Réflexions

Publié le 3/02/2008 à 01:45,
Mots clefs :
- Lien

REFLEXIONS

 

Entre l’autre et  moi

 

Libre à mon égard,

Libre à son égard,

Partage d’idées,

Partage de projets,

Des projets réalisés,

Pour une co-indépendance.

 

‘Tu as dû faire un voyage fabuleux’,

‘Tu as dû grandir en maturité’,

J’ai vécu du quotidien hors de chez moi,

J’ai vieilli d’un an,

…les autres aussi.

 

L’autre peut gérer sa frustration,

Je peux gérer la mienne,

L’autre a son parcours,

J’ai le mien,

Et ils se valent bien,

 

'Il faudra m'habituer à nouveau au fait que tu sois revenu',

J’étais peut-être déjà mort ?

 

‘Quand rentres-tu ?’

L’envie de rentrer,

Revoir mes proches,

…et repartir aussitôt.

 

Rentrer,

Avant de devenir un pâle souvenir,

Dans le cœur des vivants.


 

Entre le voyage et moi

 

Un épuisement consommé,

Une curiosité à peine entamée.

 

Ce que je n’ai pas vu,

Ce que j’ai à peine vu,

Est toujours de couleur plus verte.

 

Machu Pichu,

Un lieu superbe,

Et le dos à peine tourné,

Quel souvenir en ai-je gardé ?

 

Souvenirs ?

Les cartes postales transforment les souvenirs,

Comme la forte fièvre un corps fatigué,

Je n’ai pas voulu d’une caméra,

Les touristes font tous les mêmes photos,

Mais les miennes auraient été les miennes,

Son visage aurait été dessus,

Il ne me reste maintenant que les mots.

 

Sautiller d’un pays à l’autre,

Goûter à tout,

Comme au restaurant,

Un voyage ‘buffet’.

Avant même de partir,

J’avais des vagues idées,

Puis j’ai vu,

Maintenant je dis ‘je m’en souviens’,

De quoi ?

De la ‘vague idée’ ?

 

‘Ça vous a servi à quoi de voyager ?’

J’ai pu démythifier le voyage,

J’ai pu démythifier les pays visités,

Ou commencer à le faire,

Et de retour, puis-je démythifier l’autre ?

A commencer par moi-même ?

 

‘A ne manquer sous aucun prétexte’,

Il y a toujours un prétexte,

Je suis sauvé.

 

Dans un métro à côté de sa mère,

Dans la rue au bras de son fils,

Des personnes handicapées,

Sans autre choix que de faire avec,

Le mieux possible.

 

L’arnaque,

Fille de la pauvreté,

Insupportables l’une comme l’autre.

 

J’ai besoin de sécurité,

De sérénité,

Pour quitter une position défensive,

Pour m’ouvrir à l’autre,

A une autre culture.

 

Plus je lis des guides de voyage,

Et plus je découvre l’existence de nouveaux lieux,

 « Le » tour ne peut être qu’un tour parmi d’autres.


Entre moi et moi

 

Cinq milliards d’individus,

Et moi…

Né homme,

De ces parents,

Au sein de cette fratrie,

Dans cet espace,

Dans ce temps,

Dans cette vie,

Avec ces amours,

….Ce voyage.

 

Désir d’ailleurs,

L’expérience d'une errance.

 

Le manque,

D’un corps doux,

D’une étreinte.

D’une caresse,

Solitude,

Soufrance,

Insécurité,

Tension,

Combat,

Désir.

 

L’envie se nourrit d’une idéalisation,

Sa compagne est la frustration,

Le projet se nourrit d’un rêve,

Le plaisir peut alors être partagé.

 

Courir après un rêve,

Choisir de ne plus courir ?

 

‘Te voilà revenu,

C’est comme si c’était hier,

Tu n’as pas changé’,

Suis-je resté le même ?

 

Ce ‘tour’ maintenant achevé,

Quel sens lui donner ?

 

Courir le risque,

De se tromper, de regretter,

La prochaine fois, je saurai mieux,

Dans une autre vie,

Cette autre, c’est celle-là.

 

Le tsunami, le cancer,

Ont emporté des êtres connus,

Je suis ‘en plein tour’,

Dans un ‘grand projet’,

Une aventure dans mon existence,

Tout est fragile,

Tout peut s’arrêter demain.

 

La force de la vie,

Avec ou sans moi.

 

Il y a la génétique, la famille,

La société, la culture,

Peut-être qu’au bout du compte,

L’identité se réduit à dire,

Dans un temps et un espace donnés –ou reçus ?,

« Je ».

 

Brin unique ou torsadé,

Dénoué ou renoué,

Seul ou ramifié,

Las ou tonique,

Solide ou effiloché,

Caché ou exposé,

Le fil de ma vie.


Entre l’Autre et moi

 

Ici et maintenant,

Vertige,

Heureusement,  je ne suis pas Dieu.

 

Partir, oui,

Mais allais-je revenir ?

Je suis rentré,

Sain et sauf,

La Vie est forte,

La vie est fragile,

Dieu soit loué ?

 

Les « anges gardiens »,

Les « hasarDs »,

Le petit cheminement spirituel malgré moi.

 

 



Genève, retour automne 2005

Publié le 3/02/2008 à 01:44, Suisse
Mots clefs :
- Lien

GENEVE 

 

Retour sur Genève,

La boucle géographique est bouclée,

‘Un’ et pas ‘Le’ tour du monde,

Des mondes si différents coexistant sur cette planète malgré la ‘globalisation’ culturelle citadine,

Des ébauches de découverte par ‘taches’ avec tant de zones obscures entre deux,

La frustration peut-être salutaire de n’avoir pas découvert de nombreux endroits,

La difficulté de me dire que ‘c’est fini’, qu’une page se tourne,

Mes questions existentielles transportées tout au long de ma route,

Des interrogations au sujet de mon avenir,

L’émotion de retrouver les miens.

 



Albanie, Tirana, stop-over

Publié le 3/02/2008 à 01:44, Albanie
Mots clefs :
- Lien

ALBANIE 

 

Tirana

De passage,

Des routes et trottoirs défoncés, mais une ville qui se modernise, des couleurs vives pour les édifices repeints sur initiative d’un maire populaire, beaucoup de cafés avec terrasses, beaucoup de Mercedes dans les rues,

La grande place ‘débarrassée’ de sa statue, était-ce Lénine ?,

Les jeunes vendant des cigarettes, peut-être de contrebande,

Le Musée national montrant aussi la période communiste 1944-1992, des pratiques qualifiées de génocidaires

… de belles icônes aussi, l’hommage à Nene Tereza –qui a son aéroport,

Le Musée d’art avec une biennale locale montrant des œuvres s’interrogeant sur la période post-communiste, ‘avec la libération des intérêts privés, qu’en est-il des espaces public et collectif ?’…encore de belles icônes......je lis ‘expect fear and you will not be disappointed’,

Je confronte ces impressions actuelles fugitives avec les souvenirs du voyage en Albanie au siècle passé, c’est maintenant un ‘autre’ pays, c’était un autre voyage, j’étais aussi un autre ‘visiteur’.

 



Kosovo, Prishtina, stop-over

Publié le 3/02/2008 à 01:41, Kosovo
Mots clefs :
- Lien

KOSOVO 

 

Prishtina

En transit,

On construit partout,

L’euro est la monnaie en usage, il y a beaucoup de chômage, beaucoup de jeunes ont adopté le ‘look’ occidental,

Un gars critique mes connaissances en langue anglaise

… un autre m’offre les minutes d’internet et une autre m’indique comment joindre la station d’autobus,

Il parait que depuis que les Saudis ont une représentation dans le Kosovo -les Iraniens aussi-, il y a plus de femmes portant le foulard,

Une étudiante étudie à la faculté à Tirana qui serait de meilleure qualité,

Le bus mal climatisé pour Tirana.

 



Serbie, Belgrade, stop-over

Publié le 3/02/2008 à 01:17,
Mots clefs :
- Lien

SERBIE 

 

Belgrade

En transit,

Les trams qui balancent à presque dérailler, comme à Lviv,

Des visages qui permettent de dépasser le cliché du ‘méchant serbe’,

Les caractères cyrilliques, surtout à l’approche de la frontière avec le Kosovo,

Le jeune disant que la Serbie ne veut rien savoir de l’Europe et l’employé de guichet de bus qui affirme le contraire,

La mendicité dans les rues,

La Serbie rurale, plus pauvre que les pays précédemment visités, les meules de foin, pour voitures souvent de vieux modèles, la lenteur d’un bus vers Pristina, un autre a une crevaison,

Les avis de décès collés aux parois des stations d’autobus.

 



Bosnie-Herzégovine, Sarajevo, stop-over

Publié le 3/02/2008 à 01:16, Bosnie-Herzégovine
Mots clefs :
- Lien

BOSNIE-HERZEGOVINE 

 

Sarajevo

En transit,

Les immeubles et voitures modernes d’un côté, les immeubles encore troués de balles ou vides de l’autre,

Un système éducatif partiellement commun -mais Mostar semble vouloir faire bande à part, dit l’office du tourisme,

Les toits à quatre côtés, les églises côtoyant les mosquées,

La question du ‘détruire reconstruire’,

Le clin d’œil de la boulangère,

Des serbes en vacances, ‘let it be the past’, disent-ils,

Le jeune revenu d’Allemagne et qui s’ennuie ici.

 



Ukraine, Lviv, stop-over

Publié le 3/02/2008 à 01:15, Ukraine
Mots clefs :
- Lien

UKRAINE 

 

Lviv

En transit,

Les rues pavées, une très belle ville où l’on peut flâner, les kiosques carrés style 19ème,

Les couples qui se marient, des musées pris comme décor pour les photos,

Le banya à la russe, la salle de massage avec les posters de femmes nues…et l’émancipation de la femme dans tout ça ?,

La causette avec un Biélorusse qui évoque le régime dictatorial dans son pays, il travaille dans une fondation philanthropique à Budapest,

Les pâtisseries aux graines de pavot, 

Les trajets de nuit en train, sans qu’un visa ne soit nécessaire…les responsables des wagons qui essuient les poignées à chaque arrêt.

 



Hongrie, Budapest, stop-over

Publié le 3/02/2008 à 01:15, Hongrie
Mots clefs :
- Lien

HONGRIE 

 

Budapest

Une courte halte,

Une ville un peu grise, le parlement et la vue brumeuse du palais,

Les jeux d’échec devant la station de métro.

 



Slovaquie, Bratislava, stop-over

Publié le 3/02/2008 à 01:13, Slovaquie
Mots clefs :
- Lien

SLOVAQUIE 

 

Bratislava

En transit,

Le guitariste soûl devant la gare,

La vieille ville, déserte à 8h du matin.

 



Pologne, de Varsovie à Treblinka

Publié le 3/02/2008 à 01:12, Pologne
Mots clefs :
- Lien

POLOGNE 

 

Varsovie

L’aéroport Frederic Chopin, un look européen de la ville, quasi plus aucune voiture Lada ou Trabant, je me sens en Europe, beaucoup d'anglophones, des graffiti sur les murs,

Le musée de la ville quelque peu labyrinthique -mais aucun commentaire en anglais,

Le Musée du soulèvement de la ville de 1944 plutôt bien fait… les Russes ont regardé faire les Allemands avant d'entrer, la vie clandestine avec les journaux, le pain, les puits d'eau à creuser, les mariages... et des gens ont filmé tout ça,

Le rayon ‘Jean-Paul II’ dans les librairies.

 

Cracovie-Auschwitz/Treblinka

Une météo de circonstance, une émotion forte malgré les ados défilant en 'course d’école', les étables à chevaux ayant ‘hébergé’ les prisonniers

… les tas d'habits, les tas de lunettes, les tas de valises, les barbelés électriques, les longues allées, les bâtiments en briques ou en bois, ‘Arbeit macht frei’, cela s'est passé et pourrait sans doute encore arriver.

 



Arménie, Yerevan

Publié le 3/02/2008 à 01:10, Arménie
Mots clefs :
- Lien

ARMENIE 

 

Gakik, un Arménien qui me prend en voiture après même pas une minute d'attente à la frontière, il me dit ‘Christ dans mon cœur’,

… la vodka et les petits encas, les légumes ramassés, les tapis muraux dans les maisons et les appartements visités,

La visite de Naghpat et Sanahin, de beaux monastères, les toits envahis par les herbes, des tombes à l'intérieur des églises, de belles croix sculptées,

Des ‘bouts de tissus’ dans les branches des arbres le long d'un fleuve,

Les nombreuses fabriques fantômes -fermées, les maisons en pierre ou en bois,

La ‘musique’ que fait la langue arménienne, l’alphabet qui m’est indéchiffrable.

 

Yerevan

Je loge chez un ami de Gagik, Hector, bien sympa, les deux sont membres d'une communauté pentecôtiste,

La difficulté d'être hôte notamment lorsque les horaires sont tenus ‘à l’arménienne’,

Le pain lavash très bon, la vodka artisanale que je me force à goûter, les hommes mangent entre eux, les femmes après,

Le mémorial et le Musée du génocide, Genève et le conseil national suisse figurent dans la liste des signataires ayant reconnu le génocide,

L’Eglise arménienne est apostolique monophysite –les natures divine et humaine de JC en un seul corps alors que pour les orthodoxes grecs les deux sont séparés- comme les Eglises éthiopienne, assyrienne, et copte

… le rôle fort de l’Eglise dans l'identité arménienne…il y a parfois des sacrifices d'animaux -bélier, coq, le signe de croix commence par la droite -les catholiques par la gauche

… le tambour et la coupole dans les églises,

De nombreux théâtres dans la capitale,

La visite du ‘Vatican local’ Echmiadzin, on arrive évidemment en retard pour visiter le musée

… un prêtre demande si je suis chrétien avant de me laisser utiliser les toilettes du séminaire

… un franciscain italien me cause en espagnol,

Les femmes entre elles -les hommes aussi- se prennent parfois sous le bras, en Europe la même chose serait peut-être mal vue ?,

Les rues de la capitale avec boutiques, cafés, restaurants, le tuf recouvrant les immeubles de Yerevan, le wedding palace comme dans les villes russes,

L’état des routes aux nombreux nids de poule, et la conduite un brin dangereuse,

Le Musée d'histoire, peu de commentaires en anglais sauf pour la période de bronze, la triade ‘terre-arbre-femme’, déesse de la fertilité, le vase symbolisant le sein, l’oiseau au sommet de l'arbre cosmique considéré comme un assistant des dieux, l’esprit solaire, le système du milieu correspondant au taureau, bélier, lion, chèvre, biche

… les éléments naturels tels que le soleil, le tonnerre, l’éclair, l’eau, le serpent dans l'eau et la tête en dehors considéré comme intermédiaire entre les deux mondes

… les ceintures étant des ‘evil impending actions’ ( ?) -le lien linguistique avec le mot étoile, khachkar étant la pierre commémorative ou cross stone ( ?),

Le musée des manuscrits, de belles pièces.

 



Géorgie, de Tbilissi à Mthshketi

Publié le 3/02/2008 à 01:07,
Mots clefs :
- Lien

GEORGIE 

 

Tbilissi

Les 'trésors' des musées où une visite guidée est indispensable....la croix géorgienne 'carrée' en bois de vigne courbe, les émaux cloisonnés, la guide disant que les Américains sont en train d’acheter du terrain, peut-être en vue de l’oléoduc devant transiter par le pays, ‘ils ont remplacé les Russes mais c’est du pareil au même’,

Le métro à la soviet,

L’agréable hôtel géré par un Allemand, le copieux p’tit-déj,

Dans la capitale, je me sens plus en Europe qu'en Asie, des gens sympa, il paraît que l'hospitalité dans les campagnes est légendaire,

Le cybercentre où j’échange quelques mots avec un Abkhaze qui fait son service militaire, de grands yeux bleus,

L’alphabet géorgien plein de ‘boucles’,

Le russe reste la lingua franca, mais l'anglais vient en force,

St-Georges est le patron du pays, mais aussi de l’Angleterre, du Portugal, de l’Aragon, de la Catalogne, de la Lituanie,

Le spectacle folklorique ‘modernisé’, la danse des hommes avec leurs pieds ‘coupant l’air’,

L’opéra local, les gens parlent et rient durant la représentation.

 

Mtshketi

La belle église à Mtshketi, le 'Vatican' géorgien, l'église semble avoir quatre façades en pierre sculptée, le tambour de la coupole polygonal -12 côtés (?), une ressemblance avec les églises romanes mais avec des murs plus hauts

… les fidèles touchent et embrassent les icônes, y appuient leur front, et font un signe de croix avant et après, il n’y a pas de bancs pour s'asseoir, des prêtres passent en habits noirs, il y a des tombes dans l'église,

Je lis, il paraît qu'il y a eu l'influence byzantine d’Antioche, d’Alexandrie pour les fresques des églises géorgiennes, les icônes sont en argent ou peintes sur bois ou les deux

… la polyphonie est célèbre, avec une influence byzantine cf. l’échelle de tons pythagoricienne,

A la frontière avec l’Arménie, des douaniers mangent, assis, des graines (de tournesol ?).

 



Azerbaïdjan, Baku

Publié le 3/02/2008 à 01:07, Azerbaïdjan
Mots clefs :
- Lien

AZERBAIDJAN 

 

Baku

L’arrivée à l'aéroport, un hollandais me véhicule jusqu’au centre

… l’hôtel du style soviétique déglingué, des fuites d'eau, une surveillante très ronde délivrant l'eau chaude -à peine tiède- au compte-gouttes,

Des gens plutôt sympa, souvent anglophones comme la directrice du Musée des tapis, Amina, selon elle le président fait bien son boulot, l'important est la paix pour ce qui concerne le conflit avec l’Arménie, l'enseignement se fait encore en russe car ‘on ne peut créer du nouveau matériel scolaire en quelques années et les bons livres n'existent qu'en russe’,

Certaines familles azéris parlent le russe à la maison, on l’entend parfois parler dans la rue, maîtriser cette langue reste un atout,

Je n'entends aucun muezzin, les femmes sont sans voile, on est en terre chiite, mais différente de l’Iran,

On fume beaucoup, comme en Russie, mais c'est mal vu pour les femmes,

Les photos du président en grand format, l’aéroport porte le nom de l'ancien président,

Les klaxons, le vent -la ville est comparée à Chicago ou Wellington,

Les prix des restaurants qui ne correspondent pas à ce qui est indiqué sur la carte de menu,

Comme en Russie, il y a des wedding palace, des musées de littérature,

Beaucoup de musées fermés pour restauration, y compris celui portant le nom du poète Nizami dont se réclament également les Iraniens et les Géorgiens,

Quand on offre des fleurs, il en faut un nombre pair, un chiffre impair est associé à la mort.

 



Russie, de Irkoutsk à Moscou

Publié le 3/02/2008 à 01:06, Russie
Mots clefs :
- Lien

RUSSIE 

 

Dans le train vers Irkoutsk, Lotti -une Anglaise qui a passé plusieurs mois en Chine, on discute, mes impressions contre les siennes, je dois réviser mes à priori, difficile d’accepter que je connais mal un pays, que peut-être mes impressions ne sont au mieux qu'une base de départ pour mieux connaître

....on parle d’émissions de TV, de jeunes écoliers membres du parti et anti-Bush, de la star chinoise jouant dans le NBA, de H. Keller ayant fondé le braille et dont on rappelle la mémoire parce qu’elle a eu des sympathies pour le parti communiste

....dans le train il y a aussi Jimmy de Hongkong qui lit en chinois 'le moine et le philosophe’ de Ravel et Ricard,

La procédure douanière, côté russe c’est sérieux, on ne plaisante pas, c’est du style soviet.

 

Irkoutsk

Dans le train -chinois, avec une musique ad hoc yc ‘happy birthday’, des paysages de forêts défilent, le début des couleurs d'automne, par moment de la neige, le ciel gris, les arbres fins -des bouleaux notamment, il fait froid, je me sens malade, beaucoup de maisons en bois, le toit en tôle foncée, les palissades, la terre noire et les jardins potagers,

L’heure de Moscou –ici cinq heures en retard sur l’heure locale-  utilisée pour les horaires de chemins de fer dans tout le pays,

A la sortie de la gare, une voiture manque de me heurter, les occupants rient, une passante s’en offusque,

Une ambiance particulière, les clichés, les hommes semblent tous des ‘machos aux bottes pointues et cheveux courts’ et les femmes des ‘Natacha colorées’,

Olga et Sophia font de la pub pour un parti politique, me posent beaucoup de questions en anglais, sympa -heureusement car je commençais à me sentir mal à l'aise en terre russe, elles sont payées 30 euros la journée -glaciale ce jour,

Les mariages près de l’église, le petit rayon de soleil,

Quelques maisons centenaires en bois, des décorations sculptées, souvent délabrées mais on rénove l'intérieur, comme la guesthouse de Galina,

Des gens plus grands de taille, une ambiance plutôt 'froide' mais souvent des gens sympa comme cette prof d'anglais qui m’indique le bus à prendre,

Le beau lac Baïkal, le début d'automne dans les feuilles

… le musée où un groupe écoute patiemment une guide parler pendant ‘des heures',

La petite promenade dans la forêt jusqu’au musée en plein air où un couple célèbre son mariage, beaucoup de vent dans les feuillages -un son ressemblant à celui d’un cours d'eau régulier, des maisons en bois -rondins, des portes basses -le texte explicatif évoque les cosaques ( ?) la yourte en bois bouriate -ethniquement mongole- octogonale avec le foyer au centre, les vieilles maisons en bois comme dans d’autres ‘pays de l’est’, le 'foulard' autour d’icônes,

Le train vers Krasnoïarsk, le transsibérien 'Russia', pas terrible, la responsable du wagon m'arnaque au passage en prétendant ne pas avoir de monnaie, le chauffage dysfonctionne et la nuit est plutôt froide

… Roman et Evgeniev tentent de m'apprendre le jeu de cartes le plus populaire en Russie -intitulé 'durak = dummkopf’ disent-ils, je dois l’être car je ne comprends pas leurs explications, ils lisent des revues de voitures si possible luxueuses,

Les plaines cultivées, des forêts, des forêts, encore des forêts, des bouleaux, des mélèzes, etc.,

Il paraît que les pratiques de bizutage existent encore dans l'armée, je demande pourquoi, ‘c'est comme ça, la tradition’, me répond Roman....est-ce ainsi que l’on devient homme en Russie ?

 

Krasnoïarsk

La gare flambant neuve, beaucoup de marbre partout,

Les blondes décolorées, les 'rouges, les ‘brunes’, les talons aiguilles pour elles

… les chaussures à pointes pour eux -avec vestes en cuir et cheveux courts, les rires aux tables, les bières -je fais dans les clichés,

La radio diffusée par haut-parleur dans les rues -dimanche ou tous les jours ?

… les glaces, les habits de couleur foncée, on fume beaucoup, une femme ramasse les bouteilles vides pour toucher l’argent du dépôt

… les mashrout -petits bus, les 'kiosques' magasins le long des routes où on semble vendre plus de spiritueux qu'autre chose

… la statue de Lénine, coca et pepsi sont bien là, y compris les eaux minérales,

Le musée régional, bien fait, la moquette qui ‘ondule’, l’absence de commentaires en anglais, quelques objets d'ethnies du nord, ça me fait penser 'aux Indiens' version asiatique,

Le train pour Yekaterinburg, les deux babushkas, l'une Allemande russe qui a quitté le pays il y a dix ans, l'autre toubib mais hélas ne parlant que le russe, on me dit que la Russie ne connaît pas la démocratie ‘elle ne l'a d'ailleurs quasi jamais connue, il faut actuellement un gouvernement fort pour limiter le chaos’,

Dans le wagon Alexander –Aliosha- un officier de 31 ans, déjà 11 ans de service pour l'armée, y compris la Tchétchénie, traits fins et bonnes manières, quelques bribes d’anglais,

Des forêts et des plaines cultivées, par endroits des terres marécageuses avec de gros moustiques, une zone 'sanitaire' où les WC des wagons sont fermés pour éviter toute contamination me dit-on, une région riche en minéraux, bois, etc., pas très loin la centrale nucléaire de Tomsk qui a explosé en 1993

… le cimetière dans la forêt, les tombes bleu pastel.

 

Yekaterinburg

L’office des visas refuse de m'enregistrer car je ne suis pas logé dans un hôtel,

Je demande mon chemin, on ne me répond pas et on semble rire de moi, pénible l'ambiance, mais souvent il y a quelqu’un qui me fait retrouver le sourire et déconstruire les à priori sur les Russes,

Moscow news qui parle des problèmes de l’est et de l’ouest, le goût des occidentaux pour l'argent, la paresse et l'alcool des Russes, les accidents de la route -une des causes de la faible espérance de vie des Russes, les accidents cardio-vasculaires,

Le resto où l'on servait du bœuf et de la langue de bœuf, traduction sur la carte ‘beef and language...’,

Le youth Museum qui risque de fermer, original certesmais aucun commentaire en anglais,

Le train pour Kazan, Parish d’abord l’air sérieux et distant,  qui par la suite se détend et m’offre de son salami, le kéfir une tradition russe, je pourrais manger sans interruption dans les trains russes

… une belle région de collines avec les couleurs d'automne, l’Oural dans la nuit -j’aperçois une mine à ciel ouvert

… la musique pop dans les trains -et qu’on entend aussi dans les resto 'chics',

Les ‘conteneurs’ rouillés devant les immeubles, ce sont des garages.

 

Kazan

1000 ans d'histoire récemment fêtés et pas un office du tourisme à la gare, rien de traduit dans les musées sans doute intéressants, je me permets de le dire à l’entrée, mais je pense que cela ne servira à rien,

Le centre des Tatares, une culture qui serait à découvrir, proche des Mongoles, de belles statues énigmatiques, l’invasion des terres russes dans le passé, les écarts des températures entre le matin et l’après-midi,

L’expérience sauna-banya russe, les jeunes profs d'histoire, dont l'un se passionne pour la musique ethno

… il faut montrer qu'on est un homme, un vrai, et supporter la chaleur, on se fouette aux branches de bouleau, j’aurais préféré un massage décontracturant

… pour boissons du tchaï ou des bouteilles PET de 1,5 L pour la bière,

Le train avec les nouveaux wagons de fabrication allemande, paraît-il, mal conçus, pas de place, un confort assis nul, une climatisation marchant mal, les Allemands russes vont-ils râler ? Mes compagnons de compartiment habitent maintenant l’Allemagne, ils ne connaissent pas Genève.

 

Nizhny Novgorod

La gare et les toilettes à la turque, le PQ jeté dans la petite corbeille,

Les rideaux des petits bus,

Le centre commercial hyperluxe d'un côté de la gare, et de l'autre côté des maisons basses à moitié délabrées mais qui ont leur charme, le prix des produits Mc Do -auquel j'ai cédé à 6h45 du matin alors qu’il n’y avait rien d'autre à se mettre sous la dent en sortant de la gare

… les ‘Natacha’ par milliers

… les petites fenêtres des kiosques,

Faire la queue sans broncher, attendre d’être servi au lieu de passer à une caisse après s’être servi, une tradition ‘soviet’ ?,

L'appartement Musée de Sakharov, difficile d'imaginer une vie où tout pouvait être observé -l'appart était au rez,

Le rayon 'traiteur' dans les grands magasins, la salade russe, les blinis, etc.,

Le train 1ère classe pour Moscou -pas d'autre billet disponible- le siège peu confortable, les trois autochtones bien obèses occupant toute une banquette, la bouteille de 1,5 L de bière à la main, à côté de moi deux Nord-coréens, l'un d'eux avec un badge de Kim-il-Sung.

 

Suzdal

Pas eu le temps de voir l'intérieur des églises, vu les problèmes pour trouver des billets de trains, mais bien bonne -et chère- nuit dans une vieille maison rénovée superbe,

Les coupoles bleues d'une église, le chat à la fenêtre, les pas sonores de la dame marchant seule dans le Kremlin local

… les feuilles jaunes qui tombent, la lumière du nord à grand angle et les longues ombres portées.

 

Moscou

Je lis…les architectes italiens pour le Kremlin au temps d'Ivan, il fallait avoir du sang noble ou être à l'armée -d’où le respect pour cette institution pour être considéré ou avoir du pouvoir,

La marée humaine dans les métros, la profondeur et la longueur des escaliers roulants, tout le temps de regarder les visages dans les longues rampes d'accès au métro,

Les rues bourgeoises et les magasins pour nouveaux riches –il paraît que 6% des gens vivent dans le luxe le plus total, les boutiques, les voitures,

Les édifices repeints, une belle ville,

Les personnes que je croise, l’un au visage couvert de cicatrices,

L’internet à 8,85 dollars les 15 minutes dans le Grand Marriott hotel,

J'entends un concert de rue, de la musique turque ? Non, me répond-on, arménienne,

Le Musée d'histoire, le Musée des armes dans le Kremlin, beaucoup de beaux objets, un guide aurait été utile, le symbole de l'aigle bicéphale aurait été repris de l'empire romain germanique ( ?), l'Ordre de Malte aurait fui en Russie lors de l'invasion napoléonienne ( ?), il y a eu des échanges entre la Russie, la Turquie, l’Iran, l’Europe de l'ouest etc.,

La galerie Tretiakov, la perspective ‘inversée’ des icônes afin que ‘les lignes se croisent dans votre âme',

Le Musée d'histoire contemporaine pourrait être également passionnant, mais là aussi, pas de traduction des commentaires,

Le Pushkine Museum, l’audioguide, le lien entre la peinture byzantine et la peinture de la Renaissance, à côté un musée avec une collection privée,

La guerre 41-45 appelée ‘great patriotic war’,

Je répète que je ne comprends pas le russe et l'interlocuteur de me donner encore deux fois les explications mais toujours en russe,

La mentalité ‘soviet’, le touriste demande si tel service existe et la personne répond ‘non’ sans chercher à aider le touriste, sans proposer une solution, les securitas et les policiers qui m'ordonnent du doigt de remonter sur le trottoir sans dire un mot comme si j’étais un chien

…une personne occupant une fonction a le pouvoir, le client n’a qu’à subir, une approche ‘le client c’est comme un chien il revient toujours’ à l’opposé du ‘customer oriented’, beaucoup de gens peu aimables, mais mettre le pays dans un même sac ne serait pas faire justice à toutes les personnes qui redonnent le sourire,

Difficile de savoir ce que pensent les gens de leur temps, que disent les 'vieux' aux jeunes à propos de l'époque soviétique ?

Les poupées russes, les œufs, les bois laqués dans les boutiques de souvenirs,

Les bouquets de fleurs qu’achètent les hommes le soir en rentrant du travail,

Les patates en robe de chambre, 'mixées' puis servies avec différentes sauces ou salades, les crêpes,

L’absence de journal en anglais sauf le maigre Moscow Times,

La librairie et les ‘petits futés’ en russe, la librairie vendant des livres en anglais sans que l’employée ne parle la langue de Shakespeare,

L’irritation à l’hôtel avec le taux de change arbitraire et bien sûr défavorable,

L’excursion à Sergiev Posad, 'le Vatican' de la Russie, une femme chante dans l'église, les fidèles embrassent la tombe et l’icône de St-Serge, dans le train les vendeurs se suivent, des banquettes plutôt à la dure,

La sécurité à l'aéroport, même les chaussures y passent,

Un journal dit que 30% des russes n'ont pas de toilettes intérieures, alors que Pékin fait sa ‘révolution des toilettes publiques' en vue des J.O., les disputes sur le nom à donner à la Caspienne -‘mer’ ou ‘lac’- en fonction du terme le partage des ressources se fait différemment.

 



Mongolie, de Ulaan Baatar à Gobi

Publié le 3/02/2008 à 01:05, Mongolie
Mots clefs :
- Lien

MONGOLIE 

 

Ulaan Baatar

A l’aéroport, les démarches d’immigration rapide mais une collecte de bagages hyper lente,

La discothèque perturbant le sommeil jusqu’à 3h du matin,

Les téléphones publics ambulants sans fils dans les rues,

La ville aux avenues larges, les immeubles à la soviétique sans géraniums ni volets ou au style néoclassique couleurs pastels,

Le nouveau quartier en projet 'japan city', avec des appartements dernier cri en matière de technologie,

Des jeunes au look 'branché', casquette, tennis aux pieds, portable, cigarette souvent, boucle d’oreille, coupe de cheveux, jeux vidéos devant l’écran, l’utilisation des lettres cyrilliques et 'anglaises' pour l’Internet,

Les chaussures pointues aussi à l’honneur, quelques vieux et leurs bottes recourbées à l’avant, un chapeau conique avec 'pointe', quelques femmes en costume -c’était dimanche,

La visite du Musée d’histoire nationale, intéressant -un guide imprimé bien fait....les ‘deer stone’ -stèles funéraires- dans les temps anciens avec le soleil et la lune sculptés -paradis et ciel, la partie médiane montrant aux esprits le chemin pour gagner le paradis, et la partie basse le monde actuel

....des ‘stone lions’ considérés comme protection des monastères et des palaces en Asie, les tortues pour la longue vie ou comme porteurs de messages jusque dans les prochaines générations

......un enfant malade habillé dans l’habit de mariage de la mère pour faire croire aux esprits qu’il n’est plus un enfant

......les flacons de tabac à priser, on en prend lors de rencontres

....les femmes chamans sont considérées comme plus puissantes, les croyances en des divinités liées à la nature

....la tablette d’argent comme laissez-passer pour les marchants faisant la route entre l’Asie et l’Europe,

…le bouddhisme comme religion d’Etat lors du 16ème siècle, encouragée pendant la période mandchoue selon la théorie ‘plus il y a de moines et moins il y a de risques de soulèvement’ -jusqu’à 40% des hommes étaient lamas au 19ème

....les ‘violons à crin’ considérés comme l’ancêtre des instruments à cordes –avec une caisse de résonance carrée

....la selle qui permet aux cavaliers de se tenir droit sur le cheval

....au 19ème il y avait les cérémonies tsam destinées à chasser le mal de la communauté et apporter le bien, avec des masques dont certains étaient garnis de têtes de mort, yeux exorbités

….les banderoles pendues aux cheveux des deux côtés,

Lors de la période mandchoue la société était divisée en empereur et administrateurs mandchous, 6% de nobles et descendants de Genghis Khan, 17% de serfs -pour les lamas, les mongols et les mandchous-, de commerçants libres, 27% étaient composés de marchants, de bergers, de serviteurs publics, beaucoup de lamas ne faisaient pas d’enfants et ne travaillaient pas

…. il y avait en plus la conception religieuse selon laquelle il ne fallait pas déranger la nature donc pas de médicaments ‘modernes’ pour les gens ou les animaux d’où la persistance de problèmes de santé

… aujourd'hui, un pays en transition avec une constitution inspirée des USA et de la France,

….l’écriture mongole belle à voir, s’écrivant de haut en bas, ressemblant à des caractères écrits et renversés de 90 degrés, qui serait à nouveau enseignée dans certaines écoles, l’illettrisme a diminué lors de la période communiste, on a passé de l’écriture mongole, puis latine, puis cyrillique depuis 1941

…Chinggis Khan considéré comme une figure nationale, les principes de ce dernier étaient 'government is participatory, rule by law prevails, all equal before the law, personal freedoms are honored’

....sur un des panneaux, je lis à propos du communisme que tous étaient considérés égaux et les plus méritants décorés avec des médailles, des statues, des certificats, de la reconnaissance publique, aujourd'hui on privatiserait beaucoup sauf les terres (?), le pétrole, MIAT, le cirque,

….dans le musée un mandala en trois dimensions représentant un palais, une yourte avec la porte orientée sud, à l’intérieur, en face un autel et la place d’honneur pour l’invité, à l’est le patriarche, et son équipement de l’autre côté, la place de la femme au foyer, s'occupant de la cuisine, de l'éducation, des vêtements,

Le complexe religieux Gandan où les gens viennent apporter des foulards bleus avec des petits billets aux moines....on y parle, on y mange, on y dort, dans un autre bâtiment des gens attendent que soient récitées des prières, des bâtiments en briques mais au style tibétain, une grande statue -boddhisattva de la compassion

......les moines utilisant le gong, les cymbales, les trompettes, les chants

....je vois deux touristes en short, cela me choque,

La langue mongole avec des ‘kh’, ‘tl’, ‘schtl’, difficile à prononcer,

L’enfant mendiant devant la poste,

Le spectacle ‘traditionnel’, les fascinantes voix de gorge, la guitare 'carrée', les instrumentistes jouant Carmen pour le bonheur ( ?) des touristes,

Les parfums captés ci et là, portés par les femmes et les jeunes,

La courte causette avec une Mongole parlant bien l’anglais, selon elle les gens de la campagne sont souvent vus de haut par les citadins, la corruption existe, il y a des exposés sur le sida etc. dans les écoles, l’alphabet russe et latin -'anglais'- sont enseignés

....il paraît que depuis la transition démocratique, on parle plus de la corruption, mais les bakchich sont encore nécessaires pour obtenir quoi que ce soit

....les nostalgiques de l’ancien régime sont ceux qui y ont perdu,

Le sentiment de deux mondes, le rural et l'urbain, la capitale et les chefs-lieux des provinces avec les jeunes femmes minces, en pantalons moulants, les hommes en casquettes, boucle d'oreille, baskets dernier cri

......les tags sur certains murs

......les discothèques dans chaque rue

....le tabac souvent fumé

......les websites, en cyrillique ou en caractères latins, y compris des sites universitaires, les jeux vidéos dans les centre Internet

......les bicoques kiosques, les supermarchés et les centres résidentiels aux grands immeubles,

Le palais d'hiver du dernier prince-lama, les toits en tuile et les 'bouts des toits' avec des visages 'humains'

......les cinq couleurs de base des tangkas, bleu pour le ciel et la vérité éternelle, le rouge pour le bonheur, le courage infaillible pour surmonter les obstacles, le jaune pour la vie, immortel comme le soleil et ne changeant pas comme l’or, apportant toujours la lumière et la chance, le blanc pour la bonté, l’humanité, et le succès, le vert pour la croissance et la fertilité

......quelques œuvres de Zanabazar, un religieux, sculpteur, philosophe du 17ème siècle,

Je me demande ce que pense un jeune mongol 'moderne' par rapport à son pays, ses traditions,

Le Musée d’art moderne......les étriers, le sablier,

Le deuxième show folklorique, meilleur que le premier......les extraordinaires voix de gorge, la contorsionniste -on en mélange l'avant, l’arrière, le haut, le bas-, les mouvements de bras et de coude des danseurs comme des vagues -les femmes comme faire-valoir pour les hommes, les musiciens -harpe, hack-brett, violon 'carré',etc.,

Le voltarène et mes douleurs persistantes de la nuque,

Le toblerone dans les supermarchés,

Le panneau Unicef pour une Mongolie ‘free of sex-children’,

Axel Red and Co qu'on entend à la radio, des goûts plus occidentaux que russes ici.

 

Erdene Zuu et alentours

L’excursion vers l'ouest du pays, le lac blanc, Erdene Zuu, les petites dunes

......le véhicule russe qui fait un tonneau sous nos yeux et les passagers russes qui en sortent comme si de rien n’était

....les nids de poule qui bénéficient aux animaux assoiffés, des routes en état catastrophique

.......des étendues plus ou moins vertes, des yourtes blanches, des chevaux attachés ou libres, des moutons, des chèvres, des écureuils, des vautours 'attablés', des aigles

la TV dans le bistrot perdu

....la voix lactée la nuit, le calme près du lac, la beauté de la monotonie

....les banderoles bleues et les monticules près des cols, des sources etc

....la randonnée à cheval, même avec galop......aïe l’équilibre, le rêve nocturne et les courbatures du lendemain,

La soupe de riz, les nouilles et l’inévitable viande, le fromage de yak, l'arag à base de lait de jument,

La fascination du guide pour les appareils à photos digitales

… les yourtes, les charrettes -ou camions- utilisés pour le déménagement, l'antenne parabolique, la porte, le tuyau du poêle, les habitants rencontrés plutôt réservés

… aucune question posée aux touristes, question de langue ou une autre manière de concevoir l’hospitalité ?

Erdene Zuu, près de l'ancienne capitale mongole....les bonnets jaunes -secte tibétaine- avaient un code strict quant à l'alcool et le célibat

......la circumbulation –comme dans les églises chrétiennes aussi, les cheveux bleus des bouddhas, les fresques ‘style Dunhuang’, les plafonds en caissons ou recouverts de tissu, diverses couleurs, les divinités protectrices..... les souvenirs de la Chine et du Tibet sont bien loin

....les huit objets auspicieux -parasol blanc, les deux poissons dorés, la coquille blanche du strombus à l’écho mélodique, le nœud sans fin de la paix et du bonheur, la bannière de la victoire du plus grand trésor, la roue de pierres précieuses de l’enseignement de Buddha

....les éléments tantriques dans la statuaire ‘style hindou’

......les petits moines semblant un brin distraits en lisant les textes écrits en tibétain

....pour faciliter la réincarnation, on marque les gens décédés afin qu'ils soient reconnus pour l'autre vie... dans le passé on n’enterrait pas les gens dans les steppes, les cadavres étaient mangés par les vautours, cela accélérait le passage dans une autre vie,

La béquille et les bouteilles cassées sur le monticule chamanique (?)......des rubans bleus, parfois aussi rouges et jaunes

Le petit concert du multimusicien dans la yourte, y compris les voix de gorge, le froid du vent la nuit......le chauffeur et la vodka,

L’inhabituelle sensation d'être, sans rien d’autre, pas de tumulte urbain pour remplir les angoisses, il n’y a que des grands espaces, il faut gérer.

 

Gobi

L’excursion à Gobi en avion, la variété de paysages, la vallée rocheuse avec des herbes et un ruisseau, de larges étendues caillouteuses où ne pousse pas grand-chose

… les quelques touffes d'herbe régulièrement reparties sur l'horizon donnent une touche légèrement verte pour le regard au loin -il ne suffit donc pas grand chose pour modifier les perceptions des couleurs ?

… parfois des herbes comestibles que le chauffeur s’empresse d’arracher et d’écraser dans un pot, des chevaux, des moutons et des chèvres broutant ce qui reste à brouter

… des chameaux -cinq minutes sur l’un d'eux, histoire d'avoir le souvenir d'une démarche chaloupée plutôt soft,

Les antennes paraboliques pour la TV marchant au panneau solaire ou à l'énergie éolienne

....les dunes pénibles à gravir, ‘vaguelettes et grandes vagues’, les ombres portées, micro et macro selon l’inclinaison des rayons, quelques traces d'animaux dans le sable, les pieds nus dans le sable frais,

Le fromage, l'arag -responsable de mes troubles digestifs ultérieurs ?- pourtant pas mauvais au goût, l'hospitalité qui ne demande rien en retour, le concombre, le pain et le réchaud à gaz

....les rats du désert courant avec dans leur bouche des brindilles....les carcasses d'animaux presque toujours ‘nettoyées’

......on passe par la région où furent découverts les dinosaures, des touristes font leurs commentaires en prenant le paysage en vidéo.

 

 



Corée du Sud, Séoul

Publié le 3/02/2008 à 01:02, Corée du Sud
Mots clefs :
- Lien

CORÉE DU SUD

 

Séoul

Le steward de korean air qui prend, avant même l’immobilisation de l’appareil au sol, son portable pour me fournir un renseignement,

L’atmosphère similaire d’avec le Japon –même si les Coréens et les Japonais ont toujours un contentieux à propos des livres scolaires,

Les enseignes lumineuses, le karaoké, les hommes se retrouvant en bandes après le travail -les femmes aussi mais moins,

Les assiettes présentant les repas devant les restaurants, les courbettes de politesse -moins qu’au Japon, on se déchausse avant de s’installer à une table basse, le repas de midi est ‘liquidé’ en peu de temps, le gobelet d’eau servi avec le repas,

Séoul le jour, Séoul la nuit, les sorties des travailleurs en boîte, les bières, une alcoolémie relâchant un brin les comportements, c’est plus gestuel, plus bruyant, mais sympa,

Pas de courbettes si on est entre amis,

La cafétéria pour le personnel administratif, les plateaux moulés aux formes de pièces de vaisselle, on me reprend sur ma manière de tenir les chopsticks -je n’y arrive toujours pas, le verre d’eau avant de partir,

Les chants de louange évangélique dans l’église méthodiste, le sentiment que la globalisation est bien là aussi, je reconnais les chansons....la 'mélodie' du ‘Notre Père’ est identique,

Le théâtre et le spectacle de danse, musique et chant, plutôt rythmé, bien fait, mais était-ce vraiment traditionnel ?,

La ceinture de sécurité obligatoire pour les passagers des bus-shuttles,

Le nombre de jeunes aux oreilles ‘occupées’,

La nuit dans un love-motel, comme conseillé par le bouquin, rien de spécial à moins d’être bien accompagné,

Le war memorial Museum, très grand pour une question visiblement importante pour le pays....de petits écoliers mangent dehors -tous habillés de la même manière,

Les magasins vendant des bouquins genre BD nipponnes,

La visite guidée d’un complexe palatial historique, mais inhabité c’est mort,

Le Musée d’histoire de Séoul où pas un chat ne parle anglais sauf la guide, les cartes postales sont vendues par paquet de 10-12, et pourquoi pas à la pièce ?,

Justice, foi, humanité et pureté, sagesse, bonnes manières, des vertus importantes pour le confucianisme,

Le drapeau coréen très philosophique....yin et yang, symboles confucéens....celui de la Corée du nord est tout autre,

Dans le quartier Isaedong, quelques vieilles maisons d’époque, belles, en pierres ou briques, les toits en tuiles, on peut y dormir.... on y trouve aussi le bureau de l’association luttant pour la correction des livres d’histoire japonais,

L’Allemand de 77 ans traversant moultes pays à moto, un brin dépassé par les paperasses administratives pour obtenir le visa russe, un échantillon d’eau de Cologne pour me remercier de lui servir d’interprète,

La visite de la zone démilitarisée entre les deux Corées, y compris le complexe abritant les dialogues intercoréens –la Suisse est observatrice neutre....un brin Disney la présentation vidéo sur les tunnels…il y a des firmes sud-coréennes implantées de l’autre côté de la frontière, la main d’œuvre nord-coréenne est bon marché

.... la station de chemins de fer 'korail’ est déjà prête pour relier la Corée du sud à la Russie et l’Europe

...... ‘la réunification tout le monde la souhaite mais sans précipitation, vu la différence de niveaux de vie et de mentalités’, me dit-on, mais pour les Sud-coréens, c’est beaucoup d’émotions que de constater que les Nord-coréens ont finalement le même faciès, ‘ils sont comme nous’,

Le ginseng est cher notamment parce qu’il met six ans à pousser, on en cultive aussi près de la zone démilitarisée,

Les gens qui attendent patiemment en file pour rentrer dans le bus ou le métro,

L’UBS qui me bloque les cartes de crédit, inquiète de la multiplicité des lieux de prélèvement, le contrôle fonctionne bien et tout rentre dans l’ordre après un coup de fil collect call difficile à obtenir,

Le concert de la chorale sur les marchés du centre culturel, les petites sculptures devant les hauts buildings, le chanteur près du parc, la musique diffusée à plein tube devant les grands supermarchés,

‘My english name is…’,

La masculinité qui s’exprime autrement en Asie, différence de pilosité oblige, mais pas seulement,

Les vieux qui ronchonnent ou qui se mettent en quatre pour me montrer le chemin,

Les gâteaux, le pain au riz glutineux ou au thé vert, les distributeurs de café froid, les 'sushis' en rouleaux et farcis, découpés en rondelles,

L’aéroport spacieux, mais pas de gratuité Internet.

 


Taïwan, Taïpeh

Publié le 3/02/2008 à 01:01, Taïwan
Mots clefs :
- Lien

TAIWAN 

 

Taïpeh

Pas de bouquin à disposition, on se débrouille.

L’île se nomme ‘Republic of China’, China airlines est une compagnie nationale, mais de quelle Chine parle-t-on ? Chang Kai Tchek –CKS- airport fait référence au leader politique,

Les bâtiments un brin vieillis des années 70,

Le chauffeur de taxi qui m’arnaque pour effectuer une distance à pied de 300m,

Les motos légères parquées sous les arcades d’immeubles,

Je vois des temples bouddhiques, le dragon sur la bordure du toit,

Le Musée d’histoire, mais d’histoire ancienne.... où est l’histoire contemporaine ? Je demande, on m’envoie au Musée d’art contemporain,

Je me sens comme en Chine, je pose une question à des personnes occupant une position 'clé' –où passent des touristes etc, elles ne savent pas l’anglais ne comprennent pas la question, moi qui pensais  que le mot ‘internet’ était compris du monde entier… il y a cependant beaucoup de jeunes qui se débrouillent bien en anglais,

Les immeubles bas avec galeries, les rues parfois étroites, les plantes, les balcons, les petits magasins, les jardins dans les musées etc., des édifices anciens par ci par là, la Chine Mainland a peut-être été ainsi un jour,

Le national palace Museum, un tour audio mal conçu, ça me fatigue,  je songe à l’hôtesse de l’air de China airlines qui affirmait que tous les trésors culturels se trouvaient à Taiwan et pas en Mainland -pourtant il y a le Museum de Shanghai, réalité ou propagande ?,

Je lis quelques panneaux....les contacts entre la Chine, l’Inde, la culture musulmane, les pièces ciselées, en ivoire ou autre -comme un défi que se lance l’artiste pour gagner la faveur de l’empereur ?, les figures de masques animaliers sur les bronzes, les motifs me rappellent celui du dieu de la pluie maya, le jade est considéré comme doux et tendre au regard, froid et dur au toucher,

Sur le plan de la ville un musée sur les Aborigènes taiwanais,

Un temps trop limité pour cerner la société taiwanaise, le statut de la femme, etc….les gens semblent un brin réservés et polis mais assez relax,

Pourtant le sentiment comme en Chine d’une Asie qui s’autosuffit, l’étranger ne semble pas « nécessaire »,

Les voix des haut-parleurs résonnant dans l’entrée du métro,

Les petits bonshommes qui marchent et courent sur les feux verts de signalisation,

Les jeunes branchés, coupe de cheveux, baladeur ou portable dans l’oreille, l’internet semble peu intéressant au contraire des jeux vidéos,

'On souhaite l’Indépendance mais on doit tenir compte de la Chine mainland'....me dit un jeune dans le bus,

J’ai le sentiment que tôt ou tard la Chine sera à nouveau une, que le veuille ou non Taïwan, il n’y a qu’à voir l’expansion économique mondiale de la Chine, il me semble que l’existence de ‘plusieurs Chines’ n’est pas compatible avec la mentalité chinoise, mais qui prendra le dessus, politiquement, économiquement, culturellement ?

 



Chine, Hong kong

Publié le 3/02/2008 à 01:00, Chine
Mots clefs :
- Lien

CHINE  (suite)

 

Hong Kong

La température du front est mesurée avec un appareil infrarouge (?) à l’arrivée à l’aéroport, antécédents de SARS obligent, il y a des panneaux invitant à se laver les mains,

Les hautes tours résidentielles, parfois un peu vieillies, ornées de climatiseurs, de plantes, certaines zones sont hyperconstruites et d’autres pas, question de feng-shui peut-être,

Le bâtiment délabré de Chungking (?), la surveillance vidéo dans les ascenseurs, le cafard dans la chambre par ailleurs propre, les chaînes de TV indienne, arabe, anglophone, CCTV, le multiculturalisme devant l’ascenseur, les vendeurs indiens de montres toutes copiées, la réceptionniste de la pension et les touristes chinois du ‘Mainland’ fiers de l’appartenance chinoise de Hongkong même s’ils doivent obtenir une sorte de passeport pour y aller et que cette destination n’est pour eux pas bon marché,

Mon mauvais calcul à l’achat du billet d’avion, en effet multiplier par 4 n’équivaut pas à diviser par 4,

L’excursion –chère- sur le thème du 'feng shui', pas vraiment claire....le guide parle d’acupuncture –les méridiens, de divination, d’astrologie -venue d’Inde, l’importance des quatre piliers ‘année mois jour et temps de naissance’, de la ‘palmologie’, du qi -énergie intérieure qui a une direction......de yin et yang –deux énergies opposées dont l’équilibre est important pour l’harmonie, des cinq éléments -feu ,terre, etc. où il faut de l’harmonie -on peut par exemple rajouter le mot 'eau' dans le patronyme d’une société s’il y a trop de 'feu'

......l’énergie qi doit couler de manière régulière, pas tout droit comme une autoroute -trop vite n’est pas bon, elle ne doit pas être dormante non plus, il faut toujours du mouvement......les escaliers empêchent les mauvais esprits d’avancer

… il faut des chiffres impairs (?) pour les marches car le chiffre pair vaut pour les cimetières

......il y a un regain d’intérêt pour le feng shui, mais il y a paraît-il peu de maîtres réellement compétents......le feng shui aide les gens à bien vivre leur environnement, il peut aussi aider les casinos désireux de pomper un maximum d’argent des poches des visiteurs

....il y a un cycle avançant avec bois-feu-terre-métal-eau-bois, et un cycle antagoniste avec terre, eau, feu, métal, bois, terre

......certains nombres portent chance

......les angles ne sont pas bons, placer des lions aux endroits vulnérables permet de contrebalancer les effets négatifs....on préfère les édifices carrés, sans irrégularité et sans creux –ceux-ci sont instables et les habitants changeraient alors souvent de partenaires, les bâtiments ne doivent pas être plus hauts que les montagnes environnantes censées les protéger et ne doivent pas faire face à l’océan sans horizon

......il ne faut pas voir la sortie d’un bâtiment depuis l’entrée sinon on risque de perdre de l’argent,

Il y a beaucoup de jeunes dans les rues animées –les magasins sont ouverts 10-22h-, beaucoup ont l’i-pod ou le portable à l’oreille, ou en ‘mains libres’,

Un journal dit que selon un sondage, la population préfère l’ouverture politique accordée par Pékin d’ici 2007-2008 plutôt que le status quo ou le suffrage universel, un autre article dit que le système d’éducation centré sur l’enseignant n’est pas moins bon que celui centré sur l’élève (?), apologie du système chinois, liberté des médias ?

Le Musée d’histoire de Hongkong, très bien présenté -reproduction de maisons, des films, en anglais aussi etc., le recyclage des plans à la sortie, l’évocation de l’occupation japonaise pendant trois ans et demi durant la WWII ou de la réunification en 1997 -ah la baronne Thatcher, la discrétion sur le communisme en Mainland,

Le sciences Museum, très bon, un éclairage optimal, aéré, sympa, children friendly......les ‘standing waves’…il y a une section ‘occupational safety and health’, on y montre les risques en industrie, les problèmes de dos, je fais un test audiométrique, il y a un programme informatique avec 50 maladies occupationnelles, le chapitre maladies -classement par maladie, agent, ou profession- avec des règles thérapeutiques générales, les activités y relatives, les symptômes, la liste de maladies, la prévention, les premiers secours, un autre chapitre sur les risques, avec la physique -ou physiologie ?, l’ergonomie, les aspects chimiques, psychologiques, biologiques, et finalement un quiz de connaissances générales,

On est bel et bien en Chine ici,

A HongKong et à Taiwan, on a gardé l’écriture chinoise classique,

Les coupes de cheveux style ‘rebelle’ des jeunes,

Beaucoup de bateaux dans les eaux autour de Hong Kong.

 



Thaïlande, Bangkok, 2ème stop-over

Publié le 2/02/2008 à 12:59, Thaïlande
Mots clefs :
- Lien

THAÏLANDE (suite)

 

Bangkok (suite)

La demande de visa mongol expédiée en 30 minutes au lieu de 8h, je prends donc le même jour l’avion pour HongKong,

La bonne cuisine de rue, une mégapole retrouvée avec plaisir, mais 37 degrés à l’ombre et la forte humidité, c’est trop,

Pendant ce temps, l’Europe centrale se débat avec les inondations,

La musique 'classique' occidentale dans les avions Thaï, China airlines dont les vidéos montrent aussi les mesures de sécurité en langue des signes,

La fatigue abonde, la maladresse aussi.

 



Australie, de Alice Springs à Sydney

Publié le 2/02/2008 à 12:58, Australie
Mots clefs :
- Lien

AUSTRALIE 

 

Alice Springs

Sur le plan touristique, le pays est bien organisé, tout est fait pour faciliter la vie des backpackers, beaucoup de dépliants dans les auberges, les shuttles-bus, etc., et l’argent est vite dépensé,

Le trajet en avion depuis Sydney, avec des collines d’abord boisées, puis cédant le pas à des champs, puis de la savane 'rouge', un magnifique contraste avec les arbustes, sur fond de ciel bleu,

Le pays me semble bien grand, je me sens un peu perdu dans la masse de gens débarquant en voyage organisé à Uluru, les prix sont exorbitants, c’est affolant,

La peau 'anglaise' mais un soleil australien, la prévention nécessaire des cancers cutanés,

Les Australiens portant shorts et chaussettes hautes, la politesse pas stressée ‘Hi, how are you’, ‘Hi doing’, ‘no worry’, ‘thank you’, lorsque je sors du bus etc, même plus relax qu’en Nouvelle Zélande,

Les petits ‘points’ de l’art aborigène, des oeuvres également vendues dans des ‘restoroutes', les ‘dreamings’ évoquent l’histoire des origines, les totems animaux comme le gecko, le carpet snake, le blind snake, les armes tels que le boomerang, le javelot de combat, le bouclier, les lézards, les rock-holes,

La visite de l’école Yipiringa 'two ways' avec le conseil supérieur composé d’anciens de la communauté aborigène, les enfants défavorisés sont cherchés à plus de 50 km à la ronde, mais la fréquentation ne dépasse pas 60%, les résultats sont bas, mais le directeur aime son métier et ne perd pas courage....on valorise la culture aborigène -enseignement des danses, etc., et aussi le dialecte anglais aborigène,

Il paraît que c’est dans le nord du pays que l’on trouve les Aborigènes les moins 'occidentalisés', on dit aussi que c’est dans les régions Aborigènes les plus riches, grâce aux taxes d’entrée du parc national  comme à Uluru, que les problèmes sociaux sont les plus grands –tel l’alcool, un sujet qui semble tabou lorsqu’on pose la question....dans les villes, on parle de perte des traditions, à l’origine c’étaient des peuples nomades vivant de chasse et de cueillette…aujourd’hui, deux mondes coexistants ou processus progressif d’assimilation ?,

La visite rapide du ‘royal flying doctor service’,

La visite de la ‘school of the air’, pour 120 étudiants éparpillés sur une grande surface, du matériel écrit pour une approche behavioriste des problèmes de violence,

La visite du ‘desert park’, montrant plusieurs microclimats, les ‘rangers’ expliquent les choses, c’est didactique, une grosse chenille est montrée, cela fait partie de l’alimentation des Aborigènes vivant dans le désert, je goûte -cuit ç’a un goût de jaune d’œuf, plus loin des kangourous paressent à l’ombre.

 

Uluru/Ayers rock

Le trajet en bus depuis Alice Springs, avec quelques chameaux,

Uluru, superbe monolithe, de près comme de loin, objet de beaucoup d’histoires pour les Aborigènes, pas juste un machin à photographier au coucher du soleil,

Il y a un centre culturel....le ’tjukurpa’, valable au temps de la création et aussi au présent -ce sont les lois permettant de vivre ensemble comme de prendre soin des uns et des autres et de la nature, régler les mariages, inclure les connaissances du feu, de la terre, etc

.......la notion de la famille est élargie, les oncles sont aussi des pères, les tantes aussi des mères ....les rites d’initiation des jeunes hommes –la chasse, les lois, etc

....une histoire où l’homme est symbolisé par le serpent, le bouclier et la lance, la femme par un serpent et un bâton destiné à creuser et un instrument (panier?) pour la cueillette....des animaux importants -pour les peuples du désert- comme les serpents, les lézards, les fourmis ‘sucrophiles’,

Les Européens ont endommagé les points d’eau et les lieux sacrés....les Aborigènes ont des titres de propriété depuis 1985, il y a des lois sur les droits fonciers des Aborigènes depuis 1976

Les ‘dreamings’ sont imparfaitement traduits par les mots ‘rêve’ ou ‘le temps des rêves’, en fait c’est la narration des origines,

Des Aborigènes probablement alcoolisés font du tapage nocturne près du dortoir –une mauvaise nuit de plus.

Cairns

Des pubs/resto où l’on attend, on paye ce que l’on commande, on embarque  l’assiette avec soi et on cherche une place pour s’asseoir....un musique forte, mais pas de fumée, comme aux USA l’air est bien plus respirable qu’en Europe,

Le parc culturel aborigène Tjapukai, un film évoque les dégâts faits par les Blancs, les humiliations, le lent parcours pour récupérer les terres et la dignité, on réapprend la langue dans les villages, même si la vie est 'moderne', ’on vit dans des maisons comme vous, on porte les vêtements comme vous, mais on conserve la culture’, dit une actrice du spectacle.... les histoires des origines sont organisées notamment autour du ‘wet and dry’, l’histoire comporte un épisode  mettant en scène deux frères -bon et mauvais, le deuxième tuant le premier,

Il y a un 'sorry day' mais il paraît que le 1er ministre ne l’a pas jugé nécessaire et aurait dit ‘c’est pas nous, ce sont nos ancêtres, c’est du passé’....les enjeux politiques sont un sujet délicat, il ne semble pas y avoir d’unité parmi les Aborigènes pour un combat commun,

Le skyrail à une heure de Cairns, je n’y suis pas allé, mais c’est sans doute didactique –le rain tropical forest, le centre de recherche CSIRO -rain forest interpretive centre, TROPECO -educ. Projects… je lis,  les chauve-souris jouent un rôle dans la pollinisation des végétaux tropicaux, la présence de lianes serait liée à l’exposition au vent (?),

Je trie mes papiers et retrouve un article sur la méthode cubaine d’alphabétisation en Equateur, un article sur l’empire Tata en Inde, un article sur les étudiants noirs aux USA accusés par leurs semblables de ‘jouer aux Blancs’ s’ils réussissent -ils sont aussi plus isolés de leurs pairs,

L’excursion au Great Barrier Reef, pas si great que ça, apparemment, ce n’étaient pas les meilleurs endroits, le staff du bateau ambiance ‘party’ mais sérieux......je surmonte mon angoisse et effectue deux petites sorties en plongée accompagnées en groupe, jolis les poissons, j’avais peur mais c’était beaucoup plus apaisant que le snorkeling -il ne faut pas y aller après avoir mangé car on respire moins bien, un monde aquatique magique, j’y resterais des heures....je ne comprends pas cette manie des touristes à vouloir se faire prendre en photo en touchant tout ce qui bouge comme Willy le gros poisson, la tortue, etc. ...je vois un petit requin, et depuis le bateau une baleine,

Le conférencier ‘excité’ du centre reef teach, il le fait depuis treize ans....le corail est une structure animale recouverte de végétal, la nécessité d’avoir les autres écosystèmes en bon état pour garder le corail en bonne santé, le conseil de rester cinq minutes dans un même endroit pour apprécier le corail, des structures et des formes diverses -‘cerveau’ etc., certains poissons changent de sexe, de couleur -day/night ou croissance, le corail se 'multiplie' en disséminant à un moment donné -des spores ?, les fertilisants drainés par les eaux de pluie du littoral sont néfastes pour le corail,

Je lis, la grande barrière de corail à l’ouest du pays serait tout aussi belle et moins touristique,

Le zoo où tout est un show, les animaux sont titillés pour faire plaisir aux touristes désireux de prendre en photos les crocodiles, les koalas, etc, ça laisse songeur mais c’est aussi très didactique et ludique, les visiteurs se promènent au milieu de kangourous qui se laissent caresser, c’est surprenant de voir les animaux dans ce contexte-là, je vois une femelle et son petit se cachant dans la poche, les koalas dorment pour économiser l’énergie, les dingos chiens sauvages, le mâle casoar qui couve les œufs, il y a beaucoup de touristes japonais,

A l’envol pour Melbourne, un joli paysage, les couleurs matinales et les contrastes clair-obscur avec les forêts et l’océan encore sombres.

 

Melbourne

Une grande ville, c’est l’hiver....tout est bien organisé pour les touristes, c’est fluide,

Le Musée d’art, l’art indigène -des œuvres qui se confrontent parfois avec l’histoire, la ‘suite’ commence fin 18ème !

Un journal feuilleté, les annonces de décès miniatures -on cite le prénom et l’on fait une sorte d’éloge funèbre, l’article qui évoque le service communautaire de 50h effectué entre les classes 9 et 10,

‘No worry’ pas de souci,

‘Vegemite’, sorte de cenovis, il paraît que la version néo-zélandaise est plus douce,

Le mélange des buildings en brique avec stuc style néoclassique, et des gratte-ciel…les trams, les bus, je me sens un peu en Europe,

Le quartier  ‘down town ‘, l’épicier palestinien,

Le Musée de l’immigration -Italiens, Grecs, Libanais, Croates, Chinois, etc, les critères d’acceptation ont varié selon l’époque, dépendant de la situation économique etc., actuellement une vision plutôt utilitariste… au sortir du musée je m’interroge…qu'est-ce l’identité australienne, une seconde patrie pour certains, une terre pour travailler et gagner de l’argent pour d’autres ?,

Le Melbourne Museum, une architecture futuriste, une belle expo sur les Aborigènes, les dreams, les témoignages sur les erreurs commises par les Blancs

…les questions de droit d’auteur, la question de montrer tel ou tel objet considéré comme sacré, la question de la profanation des lieux sacrés par le tourisme etc.

… la question de l’annulation de 'terra nullius’

… la couleur ocre, les aliments qu’offre la savane et les remèdes à nouveau populaires, l’aigle créateur pour certaines tribus, un grand nombre de langues -ils ne se comprennent pas forcément entre eux, il y a des Aborigènes qui chantent de la country music américaine ou du blues, un mélange de cultures,

Quand les Aborigènes se présentent, c’est par le ‘skin name’, le clan, la subdivision tribale, le pays, le domicile....il y a la tradition de rencontrer les autres tribus -on vient depuis son propre camp puis on attend l’invitation de l’autre avant d’échanger des cadeaux

....les Aborigènes étaient nomades mais ils avaient des maisons....de nos jours 38 % de chômage chez les Aborigènes contre 8,7 dans la population générale

.... sur 250 langues 90 sont encore parlées....l’espérance de vie est beaucoup plus faible pour les Aborigènes, encore plus pour les hommes à cause notamment de l’alcool, etc

....les gens appartiennent à la terre qui est la leur -ce qui ne correspond pas à tout le pays australien....les frères paternels -et non pas maternels- sont considérés comme des pères, les sœurs maternelles comme des mères

.... il y a eu à l’époque des déplacements dans des réserves avec des restrictions cf. culture, langue, religion etc.,

La classe d’écolières musulmanes avec foulard allant voir un film imax,

Les musées sont nés au 19ème, cf. goût pour les objets anciens, des objets collectionnés pour raconter les histoires sur le passé, ce qu’on raconte se modifie au cours du temps, à l’époque on parlait de la ‘préhistoire’ de l’Australie pour évoquer la période précoloniale,

Le jeune Australien d’origine vietnamienne qui ne savait plus ce qu’étaient venus faire les Américains au Viêt-nam.

 

Sydney

Belle vue depuis l’avion en venant de Melbourne, l’opera-house qui semble tout petit, le centre-ville avec les gratte-ciel, et les faubourgs faits de maisonnettes, d’arbres, ou de maisons à deux trois étages, l’urbanisation en 'quadras',

L’épicier jordanien sur le chemin vers l’aquarium, un autre épicier indien,

Un journal parle des difficultés du retrait israélien de certaines colonies -le gouvernement affirmant parallèlement vouloir en agrandir d’autres, un article où un politicien accuse les enseignants australiens de faire de la propagande anti-US dans les écoles, les 60 ans post-guerre -les Américains ont, dit-on, sauvé l’Australie de la menace japonaise, la monnaie de 50 cents frappée pour l’événement, un article d’une volontaire ayant séjourné deux ans au Mexique et disant que là-bas les relations sont plus importantes que les aspects matériels, un article sur un réalisateur de cinéma kurde,

Un autre article dit que pour améliorer l’engagement des employés, il faut metre l’accent sur le but, la participation, le progrès, il faut encourager les attitudes fondamentales -on croît au pourquoi on est là, ce qu’on fait et comment on le fait, on appartient à cette organisation, on est reconnu, impliqué , et en croissance, on atteint des buts, on améliore la situation et le futur s’annonce de manière positive

... les activités principales à élaborer : construire la confiance dans les buts, les valeurs, le travail de l’organisation, developer, clarifier et communiquer la vision, les valeurs et la stratégie, promouvoir, metre en evidence et récompenser le comportement éthique et socialement responsable, récompenser et témoigner de la reconnaissance envers les collaborateurs de manière juste, améliorer les capacities de management et la communication des seniors, consulter les collaborateurs, encourager les feed-backs, évaluer les collaborateurs et indiquer les possibilités d’amélioration, améliorer les procédures de recrutement du personnel, offrir des possibilités de plans de carrière,

L’opera-house, courte et chère visite mais avec de belles émotions -la nostalgie d’un environnement familier en écoutant la répétition de l’orchestre jouant la 8ème de Bruckner, une superbe salle de concert en bois,

Les problèmes de sécheresse et les conseils d’économiser l’eau, en même temps j’entends parler des inondations en Suisse,

Le jardin botanique, les cris des oiseaux évoquant des cris humains parfois angoissants…le rôle des oiseaux pour la pollinisation des arbres tropicaux,

Je croyais pouvoir reconnaître l’origine des gens en observant les visages, ben non....le voyage forme la jeunesse, mais pas ma mémoire.

 



« Page précédente :: Page suivante »