -‘klein aber fein’.... des histoires sculptées sur plusieurs centaines de mètres à Angkor Wat....Ta Phrom et la 'jungle' flirtant avec les ruines, les racines épousant les contours des pierres comme un serpent,

Le Babel des langues, les touristes japonais bien organisés recevant dans leur casque les commentaires donnés par la guide, on entend aussi des touristes français et américains,

Pourquoi est-ce l’épaule droite qui est dénudée chez les moines ?, Un guide aurait été utile,

Les informations que j’ai se mélangent à d’autres souvenirs, je tente de lutter contre l’oubli en tapant mes notes sur le clavier,

Voyager peut être une bonne chose mais pas obligatoire......sans quoi, il faudrait que six milliards de touristes sillonnent le globe,

La frustration de ne pas pouvoir interroger les gens sur leur vécu, la guerre ou d'autres thèmes d’actualité,

La veillée de Noël, la prière de ne pas me retrouver seul dans ma chambre le soir… le "hasarD" d'une rencontre totalement inattendue–on croit que ça n’arrive qu’aux autres, nous ignorions chacun le chemin de l’autre… un clin d’œil divin,

Le land mine Museum, pour informer, une initiative louable.... par contraste le malaise en voyant les mutilés exposés au public près des temples pour susciter la pitié des touristes,

La route vers la frontière thaïlandaise utilisée pour les échanges internationaux, cahoteuse au possible, on respire la poussière à pleins poumons,

Les panneaux de santé,

Les cages à cochons portées sur des motos,

L’Unesco, en établissant des sites 'patrimoines de l’humanité' rend un grand service à l’industrie touristique, mais pas toujours aux nécessiteux, à Angkor c’est un riche bonhomme actif dans le marché du pétrole qui ramasse le pactole des droits d’entrée du site.

 


« Page précédente :: Page suivante »